Do Not Disturb : un film qui revisite l’art du porno

Yvan Attal et François Cluzet s’essaient au film X

Le

Au cinéma, les remakes sont à la mode. Mais souvent, c’est Hollywood qui va puiser son inspiration à l’étranger. Phénomène inverse avec Do Not Disturb, comédie réalisée par Yvan Attal et inspirée de Humpday, film américain sorti en 2009.

Do Not Disturb : un film qui revisite l’art du porno
© UGC Distribution - Roger Do Minh ©

Un soir, Jeff débarque sans prévenir chez Ben. Pour célébrer ces retrouvailles et distraire son vieux copain de sa vie rangée, Jeff l'entraîne dans une fête. Sur place, une discussion évoque un festival de porno amateur et l’idée prend vite l'allure d'un pari : Jeff et Ben coucheront ensemble sous l'oeil d'une caméra. Ce n'est ni gay ni porno, ce sera de l'Art ! Le lendemain, impossible de se dégonfler. Rien ne les arrêtera, sauf peut-être la femme de Ben, l'hétérosexualité ou certaines questions mécaniques... Voici le synopsis prometteur de Do Not Disturb, le nouveau film réalisé par Yvan Attal.

Un remake, et alors ?

Des acteurs bankables, un pitch accrocheur : sur le papier, Do Not Disturb a toutes les cartes en mains pour être l’une des belles surprises de la rentrée au box-office français. Mais derrière ce qui pourrait ressembler à une comédie racoleuse, Yvan Attal a surtout réalisé un long-métrage qui pose les questions qui dérangent : un homme peut-il être séduit par un autre homme sans être homosexuel ?

C’est cette ambiguïté qui a attiré Yvan Attal dès le début du projet. Sans même être effrayé par le fait que le film soit un remake : « Après tout, au théâtre ou en musique, on rejoue les mêmes pièces et les mêmes partitions depuis des siècles ! »

« On peut être séduit par des hommes »

Do not disturb - Affiche du filmDans Do Not Disturb, Jeff, le personnage campé par François Cluzet, clame qu’un artiste, « c’est quelqu’un qui s’aventure là où il a peur d’aller ». Et s’il n’a donc pas eu peur à proprement parler, Yvan Attal a souhaité explorer ces sujets relativement tabous, à la frontière entre l’amitié masculine et la sexualité. Le tout sur le ton de la comédie. « J’avais envie de respirer, après plusieurs films noirs en tant qu’acteur », explique ainsi le réalisateur, qui interprète également Ben, l’autre personnage principal du film.

« J’ai immédiatement été attiré par ces deux rôles et par le sujet du film. Pour moi, on peut être séduit par des hommes, mais sans qu’il y ait du désir. Je ne peux pas croire qu’un homme n’ait jamais été attiré par un autre homme. » La question était donc de savoir, dans Do Not Disturb, si deux amis se lançant un pari complètement fou pourront passer à l’acte : deux amis masculins peuvent-ils faire l’amour ensemble ?

Un film audacieux, mais pas scabreux

Si ce sujet pouvait prêter à de sérieuses dérives, Yvan Attal a tenu à « rester dans les limites de la décence. Je n’avais pas envie de mettre le spectateur mal à l’aise, je souhaitais simplement faire une comédie franche, sans tomber dans des choses scabreuses ».

Ce qui n’empêche pas la présence de « certaines scènes très audacieuses », comme le souligne François Cluzet : il faut dire que le « petit veinard » a droit à un plan à trois avec Asia Argento et Charlotte Gainsbourg – par ailleurs femme d’Yvan Attal dans la vraie vie. Un plan qui tourne vite au vinaigre, quand cette dernière arrive avec un gode-ceinture. Il y a certains aspects de la sexualité masculine qui demeurent sensibles.

Et si vous voulez savoir si Yvan Attal et François Cluzet parviendront à révolutionner l’art du porno en créant « le premier film X gay où deux amis hétérosexuels font l’amour », rendez-vous le 3 octobre 2012 dans les salles...

Do Not Disturb
De et avec Yvan Attal. Avec aussi François Cluzet, Laetitia Casta, Asia Argento, Charlotte Gainsbourg...

Sortie en salles le 3 octobre 2012
Note de la rédaction : ★★★☆☆



A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS