Top 10 des drôles de surnoms du sexe masculin

Popaul, quéquette ou grand chauve : sortez couverts !

Le

Il fait partie intégrante de votre vie, messieurs. Sans lui, vous ne seriez pas le même homme, et pour cause : lui, c’est le pénis. Mais certains n’hésitent pas à lui donner un nom plus farfelu.

Top 10 des drôles de surnoms du sexe masculin
DR ©

Pénis, phallus, verge, organe reproducteur masculin. Il faut avouer que l’on a déjà vu plus drôle pour évoquer le sexe masculin. En effet, il semblerait que nombreux sont ceux qui aiment donner un surnom à leur pénis. Et si vous êtes en couple, cela peut aussi être vrai pour votre partenaire. Après tout, les femmes aussi peuvent être amenées à le côtoyer de près...

Monsieur zizi et tous ses amis

Si l’on regarde de plus près les noms donnés à cet attribut typiquement masculin, on se rend compte que les hommes et les femmes ne manquent pas d’imagination. Du plus vulgaire au plus imagé, le pénis a droit à tout un tas de petites « attentions » plus ou moins insolites. Après avoir fureté sur le web et ailleurs, voici notre top 10 des appellations les plus insolites – et pourtant fréquentes – pour « monsieur zizi ».

1- La queue et ses dérivés animaliers

Allain Bougrain-Dubourg n’aurait sans doute pas imaginé inspirer tant de gens. Surtout pour évoquer le pénis. Pourtant, outre la queue, qui n’a jamais entendu parler du serpent, du ver de terre ou de la bête ?

2- Bon appétit, bien sûr

Grand poète devant l’éternel, Francky Vincent a souvent parlé de son outil reproducteur. S’il l’a simplement appelé zizi dans une de ses chansons, il s’est montré plus gourmand dans le titre « Accras, boudin ». Plutôt que le boudin, certains préfèrent parler de nouille – question de gabarit, sans doute –, de saucisse, de carotte, de banane ou encore de poireau. Tout ce qui a une forme phallique et qui se mange, finalement.

3- A la guerre comme à la guerre

Faites l’amour, pas la guerre. Oui, mais parfois, il semblerait que les deux concepts se rejoignent. Après tout, c’est tellement classe de vouloir donner un coup de gourdin ou de matraque à sa partenaire. Sans parler du bazooka et du lance-missile... qui ne rate jamais son objectif.

4-Popaul et compagnie

Vous tenez tellement à votre pénis qu’il pourrait être considéré comme un personnage à part entière. Du coup, rien d’étonnant à ne lui donner un « vrai » nom. Si Popaul semble le plus évident – allez savoir pourquoi –, Boby, Robert ou Jean-Louis peuvent aussi convenir.

5- Bonjour, vous avez des problèmes de tuyauterie ?

Si le plombier fait partie des clichés du film porno, c’est tout le langage du bricoleur qui semble pouvoir trouver sa place sous la ceinture. Du tuyau à la mèche en passant par la poutre – prétentieux ! –, le pieu ou, de façon plus basique, l’outil, devenir le roi du bricolage n’aura jamais été aussi sexy.

6- Y a eu stouquette ?

Popularisée par les Guignols de l’Info avec Alain de Greef, la stouquette s’inspire de toute une liste de mots relativement inclassables et pourtant incontournables. A côté de la « fameuse » bistouquette, on peut évoquer la gaule, le knout, la biroute ou encore le braquemard. Finalement, ça sonne assez vintage, non ?

7- D’abord, mon papa, il a un plus gros zizi que le tien

Ah, les enfants et le sexe… Comment parler de sexualité à ces petits chérubins ? Eux ne semblent pas gêner au moment de parler de la chose, même si, dans leur bouche, chaque mot apparait beaucoup plus mignon : quéquette, kiki, zézette, zigounette... « So cute » comme on dit là-bas !

8- Le portrait-robot

Tous les pénis ne se ressemblent pas forcément. Certains partagent tout de même quelques caractéristiques communes. Le soldat au garde-à-vous et le grand chauve peuvent donc correspondre à la description. Mais pas sûr que cela vous aide à reconnaitre son propriétaire.

9- Wesh, t’as vu, j’ai le vit en l’air

La sexualité, c’est de la poésie. Dans ce cadre, on peut opposer le langage des « djeun’z » à celui, un tantinet plus soutenu, qui pouvait avoir cours jadis. Ainsi, le zob, la teub ou le zgueg côtoient-ils le phallus, le membre, l’attribut ou encore le vît. Après tout, l’essentiel est de savoir de quoi l’on parle.

10- Cachez ce sexe dont je ne saurais parler

Enfin, pour certains, le sexe demeure un sujet relativement tabou. Et quand il faut parler du pénis, les langues ont du mal à se délier. Certains se contentent donc de parler de « lui », de la jambe du milieu ou, pire, de « la chose ». Il faudrait peut-être dire à ces personnes que le sexe doit (aussi) être source de plaisir, non ?



A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS