AviaSim : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Le premier simulateur Airbus en Europe

Le

AviaSim vient de prendre son envol à Lyon ! Il s’agit du premier simulateur de vol sur Airbus accessible au grand public. Et si certains détails restent à peaufiner, les sensations sont au rendez-vous !

AviaSim : y a-t-il un pilote dans l’avion ?
© AviaSim ©

Vous vous souvenez sans doute de Leslie Nielsen, le comédien loufoque star du film Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Aujourd’hui, vous allez pouvoir revisiter ce film à votre façon. Comprenez : vous allez pouvoir prendre les commandes d’un Airbus même si vous n’avez aucune connaissance en la matière !

Le pilote, c’est vous !

Installé à Lyon, le simulateur AviaSim est le premier en Europe qui permet au grand public de s’installer dans le cockpit d’un Airbus A320. Les autres entreprises de ce genre présentes en France n’offraient jusqu’à présent que la possibilité de piloter un Boeing. La différence est mince, certes, mais elle est bien présente. C’est Thomas Gasser, jeune entrepreneur lyonnais, qui a eu l’idée de lancer AviaSim. « Passionné d’aviation depuis l’enfance, je n’ai pu devenir pilote en raison de ma vue. Mais j’ai tout de même pu passer mon brevet et lorsque j’ai voulu monter ma propre entreprise, je me suis naturellement intéressé à l’univers du vol et de la technologie ».

Il faut dire que la ville de Lyon et les simulateurs, c’est une histoire qui marche. La capitale des Gaules abrite en effet déjà le centre i-Way, premier centre de simulation de Formule 1.

Comment ça marche ?

Mais alors, AviaSim, comment ça marche ? « Les simulateurs sont composés de cockpits fidèlement modélisés, avec écrans de 180 degrés conçus pour être au plus près des conditions réelles de pilotage », explique Thomas Gasser. De fait, quand on entre dans le cockpit en question – surtout si vous êtes totalement novice en la matière –, il y a de quoi être impressionné. C’est grand et petit à la fois, avec une multitude de boutons dont on se demande bien à quoi ils servent.

Bien évidemment, vous ne pénétrez pas seul dans cet « avion ». Vous êtes accompagné d’un instructeur – possédant au minimum un diplôme de pilote professionnel et étant qualifié sur simulateur A320 –, qui jouera le rôle de copilote pendant que vous prendrez place dans le siège du commandant de bord. Là, encore une fois, on se sent plutôt démunis face à ce tableau de bord impressionnant – d’autant que 99% des fonctions sont opérationnelles.

 

AviaSim - Cockpit Airbus A320

PNC aux portes, armement des toboggans...

Au moment du décollage, vous pouvez ensuite choisir le parcours que vous souhaitez faire aux commandes de « votre » Airbus. Plus de 24 000 aéroports sont disponibles, dont une quarantaine – pour l’instant – en haute définition, avec modélisation 3D. Si le réalisme pur des graphismes n’est pas forcément de la partie, c’est un élément que l’on oublie bien vite.

La radio se met en marche, la tour de contrôle donne son autorisation de décollage. Alors, vous pouvez pousser les gaz et entendre vrombir le moteur de l’Airbus A320. Il ne manque que les vibrations du siège pour se croire réellement dans l’avion… « Mais c’est prévu ! Dans quelques semaines, ce devrait être opérationnel », nous annonce Thomas Gasser.

Pendant ce temps, l’avion prend de l’altitude et quitte l’aéroport international de Hong Kong. Il y a un peu de brume, mais on aperçoit les reliefs… et la mer sur laquelle on n’a vraiment pas envie de se crasher. Après quelques minutes de vol, au loin, on aperçoit la baie de Hong-Kong et l’ancien aéroport Kai Tak, situé en plein centre-ville et fermé en 1998 car jugé trop dangereux. Il faut dire que la proximité des buildings n’aide pas à effectuer une approche en toute sérénité. Dans le cockpit, la tension monte : il faut réduire sa vitesse, mais pas trop ; perdre de l’altitude, mais pas trop ; et surtout, garder le cap !

Avec l’aide de notre copilote d’un jour, l’avion parvient finalement à se poser sans encombre, avant d’aller se « garer » dans l’aéroport. Vous pouvez annoncer aux passagers qu’ils peuvent détacher leur ceinture. Le trajet n’a duré que quelques minutes, mais force est de constater que l’intensité était au rendez-vous.

Panne de moteur, pluie ou verglas

Avec le pack découverte proposé par AviaSim, vous avez la possibilité d’effectuer 3-4 trajets similaires – et donc autant de phases de décollage et d’atterrissage à ne pas prendre à la légère ! Les plus expérimentés et les plus casse-cou pourront même pimenter leur voyage, avec des conditions climatiques délicates ou même des situations d’urgence (panne de moteur, incendie…).

A partir de 99 euros

Si AviaSim est donc idéal pour ceux qui veulent découvrir les sensations de pilotage d’un Airbus pour la première fois, il pourra également faire office d’outil d’entrainement pour certains pilotes déjà aguerris. Des formations de lutte contre la peur en avion pourraient même prochainement voir le jour.

Si AviaSim est une toute jeune entreprise, elle ne manque pas d’ambition : « Dans l’idéal, nous projetons d’ouvrir une franchise par an dans une ville hors de Province », précise Thomas Gasser. Et notamment à Toulouse, ville mère d’Airbus.

En attendant, le simulateur lyonnais a ouvert ses portes il y a quelques jours à peine et les réservations sont déjà nombreuses. Il faut dire qu’en dehors du concept prometteur et innovant, l’offre d’AviaSim a aussi le mérite d’être moins chère que la concurrence (à partir de 99 euros). De quoi envisager l’avenir avec sérénité et réussir son envol ?

Prix : à partir de 99 euros

Plus d’informations sur le site d’AviaSim







A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS