Olivier Cothenet : quand un consultant en stratégie crée sa marque de chemises

Comment devient-on le créateur de sa propre marque de vêtements ?

--- Le ---

Bon nombre d'entre vous espèrent pouvoir créer leur propre marque de vêtements. Olivier, fondateur de la marque Office Artist, vous dit comment vous lancer.

Olivier Cothenet : quand un consultant en stratégie crée sa marque de chemises
DR ©

Hello lecteurs de Masculin.com ! Une fois de plus, je reviens pour une interview d’entrepreneur, sur un sujet que vous êtes de plus en plus nombreux à analyser, à rechercher : comment créer sa marque de vêtements ?

Aujourd’hui, c’est Olivier Cothenet qui vient échanger avec vous, avec nous, autour de son expérience, de la création de produits, du sourcing, de la mode. En espérant que son expérience vous inspire et vous aiguille dans vos choix. N’hésitez pas à lui poser toutes vos questions en commentaire, nous le forcerons à passer ici de temps en temps.

C’est parti !

Hello Olivier, peux-tu d'abord te présenter pour les lecteurs de Masculin qui ne te connaitraient pas et nous parler un peu de ton parcours ?
Je m'appelle Olivier, je suis le fondateur d'une marque de chemises qui s'appelle Office Artist. Avant cela, j'ai fait des études de gestion assez classiques à Dauphine puis à la LSE. J'ai ensuite travaillé dans le marketing et ai été consultant en stratégie en Angleterre avant de céder à l'envie de créer mon entreprise.

Lancer une marque de vêtements, ce n'est pas évident, comment on en arrive là ? Comment on commence ?
Comment on en arrive là, je ne sais pas franchement ! Dans mon cas, c'est un peu la rencontre d'une passion et d'une logique business. Des chemises, j'en portais tous les jours au Royaume-Uni et j'adorais ça. Donc assez naturellement, quand je réfléchissais à lancer mon entreprise, j'ai pensé à ce produit.
En étudiant le marché, je ne trouvais pas beaucoup de marques excitantes, en tout cas pas autant que ce qu'on avait à Londres. C'est là que j'ai commencé à me demander si créer une marque était faisable. Faisable, ça l'était, mais comme je ne connaissais rien au monde du textile, il restait du boulot !

Le sourcing (trouver les meilleurs fabricants, les matières...), c'est aussi difficile que ce que l'on imagine ?
C'est à la fois difficile et simple. Tout est disponible sur les grands salons du textile comme Première Vision. Mais une fois là bas, bon courage pour trouver ce que vous cherchez, pour être considéré comme crédible par les fournisseurs et pour savoir repérer ce qui est intéressant de ce qui ne l'est pas.

Le plus important pour y arriver, c'est de trouver des conseils auprès de gens bienveillants du secteur qui vous aideront et vous aiguilleront. Dans le cas d'Office Artist, nous avons eu beaucoup de chance en créant rapidement un vrai partenariat avec un tisseur de référence, l'italien Albini, et en tombant sur un atelier spécialisé dans la chemise, basé à Casablanca, avec qui nous travaillons exclusivement depuis nos débuts.

En résumé, c'est galère mais ça fait partie du boulot ; c'est aussi là que la valeur de la marque se crée.

Tu as choisi de démarrer en mono-produit, en ne faisant QUE des chemises. Tu nous expliques ce choix ?
Mon objectif dès le départ, c'était de faire les choses bien. Et pour les faire bien, se spécialiser était une évidence. Ça positionne immédiatement la marque, ça crée une expertise, ça concentre les énergies et permet une communication plus efficace. En plus de ça, ce que j'adorais dans la chemise, c'est la fidélité client que ce produit peut créer. Si votre produit est bon, si le service client est au top, il n'y a pas de raison que le client change et ça j'adorais.


Chemise Office Artist


Assez rapidement, tu es passé du web à la boutique physique. Tu penses que c'est indispensable pour développer une marque ?

Avec du recul, je dirais non, mais je crois que c'est parce que maintenant je sais ce qui marche et ce qui ne marche pas en ligne. Au moment d'ouvrir la boutique dans le 6ème arrondissement de Paris, l'intérêt pour moi, c'était surtout d'augmenter mes volumes pour pouvoir renouveler mes collections plus régulièrement. Cela permettait aussi de séduire les Parisiens qui sont peu friands d'achat en ligne sans essayer (je trouve que les provinciaux sont moins frileux et plus habitués au process de retour et d'échange).

Pour revenir sur les volumes, il existe chez les fabricants de tissu et les ateliers des minimums de commande qui peuvent représenter un défi important pour une jeune marque (surtout si elle veut profiter de prix intéressants). La solution pour une jeune marque est souvent de s'appuyer sur un réseau de distributeurs qui vend ses produits contre une marge importante. Cela augmente les quantités produites mais demande du temps et coûte des marges.

Dans le cas d'Office Artist, nous voulions maitriser notre service client de A à Z, la seule solution était donc d'ouvrir une boutique physique.


Olivier Cothenet sur BFM Business pour l'ouverture de la boutique Office Artist

Quels sont tes prochains projets avec Office Artist ?
Office Artist est encore une marque jeune et c'est par son offre qu'elle grandit : nous proposons pour la première fois cette saison des chemises à poignets mousquetaires et une coupe semi-slim en version formelle et casual (nous avions déjà du slim).

Pour septembre 2017, nous travaillons sur un col supplémentaire et un élargissement de notre offre décontractée. Une fois que l'offre sera parfaite, nous verrons si ouvrir une autre boutique a du sens.

Un conseil que tu donnerais à ceux qui veulent se lancer ?
Le challenge dans le prêt-à-porter, c'est de vendre. La priorité est donc de créer des produits au bon prix et que les gens veulent. Ce n'est qu'en vendant que votre entreprise pourra se développer et proposer des collections plus engagées.

Si l'originalité et les propositions fortes doivent exister, elles doivent représenter un ratio logique par rapport aux articles très vendables. Dans ce sens-là, miser sur des permanents peut vraiment être intéressant pour une jeune marque. Cela permet de faire de belles quantités et de moins subir la saisonnalité.

Quelque chose que tu voudrais ajouter à cette interview ?
Allez visiter office-artist.com et dites moi ce que vous en pensez : olivier@office-artist.com. Je suis toujours ravi d'avoir de nouveaux avis et des idées ! Je lis tout et je réponds toujours.

Merci Olivier pour ton temps !



Boutique Office Artist


En résumé, voici donc ce qu’il faut retenir de cette interview concernant la création de vêtements et d’une marque :

  • ne pas se précipiter ;
  • comprendre et analyser le marché ;
  • trouver le bon atelier ainsi que les bonnes matières ;
  • si possible, se faire aider par quelqu’un qui connaît le secteur ;
  • réfléchir web mais aussi physique ;
  • ne pas brûler les étapes ;
  • rester humble quant à ses réalisations.

 

Je crois que tout est dit ! N’hésitez pas à me retrouver pour parler stratégie sur Jkohlmann.fr – mais surtout, retrouvez toutes mes interviews sur ma page rédacteur Masculin.com.


Office Artist, une marque fondée par Olivier Cothenet

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS