James Bond : l’homme qui aimait les voitures

L’automobile de luxe, l’autre péché mignon de 007

Le

James Bond représente toute l’élégance du style anglais. Cela passe notamment par une voiture irréprochable. Aston Martin, BMW, Bentley… et même Citroën : retour sur les plus jolis bolides apparus au cinéma avec l’ami 007.

James Bond : l’homme qui aimait les voitures
Roger Moore pose à côté d'une collection d'Aston Martin - © AFP PHOTO / Adrian Dennis ©

Contrairement à ce que prétend la légende, James Bond ne roule pas qu'en Aston Martin, bien qu'il privilégie tout de même les marques de sa Gracieuse Majesté (Bentley, Triumph, Lotus). Quelques voitures françaises ont même eu ses faveurs dans les années 80, avant qu'il ne trouve son bonheur avec BMW puis revienne, depuis, à ses premières amours. En 22 films sortis en 50 ans, l'espion le plus célèbre du monde a conduit les plus beaux cabriolets et voitures de sport de Grande-Bretagne.

My name is Martin, Aston Martin

L'Aston Martin DB5 est sans le moindre doute l'automobile la plus associée à l'agent 007. James Bond l'a conduite dans plusieurs films dont Goldfinger, Opération Tonnerre et GoldenEye. Ce modèle très spécial dispose d'un pare-brise, de vitres latérales et d'une lunette arrière à épreuve des balles, d'une plaque d'immatriculation modulable, d'un radar incorporé au tableau de bord et est équipée d'armes telles qu'une mitraillette ou encore un lanceur d'eau. Enfin, la DB5 dispose d'un siège éjectable, à actionner depuis le levier de changement de vitesse, si nécessaire.

Fidèle à Aston Martin, Bond a également eu le plaisir de prendre place à bord de plusieurs DBS de différentes générations, que ce soit dans Au service secret de Sa Majesté ou, plus récemment, dans Casino Royale et Quantum of Solace.

Dans Tuer n'est pas jouer, c'est une V8 Volante suréquipée (rayon laser, lance-missiles, skis rétractables, etc.) qu'il a l'honneur de conduire. Enfin, dans Meurs un autre Jour, James Bond se retrouve aux commandes d'une Aston Martin V12 Vanquish, disposant elle-aussi d'un siège éjectable mais surtout, qui a la particularité de pouvoir devenir totalement invisible.

Cabriolets et voitures sportives à l’honneur

Lorsqu'il ne monte pas dans une Aston Martin, James Bond privilégie tout de même les décapotables et les sportives britanniques. Historiquement, le premier modèle dans lequel il crève l'écran est d'ailleurs un cabriolet Sunbeam Alpine II, sur les routes de Jamaïque, dans James Bond 007 contre Dr. No.

De son côté, la Lotus Esprit S1 est sans doute l'une des voitures les plus spectaculaires qu'il a eu le privilège de piloter, dans L'Espion qui m'aimait. Elle a en effet la particularité de pouvoir se transformer en véhicule amphibie et de plonger à plus de 10m de profondeur. Quelques années plus tard, il pilotera une Lotus Esprit Turbo dans Rien que pour vos yeux.

Il est aussi possible de voir James Bond au volant d'une Triumph Stag Roadster dans Les Diamants sont éternels.

Un petit tour chez BMW... et en 2CV !

Il est aussi arrivé que James Bond fasse quelques infidélités à ses Anglaises préférées, comme à la fin des années 90, lorsqu'il leur a préféré les BMW (Z3 dans GoldenEye, 750li pour Demain ne meurt jamais et Z8 à l'occasion du Monde ne suffit pas). Plus récemment, dans Casino Royale, il a pris les commandes d'une Ford Mondeo.

En 50 ans, James Bond a en revanche très peu de fois roulé français. Cela a été le cas en 1981, lorsqu'il se retrouve au milieu d'une course poursuite, dans Rien que pour vos yeux, au volant d'une modeste Citroën 2CV. Dans Dangereusement vôtre, il s'empare cette fois d'un taxi Renault 11, qui finira sa course littéralement coupé en deux.

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS