Tablette BlackBerry PlayBook : être jolie ne suffit pas

Le
Tablette BlackBerry PlayBook : être jolie ne suffit pas
Relaxnews, © RIM ©

Le fabricant d'électronique Research In Motion (RIM) a mis sa nouvelle tablette entre les mains des journalistes et blogueurs spécialisés, dans l'espoir qu'ils la plébiscitent, mais les premiers avis sont pour le moins mitigés.

Une tablette dépendante d’un smartphone
Craignant de rater le coche dans un marché des tablettes de plus en plus exigeant, RIM a sans doute pressé le développement de sa réponse à l'iPad d'Apple.
Si le BlackBerry PlayBook est une tablette 7 pouces légère, portable, et dotée d'une interface apparemment excellente, il lui manque des fonctionnalités indispensables, comme des applications d'e-mail, d'agenda et de messagerie intégrées, une connexion réseau 3G ou 4G autonome et la capacité d'accueillir immédiatement des applications supplémentaires. En un mot, le PlayBook dépend énormément d'un smartphone BlackBerry, et pour des fonctions considérées comme nécessaires à toute tablette.

Une interface remarquable
Malgré les défauts de l'appareil, son interface construite par QNX est très remarquée. Selon Engadget, elle est « d'un emploi très intuitif et d'un grand confort ». Pour Mashable, « il faut saluer l'effort fait par RIM pour proposer une interface à la fois familière et originale. D'un abord facile, elle comporte quelques petites touches subtiles assez remarquables ».
Tout en se réjouissant de la rapidité et de l'excellente conception du PlayBook, le New York Times s'est étonné qu'« aucune application existante ne tourne sur ce système d'exploitation tout à fait nouveau, pas même les applications des mobiles BlackBerry ».

Une tablette compatible avec des applis Android ?
RIM affirme que 3 000 applis seront bientôt achevées et proposées dans une boutique dédiée au PlayBook. La société développe également un émulateur qui permettra d'installer des applis BlackBerry et Android mais ces fonctions manquent encore, à quelques jours de la commercialisation de la tablette.
« La possibilité d'admettre des applications Android pourrait tout changer... ou ne rien changer du tout », écrit Endgaget. « Nous ne le saurons pas avant que RIM ne l'active et nous laisse l'essayer. »

Un sérieux concurrent à l’iPad
Selon le New York Times, « le PlayBook dépasse clairement ses rivaux (l'iPad et les tablettes Android) dans deux domaines: la synchronisation sans fil de fichiers musicaux et une connexion Bluetooth sans fil baptisée BlackBerry Bridge ».
Le BlackBerry Bridge transforme la tablette en écran secondaire d'un smartphone BlackBerry. Il permet également un accès sûr à la boîte e-mail, au répertoire, à l'agenda, et au BlackBerry Messenger de votre smartphone.
Il s'agit d'une fonction destinée à « séduire les clients professionnels, soucieux de sécurité », explique Walt Mossberg de All Things D, elle « ne fonctionne pas avec d'autres smartphones. Il me semble donc que si Bridge est une belle réussite technique, elle fait du PlayBook l'auxiliaire d'un mobile BlackBerry et non un appareil autonome. Mon sentiment est que RIM cravache pour commercialiser ce produit, et que d'autres fonctions, proposées depuis des mois par ses concurrents, seront ajoutées par le biais de patches ».

Cet avis semble partagé par la plupart des commentateurs: la tablette pourrait se révéler un concurrent sérieux dans l'avenir, mais seulement après de nombreuses mises à jour et l'ajout de fonctions cruciales.

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS