Hiut Denim : ces jeans, les héros !

Une bonne raison de porter son jean 6 mois sans le laver

--- Le ---

Hiut Denim n’est vraiment pas une marque comme les autres. Le spécialiste gallois du denim le prouve avec sa nouvelle expérience Denim Breaker Club.

Hiut Denim : ces jeans, les héros !
© S. Ruggiero ©

Pour sauver Cardigan, sa ville d‘implantation, et pour que perdure un savoir-faire, l’entreprise familiale anglaise Hiut Denim a lancé une nouvelle expérience étonnante et innovante, dont les héros sont encore ses jeans.

Un club de « casseurs »

Les jeans sortis d’usine attendent qu’on les adopte et qu’on les « fasse ». Les hommes désireux de faire partie du club des casseurs de jeans versent alors une caution (rendue lors du retour du jean) et s’engagent à ne pas les laver (ni les éclabousser !) pendant six mois. Vieilli naturellement, le pantalon aura un vécu et sera façonné pour de futurs clients potentiels.


Le roman-photo d’un jean qui vieillit

Il était une fois des jeans Hiut Denim qui vivaient des aventures étonnantes. Équipés d’un numéro de suivi (tag), les jeans racontent leur histoire sur un site où leurs détenteurs peuvent poster des photos et des vidéos relatant les aventures trépidantes ou routinières de leur « jean protégé ». Chaque casseur de jean peut donner des nouvelles régulières de son pantalon pour que son histoire soit archivée et consultable par tous ses futurs acquéreurs.

Une rémunération bien cousue

Au bout de six mois, le jean est renvoyé par le « casseur » qui récupère ainsi sa caution. Lavé soigneusement par la firme, puis mis en vente, le jean pourra trouver un acquéreur amateur de fringues arborant la patine du temps et de pantalons qui ont une vie. Une fois le jean acheté par un nouveau client, le « casseur » du jean reçoit 20 % du montant de la vente.

Les jeans acteurs d’une économie durable

Hiut Denim, qui avait déjà lancé une opération « un jean pour la vie », s’engage à nouveau dans une dynamique d’économie durable et une conception nouvelle de la possession ! Même si certaines questions restent en suspens – Qui voudra acheter des jeans « cassés » ? À quel prix seront-ils vendus ? Est-ce que cela réduira le bilan carbone des jeans ? –, l’aventure vaut le coup d’être tentée ! Longue vie aux jeans !

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS