Bientôt un interrupteur à sperme pour les hommes ?

Et si c'était le moyen de contraception du futur ?

--- Le ---

Le sujet de la contraception masculine revient souvent sur le devant de la scène. Alors, que penser du Bimek SLV, un prototype d'interrupteur à sperme ?

Bientôt un interrupteur à sperme pour les hommes ?
DR ©

Lorsque l'on évoque le thème de la contraception, on pense le plus souvent à la contraception féminine. Dans quelque temps, cela ne sera peut-être plus le cas. Un moyen de contraception masculin vient de voir le jour en Allemagne, et il est en ce moment dans sa phase de test : le Bimek SLV, qui porte le nom de son inventeur.

L'interrupteur à sperme, comment ça marche ?

Grâce au Bimek SLV, il sera désormais possible, pour les hommes qui en porteront un, de contrôler son éjaculation en guise de moyen de contraception. Cette méthode "révolutionnaire" a été inventée par un menuisier allemand et l'opération, sous anesthésie locale, coûte la somme coquette de 5000 euros.

Ainsi, les hommes pourront maîtriser leur éjaculation grâce à un bouton On/Off qu'il suffira de presser pendant l'acte sexuel – non, ce n'est pas très glamour. Cela sera rendu possible par la présence des deux petites valves que le chirurgien aura installées sur les canaux éjaculateurs, qui auront été soulevés et coupés, pour que les valves dotées d'un interrupteur y soient installées.


Les limites du système

La pression du bouton On/Off se fera sous la peau. Cependant, les avis divergent quant à la fiabilité de ce nouveau moyen de contraception. Déjà, il n'est pas sûr que ce soit vraiment garanti 100% contre les grossesses involontaires. Ensuite, les ennuis pourraient concerner la santé du patient lui-même. Les urologues allemands pensent que l'opération pourrait provoquer des lésions sur le canal éjaculateur, ce qui empêcherait définitivement et de façon irréversible une quelconque éjaculation future.

Autre chose : le clapet qui sert à fermer la valve pourrait finir par se boucher, s'il restait fermé pendant une trop longue période. Pour le moment, le concepteur allemand est le seul à porter son Bimek SLV, mais cela devrait être testé prochainement sur 25 volontaires.


A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS