Télé Gaucho : quel joyeux « bordel » !

Quand la télévision fait sa révolution

Le

Si la semaine cinématographique est évidemment marquée par la sortie du Hobbit de Peter Jackson, d’autres films méritent le détour. Au premier rang d’entre eux, on peut citer Télé Gaucho, la comédie anar de Michel Leclerc.

Télé Gaucho : quel joyeux « bordel » !
© Michaël Crotto ©

On a beaucoup parlé au cinéma de l’aventure des radios libres, celle du tout début des années 80, mais très peu de celle des télés libres.
A Paris, quelque part au bout d’une allée du vingtième arrondissement subsiste encore Télé Bocal, dont Michel Leclerc, réalisateur de ce Télé Gaucho, a fait partie durant quelques années.

Sous le trait de la comédie, Télé Gaucho nous plonge, non sans folie, dans ce nouvel espace de liberté qu’est la conquête du petit écran au cours de cette décennie 90, faite de studios de bric et de broc, et dans laquelle rien n’est impossible, pas même d’y croiser un chameau.

Un film irrévérencieux et drôle

Aux leaders les convictions, valeurs révolutionnaires et anarchistes à transmettre par l’image... aux autres l’ambition de faire partie d’une aventure folle faite au bout de sa rue. Frais, irrévérencieux et surtout drôle, Télé Gaucho reprend les valeurs du succès du Nom des Gens, déjà mis en image avec une partie de la même équipe dont Sara Forestier, récompensée par un César de la meilleure actrice.

Se sont joints à ce nouveau film Eric Elmosino, Félix Moati, Maïwen et Emmanuelle Béart pour une comédie déjantée à découvrir dès à présent dans les salles.

Sortie en salles le 12 décembre 2012
Note de la rédaction : ★★★★☆


A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS