Colis suspect pour l’homme au plus gros pénis du monde

Une fouille insolite à l’aéroport de San Francisco

Le

Jonah Falcon, un Américain présenté comme l’homme au plus gros pénis du monde », a été la cible des autorités aéroportuaires de Chicago en raison d’un colis suspect dans son pantalon...

Colis suspect pour l’homme au plus gros pénis du monde
© iStockphoto ©

Quand on vous dit qu’il n’est pas toujours bon d’avoir un gros pénis. Prenez le cas de Jonah Falcon, un New-Yorkais de 41 ans. En 1999, un reportage de la chaine HBO l’a présenté comme l’homme au plus gros pénis du monde. Peu importe qu’il s’agisse vraiment d’un record ou non, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 23 cm au repos, 34 cm en érection.

Drogue, arme... ou pénis ?

Le 9 juillet dernier, Jonah Falcon devait prendre l’avion, à l’aéroport de San Francisco. Mais, lutte anti-terrorisme oblige, il lui a fallu passer les innombrables contrôles de sécurité. C’est là que la situation se gâte, comme l’a raconté le principal intéressé aux journalistes du Huffington Post. En voyant notre brave Jonah trop « sévèrement burné », les membres de l’agence nationale américaine de sécurité des transports pensaient avoir flairé le bon coup – et cela n’a rien de sexuel. Armes, drogues ou autres : Jonah Falcon a forcément caché quelque chose dans son caleçon.

« Ils ont même mis de la poudre sur mes vêtements »

« J’avais mon pénis rangé sur la gauche, dans mon slip. Il n’était pas en érection à ce moment-là. Mais les flics pensaient que je dissimulais un paquet. Un agent m’a alors arrête et m’a demandé si j’avais une sorte d’excroissance. »

Sans se départir de son humour, Jonah Falcon aurait simplement répondu : « C’est mon pénis. » Une réponse qui n’a pas convaincu ses interlocuteurs qui ont tout de même « tâté le terrain » pour confirmer les propos du principal intéressé. Et Jonah de poursuivre son anecdote : « Ils ont même mis de la poudre sur mes vêtements, probablement un test pour déceler des explosifs, c’était amusant. »

Jonah Falcon n’est pas un terroriste

Finalement, les autorités aéroportuaires ont dû se faire une raison : Jonah Falcon n’est pas un terroriste mais bel et bien un homme (trop) gâté par Dame Nature. L’anecdote peut aujourd’hui prêter à sourire, mais elle a appris quelque chose à Jonah : « Désormais, je porterai toujours des shorts de cycliste. Comme ça, ils sauront... »

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS