Avatar : l’aventure se poursuit... sur consoles

Le
Avatar : l’aventure se poursuit... sur consoles
Masculin.com - L.B., © Ubisoft ©

« Avatar », le film événement de James Cameron, est le film de tous les records ou presque. Son budget pharaonique de 500 millions de dollars a été vite rentabilisé, puisque « Avatar» a dépassé le cap du milliard de dollars de recettes dans le monde et la barre des 8 millions de spectateurs en France en tout juste 3 semaines. Et si les spectateurs semblent conquis – et on les comprend – il aurait été « dommage » que ceci s’arrête aux portes du cinéma. Ça tombe bien, Avatar est également disponible en jeu vidéo, sur toutes les consoles ou presque : Xbox 360, PS3, PSP, Wii, DS, PC et même iPhone. C’est aussi cela le raz-de-marée Avatar.

Ca aurait pu être bien pire !
Toutefois, il faut peut-être veiller à tempérer les ardeurs. Le film, aussi magnifique soit-il, bénéficie-t-il d’une adaptation réussie sur consoles ? La réponse est plutôt positive. Ce genre d’adaptation a souvent donné naissance à de gros ratages dans l’histoire des jeux vidéo. Ce n’est heureusement pas le cas ici, même si le jeu d’Ubisoft n’est pas exempt de tout défaut, loin de là !

Plein les mirettes
Comme pour le film, le jeu Avatar frappe et envoûte par son univers visuel. Rien à dire, c’est beau. Surtout au niveau de l’environnement de Pandora. Surtout pour les (rares) chanceux qui pourront profiter de l'expérience 3D stéréoscopique avec les lunettes et l'écran qui vont avec. Néanmoins, certaines animations – notamment lors des dialogues – souffrent de quelques incohérences, qui, au final, ne gâchent pas trop le plaisir.
La beauté, c’est une chose, mais ça ne fait pas tout. Ça tombe bien, Avatar est plutôt une réussite en termes d’ambiance sonore et de jouabilité. Sur ce dernier point, on peut juste regretter la trop grande linéarité dans laquelle évolue le personnage choisi.

Comme le film, mais pas pareil
Car oui, il y a bien un choix à faire. Un peu comme dans le film, il faudra choisir son camp : celui des humains ou celui des autochtones, des Na’vis. Dès lors, Ubisoft a eu la bonne idée de créer deux campagnes distinctes – comptez 6 ou 7 heures pour chacune d’elles – selon le choix effectué. Dans tous les cas, le joueur devra incarner le soldat Ryder, « spécialiste des signaux », et envoyé sur la planète Pandora pour participer au programme Avatar. Bref, c’est comme dans le film, à ceci près que les personnages ne sont pas les mêmes et que la trame de fond n’est pas la même ! Ce qui donne l’occasion de profiter d’un jeu dans un univers parfaitement recréé et qui s’inscrit comme un bon complément au film. Bon, mais largement perfectible. Ce sera peut-être le cas dans un prochain épisode…

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS