Stérilité : un enfant malgré tout

Comment être parents quand on ne peut pas avoir d'enfant ?

Le
© Bananastock ltd - 2009 - Jupiterimages ©

La stérilité concerne aussi bien les hommes que les femmes et n’est pas forcément synonyme de fatalité. Don d’ovocytes, de sperme ou d’embryon, adoption, de plus en plus de moyens sont mis à la disposition des couples stériles et désireux d’avoir un enfant.

Stérilité : un enfant magré tout
La fécondation in vitro
Cette technique d’aide médicale à la procréation (AMP) est pratiquée pour les femmes dont les trompes sont endommagées. On prélève sur elles des ovocytes que l’on féconde avec le sperme de leur conjoint à l’intérieur d’un tube en verre. On sélectionne ensuite deux œufs que l’on implante dans sa muqueuse utérine. Malgré la complexité du procédé (simple en apparence), cette solution a pu combler le désir d’enfant de nombreux couples !
Plus récemment – dans les années 1990 tout de même – la fécondation in vitro a connu un tournant, avec l'apparition de l’ICSI (Intra-Cytoplasmic Sperm Injection). Egalement appelé « FIV assistée », ce procédé est utilisé pour lutter contre la stérilité masculine et consiste à réaliser une micro-injection d’un spermatozoïde dans un ovocyte au cours d’une fécondation in vitro.
Sur l’ensemble des fécondations in vitro réalisées en France en 1998, plus de la moitié sont des ICSI.
Le don d’ovocytes et d’embryons
Lorsqu’une femme présente des problèmes au niveau des ovaires, elle peut avoir recours au don d’ovocytes ou d’embryons. Les donneuses anonymes font don de leurs ovocytes au CECOS (Centre d'Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme). Les ovocytes des donneuses sont fécondés avec le sperme du receveur, puis congelés 6 mois avant d’être introduits dans l’utérus de sa partenaire.

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS