Accident ou décès : comment protéger sa famille ?

Astuces pour bien s’assurer

Le
© Getty Images - 2010 - Thinkstock.com ©

Des cotisations obligatoires aux assurances privées, le point sur le panel de solutions pour protéger sa famille en cas de décès ou d’invalidité.

Astuces pour bien s'assurer

Les assurances obligatoires
Le capital décès
Le système de sécurité sociale français est ainsi fait que l’on cotise automatiquement pour une assurance décès et invalidité lorsque l’on est salarié : ce sont les cotisations que verse tout assuré social, prélevées soit sur son salaire, soit sur ses pensions.  Le capital est ouvert à l’ayant-droit dès le décès de l’assuré social. Le versement est effectué en priorité aux personnes qui étaient, au jour du décès, à la charge effective, totale et permanente de l’assuré.
Les travailleurs non salariés peuvent contracter une assurance à titre privée.
La pension d’invalidité
En cas d’invalidité, c’est une pension versée à l’assuré, de façon temporaire, censée compenser la perte de salaire. Il faut avoir perdu au moins les 2/3 de ses capacités de travail. A noter que l’invalidité doit avoir pour cause une maladie ou un accident non professionnels.
Lors de la contraction d'un prêt immobilier
Il est obligatoire de souscrire à une assurance décès – invalidité lors de la contraction d’un prêt immobilier. Elle assure le paiement des échéances en cas de :
-    décès du ou d’un des emprunteurs
-    d’invalidité définitive
-    parfois en cas d’incapacité temporaire.
Attention, il existe parfois des temps de carence (par exemple 6 moins minimum d’invalidité).
Pour un prêt contracté à deux (couple par exemple), elle peut être répartie sur les deux « têtes » à 50, 75 ou 100% de prise en charge.

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS