Le préservatif, sa vie, son œuvre

Le complice érotique de vos galipettes

Le
© Keith Brofsky - 2010 - Thinkstock.com ©

Dans les couples ou chez les célibataires, chez les homos comme chez les hétéros, la capote est désormais entrée dans les mœurs et fait partie intégrante de la vie sexuelle moderne. Le préservatif est devenu un tel objet de plaisir qu’il en existe autant de variantes que de goûts, de matières et de formes.

Le préservatif, sa vie, son œuvre
Petite histoire de la « capote anglaise »
On ne vantera jamais assez les qualités de ce petit compagnon discret. Le préservatif est le seul contraceptif à protéger aussi des maladies sexuellement transmissibles.
Le préservatif n’est pas né de l’industrie du latex, loin s’en faut. Des premières formes de préservatif ont été retrouvées sur une statuette égyptienne vieille de 8000 ans. Il s’agissait plus d’un étui pénien rigide contraceptif. Des préservatifs souples en vessie de chèvre auraient déjà été utilisés dans la Grèce antique 1 500 ans avant Jésus-Christ, objets adoptés par les Romains au premier siècle avant notre ère.
Préservatif ou sex-toy ?
Au Xe siècle au Japon, où l’on n’est pas à un raffinement sexuel près, les « préservatifs », qui sont plus des étuis rigides, en cuir ou en écailles de tortue (!) font également office de godemichet.
En Chine, on préfère la douceur du papier de soie huilée… L’histoire du sexe est jonchée de préservatifs conçus dans d’improbables matières (vessie de poisson….) dont l’efficacité contraceptive et hygiénique reste à prouver…

Le premier préservatif en latex fait son apparition à la fin du XIXe siècle mais il faudra attendre les années 1930 pour que son utilisation pénètre dans les mœurs.

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS