L'impact des jeux vidéo sur le cerveau

Jouer aux jeux vidéo rend intelligent

Le
© Hemera - 2011 - thinkstock.com ©

Selon une étude menée par des chercheurs européens et canadiens, les joueurs réguliers – ceux jouant plus d'1h30 par jour – auraient une masse de matière grise supérieure à la moyenne... Ainsi, ils ont étudié les corrélations entre le jeu et l'activité cérébrale sur un groupe de 154 adolescents, 82 filles et 72 garçons âgés de 14 ans, qui se sont portés volontaires.

L'impact des jeux vidéo sur le cerveau

Cette étude consistait d'une part, à évaluer la fréquence de jeu de chacun par le biais d'un questionnaire et d'autre part, à leur faire passer une IRM afin de comparer les résultats obtenus. Et l'IRM révèle que les joueurs réguliers ont développé une matière grise d'une taille plus imposante que celle des joueurs modérés.
Merci la dopamine
C'est plus particulièrement la zone du striatum ventral gauche qui est influencée par la sécrétion de dopamine liée au jeu. Celle-ci conditionne aussi les joueurs à une manière de fonctionner particulière : les comportements sont modifiés à partir d'un certain seuil de régularité à la pratique de jeux vidéo, notamment par l'activation régulière de dopamine. Cette substance a également une influence sur le système neurologique puisqu'elle intervient dans le traitement des tremblements chez les personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson.

Jouer aux jeux vidéo rend intelligent
Les joueurs sont plus rapides pour prendre des décisions
Au quotidien, les joueurs intensifs développent une rapidité de prise de décision supérieure à celle des joueurs modérés. Leurs réactions affectives sont légèrement modifiées également. Ils sont plus sensibles à la notion de récompense : si on y réfléchit, le joueur s'investit avant tout pour gagner, ce qui peut, en effet, l'habituer à agir dans le but d'être récompensé. Mais pas seulement. En réalité, c'est surtout la libération accrue de dopamine lors du jeu – chaque jour chez les joueurs intensifs – qui amplifie ce tempérament de gagneur.

Un compte rendu intéressant donc, qui prouve que nos activités ont un impact direct sur notre cerveau, nos capacités et notre comportement. On peut dès lors s'interroger sur les liens existants entre nos loisirs, notre travail, bref toutes les choses que l'on accomplit quotidiennement, et notre comportement.

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS