Trophy Wife Barbie : attention, poupée trash !

La vraie vie de la poupée Barbie n'est pas celle que vous pensiez

--- Le ---

Vous pensiez que la poupée Barbie était une fille parfaite, sans défaut et sans relief. En fait, non. Barbie fume, a ses règles et est tatouée.

Trophy Wife Barbie : attention, poupée trash !
DR ©

Le mythe de la poupée Barbie

Commercialisée à la fin des années 50 par la marque Mattel, Barbie connaît un succès immédiat auprès des petites filles. La marque construit au fil des années un univers très acidulé, sans aspérités, où Barbie évolue auprès de ses chères amies au physique et la moralité irréprochables. Sans oublier Ken, l’amour de Barbie, qui malgré ses 56 ans n’a pas pris une seule ride, ni un cheveu blanc.

Depuis sa création, près de 80 milliards de poupées Barbie ont été vendues dans le monde. Mais la poupée voluptueuse a également de nombreux détracteurs. Les féministes, en particulier, reprochent à la blonde à la plastique très avantageuse de présenter la femme comme un objet sexuel au QI peu développé. Mais ça, c'était avant de découvrir la page Trophy Wife Barbie.


Barbie a de la cellulite


Barbie se fait tatouer


En fait, Barbie est une sacrée délurée

Annelies Hofmeyr, une artiste originaire d’Afrique du Sud, a décidé de revisiter la vie de Barbie... dans une version nettement plus réaliste voire trash – un peu comme Kyle Hagey l'a fait avec les personnages Star Wars.

Depuis 2016, de nombreux internautes peuvent suivre l’existence de Barbie sur la page instagram Trophy Wife Barbie. Loin de l’image aseptisée véhiculée par Mattel, ce compte nous dévoile à travers des clichés très caustiques une Barbie affranchie des codes de la bienséance.

C'est ainsi que l'on découvre une jeune femme blonde peu glamour au réveil avec des draps tâchés en raison de pertes menstruelles. Messieurs, sachez que Barbie se rend aussi chez le gynécologue pour y subir un frottis frappant de réalisme. Au travers de ses photos très drôles, Annelies Hofmeyr aborde également des sujets plus sensibles comme l’endométriose ou encore la transsexualité.
Quant aux bois sur la tête, ils sont une représentation de l'étiquette imposée à Barbie. A savoir celle d'un "trophée de chasse" que les hommes aimeraient exhiber.

Plus de 83 000 personnes suivent déjà les aventures de la "Barbie sauvage" qui exhibe sa cellulite, qui s'est mise à fumer ou encore pendant sa séance de tatouage.

Découvrez la Galerie Photo

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS