Comment j'ai pris du plaisir en conduite sur glace

Retour à froid sur l'expérience givrée trackdays

--- Le ---

Loin des circuits d'asphalte, j'ai eu la chance cette année de participer à des séances de conduite sur glace. Une discipline inhabituelle et artistique !

Comment j'ai pris du plaisir en conduite sur glace
DR ©
Perrine

Rédactrice auto

Ces derniers mois, pour Masculin.com, je me suis fréquemment dirigée sur piste pour essayer certains véhicules dont le moteur chante juste, uniquement sur le bitume. Mais cet hiver, grâce à Pole Passion, leader dans  l'organisation de trackdays, j'ai aussi vécu quelques mémorables sessions "glace" dans les Alpes. Des sessions chaudes sur lesquelles je reviens pour vous, à froid !

Les entremets givrés de Pôle Passion

Malgré la saison et les températures, l'ambiance se veut toujours aussi chaleureuse. Philippe, le fondateur, accueille chacun avec convivialité. Entre deux blagues, une gaufre maison et un café... presque frappé, l'homme laisse une place pour le briefing : chacun est là pour se faire plaisir en toute sécurité.

Et sur la glace, les pilotes adoptent une espèce de fun attitude ! Il faut dire que rigoler au volant sur la neige, c'est plutôt facile. Car, contrairement au bitume, inutile d'avoir un véhicule surpuissant pour se retrouver avec l'arrière devant, l'avant dans un mur de neige ou bien encore... le toit sur la glace !

A cette heure-ci, nous sommes encore spectateurs et, malgré la peur, cela ne durera pas. Je me souviens alors des mots de Franck Lagorce, pilote Mazda, prononcés lors du trophée Andros : "Moi aussi, quand je les regarde faire, je me dis qu'ils sont complètement fous. Mais une fois à l'intérieur ça passe tout seul !"

John, la crème (glacée) des pilotes instructeurs, est à mes côtés. Il semble aussi performant sur goudron que sur revêtement froidement glissant. Après une ludique (pour le pilote essentiellement) démonstration, il me propose d'échanger nos places. Vissée dans le baquet, mon nez dépasse à peine au-dessus du volant. Presque rassurée, j'écoute attentivement mon instructeur: "L'objectif du jour sera de mettre en dérive le véhicule".


Apprendre à conduire sur glace



Conduite de BMW sur glace

Reine des neiges

Je laisse passer les autres participants avant de m'insérer. La voiture que nous pilotons peine à "motricer" tant la glace est de bonne qualité. Le premier virage arrive et John me demande de tourner d'1/4 sur la droite mon volant. Malgré notre vitesse peu excessive, le véhicule ne tarde pas à partir ; et pour la suite, "il faudra ressentir la voiture dans le bassin et trouver un juste dosage entre le volant et l'accélérateur".

30 minutes plus tard, je commence à me détendre et prendre beaucoup de plaisir ! Durant quelques heures encore, mon instructeur cherchera à développer chez moi "une vraie finesse de pilotage".

La valse des bombes... glacées

A la tombée de la nuit, nous décidons d'arrêter de rouler. Dans ce même esprit de sympathie, nous échangeons sur cette expérience des plus plaisantes.

Lors de cette journée, certains étaient amoureux de la neige, d'autres passionnés de sport auto mais il y avait aussi de simples curieux avides de sensations. Pour ma part, il y avait peut-être un mélange de tout cela à la fois.

Avant de quitter les lieux, nous avons aimé regarder cette discipline presque artistique. Dans une symphonie pour X pistons, seule la danse des phares entre les sapins était orchestrée avec justesse par un homme habité de sa passion.


Quand Perrine s'essaie à la conduite sur glace


Entremets givrés de Pole Passion


Trackdays dans la neige des Alpes

Thèmes connexes : essai auto-moto
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS