Montres de luxe : à l’heure de la bonne affaire…

Le
Montres de luxe : à l’heure de la bonne affaire…
Article sponsorisé, © Cresus ©

La montre… le bijou masculin par excellence devenu un accessoire dont l’homme citadin ne peut et ne veut plus se passer ! Belles, légendaires ou… moins chères, les montres de luxe en particulier ont le vent en poupe. Explications.

La montre d’occasion, un engouement récent
Les montres de luxe sont aujourd’hui l’objet de toutes les curiosités mais aussi de toutes les convoitises. La raison? Leur prix devient abordable et elles trouvent grâce aux yeux de tous les hommes de goût ; amateurs ou passionnés. Le marché de la seconde main est aujourd’hui devenu chose courante : on est en passe d’acheter aujourd’hui une montre comme on achète une voiture d’occasion. Réaliser le bon plan, la bonne affaire… c’est ça la tendance. Et comme souvent ces derniers temps, c’est beaucoup sur Internet que ca se passe. Ainsi, on compare facilement, on trouve les avis d’autres consommateurs, et on se décide tranquillement, de chez soi.

La montre de vos rêves à la portée de votre poignet…
Cresus, leader sur le marché de la haute horlogerie d’occasion a bien compris ce mode de fonctionnement récent. En tant que précurseur, il surfe même sur cette mode depuis des années : d’ailleurs, nous vous avions déjà présenté le concept il y a quelques mois !. Que ce soit sur le site Internet ou en boutique, Cresus vous propose de trouver de manière totalement décomplexée la montre de vos rêves. Et ce n’est pas le choix qui manque ! Avec 600 modèles en stock en permanence, cette enseigne vous offre enfin la possibilité de posséder la Breitling, l’Omega, la Rolex, la Tag Heuer, la Bell and Ross ou tout autre garde-temps qui vous fait de l’œil depuis tant de temps. La montre, en parfait état puisque révisée complètement, sera sous garantie au moins pendant un an et affichée à des prix de 30 à 50% en dessous du prix du neuf. Mais que demander de plus ?

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS