Karine Ferri, le cinéma et les voitures

Deux univers, deux passions

Le
DR ©

On connaissait Karine Ferri, l'animatrice découverte sur M6 et qui sévit aujourd’hui sur Direct 8. Chroniqueuse auprès de Jean-Marc Morandini, la jeune femme est également férue de cinéma… et d’automobile. Aujourd’hui, Karine Ferri a décidé de concilier ces deux passions avec la sortie de son premier livre intitulé « Les voitures de légende au cinéma », paru aux Editions Balland. L’occasion pour elle de relater de nombreuses anecdotes et de nous faire partager les photos des voitures et des films qui l'ont fait rêver. A l’occasion de la sortie de ce livre, Masculin.com a pu interviewer Karine Ferri et évoquer avec elle divers souvenirs automobiles et cinématographiques.

Karine Ferri, le cinéma et les voitures

Bonjour Karine, on ne vous savait pas passionnée d’automobile. Comment vous est venue cet engouement ?
J’ai été élevée comme un petit mec par mon père. Et j’ai toujours trainé avec mon frère, je faisais les mêmes sports que lui, et l’automobile faisait partie de nos passions communes. En somme, j’étais un vrai garçon manqué. Ils m’ont appris tous les deux tout ce que je sais des voitures. Les gens qui me connaissent sont plus surpris par le fait que j’aie décidé d’écrire moi-même ce livre, que par la thématique. J’avais déjà participé plusieurs fois à Turbo sur M6.

Du coup, d’où vous est venue l’idée de ce livre ?
Pour être sincère, lorsque l’on commence à avoir une petite notoriété, on vous contacte pour tout et n’importe quoi. Des propositions de livre, j’en avais déjà eu quelques-unes, mais sur des sujets qui ne me convenaient pas. Au départ, mon éditeur voulait une sorte de « L’automobile pour les femmes » sous entendu « les nulles ». Il me savait férue d’automobile, mais je n’étais pas particulièrement convaincue par l’idée. C’est très réducteur de penser que les filles ne s’y connaissent pas en voiture, j’ai beaucoup d’amies et de collègues de ma génération avec qui on en parle, je pense notamment à Cécile de Ménibus ou Elodie Gossuin, qui sont en plus de bonnes pilotes. Je suis donc revenue voir mon éditeur avec mes livres sur Steeve McQueen et James Dean que j’avais chez moi depuis des années, et je l’ai convaincu.

A l’époque j’animais encore « Mademoiselle Cinéma » sur Direct 8, l’occasion était trop belle pour moi d’allier mes deux passions. Regardez la place centrale qu’a l’automobile dans des films comme « Gran Torino », ou dans « Thelma & Louise » avec la fameuse T-Bird, et que serait Batman sans ça Batmobile… Je trouvais intéressant de mélanger les deux. Pour le moment, à l’exception d’un journaliste, qui devait sans doute être dérangé qu’une fille parle d’automobile, je n’ai eu que de bons retours ! J’espère que vous l’avez aimé également.

Pour les lecteurs qui souhaiteraient se procurer votre livre, que peut-on y trouver exactement ?
Ce livre, je l’ai écrit moi-même avec un ami, je n’ai pas eu recours à un nègre : ce n’est pas du Françoise Sagan, mais ça a le mérite d’être un ouvrage honnête où j’ai essayé tant bien que mal d’être la plus précise possible.

Je pense que, pour les novices, il y a bons nombres d’anecdotes intéressantes. Par exemple, saviez-vous que, 30 ans avant le film et ses dix nominations aux Oscars en 1968, la Ford V8 fut utilisée dans l’épopée bien réelle de Bonnie & Clyde ? Plus connue, la DeLorean, voiture du Doc dans Retour vers le Futur, avec son design bien particulier devenue culte, peu de gens savent qu’elle a vraiment existé et qu’elle fut un désastre économique – ça tombe bien, nous en avions parlé sur Masculin.com, ndlr !

Autre point fort de ce livre, ce sont les photos. J’en voulais beaucoup, mais nous avons été limités pour des raisons budgétaires. Je les ai choisies avec soin. Ainsi, dans le livre, vous trouvez une double page avec la Jaguar XKE 1969, la voiture d’Olivier Barret dans Love Story d’Arthur Hiller. J’aurais bien aimé moi aussi être Ali MacGraw.

Enfin, j’ai voulu rendre ce livre plus vivant, en y ajoutant des citations de films. Pour le coup, je vais encore citer Thelma & Louise, mais cette phrase est extrêmement forte, lorsque Louise dit : « La plupart des gens me causent des ennuis, mais cette voiture permet d’y échapper ». La voiture est un moyen de se libérer, c’est même devenu un genre de film à part entière, le « road movie ».

Karine Ferri

Quelle est la voiture de vos rêves ? Et quelle est votre voiture actuelle ?
Je n’ai pas une voiture de mes rêves, mais plusieurs ! Mais disons que je préfère les sportives aux berlines. Au cinéma, j’aurais aimé être Charlie Blackwood dans sa Porsche 356 ou Catherine Tramell dans sa Lotus Esprit filant sur les routes escarpées. Ma voiture actuelle est une Mini, à la fois chic et choc urbaine et populaire, discrète et puissante, mais rassurez vous je n’ai jamais fait de saut comme celles que font les Mini dans l’Or se Barre de Peter Collinson !

Auriez-vous une anecdote particulière lors de l’un de vos trajets en voiture ?
Je vous jure qu’on ne m’a jamais fait le coup de la panne (rires) – ça peut s’arranger, ndlr ! Plus sérieusement, ma voiture, c’est ma deuxième maison, il y a un « bordel organisé», on y retrouve mes dossiers en cours, ma trousse de maquillage dispersée, des disques par dizaines dont le dernier album d’Adèle en ce moment et de quoi grignoter… J’ai parfois honte quand mes amis montent dedans !
 
Le livre parle aussi de cinéma, donc même chose : quel est votre film préféré ?
Avec des voitures, il y a Bullit avec Steeve McQueen ou Taxi Driver avec Robert DeNiro… Mais récemment, j’ai vu Polisse de Maïwenn, cette jeune fille a beaucoup de talent, j’avais vu son précédent film, Le Bal des Actrices, et j’avais beaucoup aimé. Enfin, je suis obligée de citer The Artist, en ce moment : le cinéma muet a tellement fait la belle part à l’automobile !

Justement, quel film parle le mieux de voiture ? Dans quel film la voiture a-t-elle le rôle le plus marquant ?
Au cinéma, si la voiture est souvent l’instrument qui sert à tuer ou à transporter les morts, on oublie qu’elle est aussi souvent la dernière demeure avant la mort. Dans bon nombre de films, la voiture joue des rôles funestes, que ce soit Week-End de Jean-Luc Godard ou Crash de David Cronenberg avec Holly Hunter. Mais si je ne devais en choisir qu’un, je resterai plutôt sur une touche positive en prenant comme film Little Miss Sunshine, parce que ce n’est qu’au volant du van – un Combi VW pour être exact – que les membres de cette famille farfelue renouent entre eux. Et la voiture, c’est ça aussi : de longs trajets ou chacun échange, chante au volant.

Pas de problème Karine, on prend la route quand tu veux ! En tout cas, merci pour toutes ces confidences…

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS