Sexualité et vélo ne font pas bon ménage

Le
Sexualité et vélo ne font pas bon ménage
Masculin.com, © iStockphoto ©

Depuis plusieurs décennies, de nombreuses études concernant les effets du cyclisme sur l'appareil génital masculin ont déjà été publiées, mettant en lumière les dysfonctionnements sexuels, notamment érectiles, causés par sa pratique intensive. Des chercheurs américains, en se penchant enfin sur le cyclisme féminin, ont pu prouver que les conséquences sur l'appareil féminin n'avaient rien à envier à leurs homologues mâles.

Des tests grandeur nature... en laboratoire
Ces dames ont été priées d'apporter leur propre matériel de cyclisme en laboratoire, afin que les scientifiques puissent étudier les incidences de cette activité sportive sur leur morphologie, en axant principalement les recherches sur les parties intimes, pour analyser de quelle manière le vélo peut affecter la santé et causer des dysfonctionnements gênants. Ils ont ainsi pu mettre en lumière que la forme de la selle ainsi que la hauteur du guidon étaient à l'origine de ces problèmes génitaux.

Plancher pelvien et périnée en première ligne
Contrairement à d'autres sports, même intenses, le cyclisme a la particularité de faire reposer le poids du corps entièrement sur la selle. Les conséquences étant une compression dans la zone génitale des vaisseaux et nerfs sanguins. L'étude a d'ailleurs démontré que plus le guidon était bas par rapport à la selle et plus la compression était accentuée. Avec pour conséquences des engourdissements voire une diminution progressive des sensations dans cette partie pourtant cruciale.

L'une des solutions avancées serait donc de remplacer les fameuses « selles à nez », responsables de cette pression sur les tissus mous génitaux... Les professionnels du cyclisme vont-ils prendre en considération ces travaux scientifiques ?

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS