Ces hommes qui font fantasmer les Japonaises

Vous êtes jeune, frais et musclé ? Vous avez toutes vos chances !

Le

Le quotidien nippon Japan Times affirme que les jeunes femmes japonaises craquent pour les hommes « jeunes, frais et musclés ». C’est ce que l’on appelle la tendance carnivore.

Ces hommes qui font fantasmer les Japonaises
© eyedear / Shutterstock.com ©

Le carnivore supplante l’herbivore

Les Japonaises pencheraient désormais davantage pour les « nikushokukei danshi » (« carnivores ») que pour les « soshokukei danshi » (« herbivores »), un terme en vogue en 2008 et désignant un nombre important de Japonais doux et passifs.

La tendance « carnivore » était à son comble au mois d'août dernier, lorsque Sagawa Danshi, un livre de photos montrant 51 jeunes livreurs, s'était arraché. L'ouvrage a même dû être réédité pour faire face à la rupture de stock. Ce succès a suivi celui du calendrier 2011 des pompiers d'Okinawa. Bestseller absolu, il avait lui aussi été réédité pour une vente exclusive sur internet.

Les « machos minces », leaders de demain

Reprenant les propos du journaliste japonais Kiriya Takahashi, le Japan Times explique que ces « nikushokukei danshi » sont capables de « prendre des décisions et de devenir les leaders de demain ». Ils sont « ce dont le Japon a besoin en ces temps incertains ». Plus important, « toute notion de luxure ou de violence est bannie », explique Takahashi. Autre caractéristique de ces « carnivores » : ce sont des « ho macho », ce qui se traduit par « macho minces », un terme renvoyant aux hommes « qui se musclent tout en veillant à rester gracieux ».

La séduction traditionnelle, résultat du déclin économique

Selon Masahiro Yamada, professeur de sociologie à l'université de Tokyo Chuo, les « herbivores » japonais, qui courtisent la femme de façon traditionnelle, sont le résultat du déclin économique. Interviewé par le New York Times en 2009, le professeur rappelait que près de la moitié des Japonais âgés de 20 à 34 ans était célibataire – 30% d'entre eux n'ayant jamais eu de petite amie – et contribuait au vieillissement de la population.

Selon Euromonitor, au Japon, le taux de nuptialité – soit la proportion de couples mariés dans la population – est passé de 6,3 pour 1000 en 2001 à 5,7 pour 1000 en 2011.

A LIRE AUSSI ...
VOS REACTIONS