Le hipster contre-attaque

On les aime ou on les déteste… mais les hipsters sont partout !

Le
© Ingram Publishing - 2012 - Thinkstock.com ©

Mais qu'est-ce qu'un hipster ? Une tendance de mode ? Une injure ? Ni l'un, ni l'autre... En réalité, il s'agit d'une personne qui rejette tout ce qui est à la mode, commercial, populaire... Exit les bobos trop vieux et trop mainstream. Et après ?

Le hipster contre-attaque

Un hipster est jeune, entre 25 et 35 ans. Il vient d'un milieu aisé, a fait des études supérieures et a un job bien rémunéré dans la mode, le graphisme, l'architecture... Il parle un langage qui lui est propre – incompréhensible pour les non-initiés. Il s'habille de frusques étranges, vintage, décalées, hype quoi, et les agrémente d'accessoires finement assortis. Il porte de grosses lunettes et pour Monsieur Hipster, la moustache et la barbichette sont terriblement fashion. Sa culture est revendiquée « underground ».
Les hipsters font flamber les prix
Le porte-monnaie de ces rebelles en intéresse plus d'un. Ils refont les modes en faisant exploser les prix. Adeptes des commerces de proximité et de l'artisan local, leurs préoccupations majeures sont écologiques. Ils raffolent des produits home-made, du jardinage, du bricolage astucieux, du recyclage des déchets.
En réinvestissant les quartiers isolés, ils contribuent à refaire les cotes du marché, voire à relancer la croissance. Les quartiers populaires deviennent branchés, les tarifs flambent.
Les hipsters dérangent
Leur quête ? Une quête de sens. Un nouvel art de vivre. L'art serait vidé de sa substance, le hipster vient à son secours. Mais difficile de les identifier plus précisément, ils s'affichent peu. Sur le Web, on trouve de plus en plus d'articles anti-hipsters, accusés de superficialité, d'égoïsme, de communautarisme... Cette nouvelle tribu dérange visiblement. Sauf l'économie. Alors... to be or not to be, fucking hipster ?

A LIRE AUSSI ...
VOS REACTIONS