Quand l'orgasme féminin crée la polémique

Le débat orgasmique entre les spécialistes est loin d'être clos

Le
© Hemera ©

Qui n'a jamais entendu cette question : vaginale ou clitoridienne ? On la croyait remisée aux oubliettes, eh bien non ! Elle est de nouveau d'actualité, quelques mois après les révélations sur le fameux point G qui serait plutôt une zone G, variable selon les individus. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué...

Un orgasme ou plusieurs orgasmes ?
Un orgasme ou plusieurs orgasmes ?
Les spécialistes sont toujours autant divisés sur le sujet et argumentent chacun leur théorie avec des essais et expériences scientifiques parfois surprenantes, sollicitant bien évidemment des cobayes féminins. Comme ces gynécologues américains qui ont eu recours à une machine masturbatoire, afin d'exciter les différentes zones du cerveau, dans le but de prouver qu'il existait non pas une zone sensibilisée, mais plusieurs, en fonction des sensations orgasmiques éprouvées.

Mais cette théorie est contestée par un gynécologue français, qui maintient avec véhémence que l'orgasme vaginal et clitoridien sont intimement liés, puisque les parties internes ne feraient qu'une.
L'orgasme se transformerait-il en mythe ?
Les films pornographiques ou les magazines féminins, à grands renforts de conseils expérimentés, semblent idéaliser voire systématiser l'orgasme féminin, qu'il soit clitoridien, vaginal, ou autre... alors que les 3/4 des femmes avouent l'atteindre difficilement sans stimulation. De quoi le surestimer et attendre beaucoup d'un rapport sexuel... avec le risque de passer à côté de l'essentiel, à savoir écouter son corps et ne pas le transformer en machine.

Car à considérer la sexualité et l'orgasme comme une finalité que l'on impose à son organisme, la femme oublie que le sexe doit avant tout être amusant et plaisant, et non compétitif.

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS