Le Top 5 des indices boursiers les plus suivis

C’est parti pour un tour du monde de la Bourse !

Le

Wall Street à New York, le palais Brogniart à Paris, la City à Londres… Les principales bourses du monde se retrouvent dans les villes les plus prestigieuses de la planète. Gros plan sur les 5 principaux indices boursiers, qui font véritablement la pluie

Le Top 5 des indices boursiers les plus suivis
© Hemera ©

Un indice boursier représente la valeur d’un groupe de titres financiers (le plus souvent des actions) et son évolution permet d’apprécier le rendement de ces titres entre deux dates. Mis à part l’historique Dow Jones, la plupart des indices boursiers sont calculés par pondération en fonction des capitalisations des entreprises dont les valeurs les composent : à l’automne 2012 par exemple, la société Total comptait pour environ 10 % dans le calcul de l’indice français CAC 40, alors que la société Danone comptait pour 3,5 %. Ces chiffres évoluent en permanence, puisque les capitalisations relatives dépendent des cotes des actions.

Les indices boursiers représentent une place financière donnée, une zone économique comme la zone euro, un secteur d’activité (matières premières, industrie, médias, etc.) ou une sous-population de titres classés par taille. La fabrication d’indices boursiers est devenue une véritable industrie, et ces indices pullulent. Un grand nombre d’entre eux servent de sous-jacents à des produits financiers eux-mêmes cotés. Le Top 5 des indices boursiers les plus suivis dans le monde correspond au Top 5 des places financières les plus importantes et les plus actives.

1- S&P 500, Nyse et Nasdaq

Publié par l’agence Standard & Poor’s, le S&P 500 représente l’évolution boursière des 500 plus grandes entreprises cotées sur les 2 principales places financières américaines : le New York Stock Exchange (NYSE, la Bourse de New York) et le Nasdaq, la place financière des valeurs technologiques (Microsoft, Google, etc.) qui est la deuxième des USA.

Le S&P 500 représente tout aussi bien la performance de l’ensemble de l’économie du pays. Il est plus suivi par les spécialistes que le Dow Jones (qui liste les 30 plus importantes capitalisations du NYSE et du Nasdaq, mais sans pondération).
L’indice Nasdaq lui-même est également plus suivi que le Dow Jones.

2- FTSE 100

Le Financial Times Stock Exchange (FTSE 100 surnommé « Footsie ») est calculé sur la base des capitalisations pondérées des 100 valeurs britanniques les plus importantes et les plus actives (on dit les plus « liquides ») cotées sur la Bourse de Londres.

De même que le CAC 40 en France, le Footsie est représentatif de la santé économique de l’ensemble du Royaume-Uni. Comme tous les indices, sa composition est révisée régulièrement, et les 5 sociétés dont les titres ont le poids le plus important dans son calcul étaient les suivantes en 2012 : BHP Billiton (mines), Royal Dutch Shell (pétrole et gaz), HSBC (banque), Vodafone (télécommunications), British Petroleum (pétrole et gaz).

3- DAX

L’indice DAX (Deutscher Aktien indeX) est calculé par pondération des valeurs des actions des 30 sociétés allemandes cotées sur la Bourse de Francfort dont les capitalisations boursières et la liquidité sont les plus importantes. Les poids lourds du DAX sont en particulier Daimler, Siemens, Bayer, Allianz.

4- NIKKEI

Le Nikkei 225 est le principal indice boursier de la place financière de Tokyo (TSE – Tokyo Stock Exchange). Equi-pondéré comme le Dow Jones (chacune des 225 actions listées compte pour 1 en dehors de toute considération sur la taille financière), le Nikkei est un peu moins suivi par les spécialistes que le Topix, un indice pondéré des principales valeurs japonaises.

5- CAC 40

Défini avec la valeur de 1000 points en décembre 1987, l’indice CAC 40 est le principal indice boursier de la Bourse de Paris (NYSE Euronext Paris). Les 40 sociétés qui y sont listées représentent environ 70 % de la capitalisation boursière globale de la place.

Loin du plus haut historique de 6944 points atteint en septembre 2000 en pleine « bulle internet », l’indice CAC affichait 4694 points en juin 2006, et la hausse le conduisit à 6168 points en mai 2007. La crise des subprimes se profile alors, et elle est amplifiée par une crise financière mondiale : sur l’ensemble de l’année 2008, la pire de son histoire, la baisse du CAC aura été de plus de 42%. A partir du plus bas de mars 2009 à 2534 points, le CAC repart à la hausse, dépasse les 3500 points au printemps 2010, puis les 4000 points en janvier 2011. La crise des dettes souveraines vient influer négativement sur cette reprise, avec en particulier une sévère chute des cours (et du CAC) enregistrée en août 2011. Les 3500 points ne seront de nouveau atteints qu’en 2012.

 

Article proposé en collaboration avec le portail boursier Trader-Finance.fr

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS