Au secours, ma femme veut un cuni !

Pourquoi le cunnilingus fait-il peur aux hommes ?

--- Le ---

Pendant les préliminaires, le cunnilingus peut vite faire monter la température auprès de votre compagne. Mais certains hommes semblent en avoir peur.

Au secours, ma femme veut un cuni !
© iStockphoto ©

Quand il est question de sexualité et de pratiques sexuelles, les hommes citent souvent la fellation parmi leurs péchés mignons. Cela peut se comprendre. Mais, si l’on pose cette pratique en parallèle avec les attentes de ces dames, qu’en est-il du cunnilingus ?

Un rapide tour sur le web suffit à s’en convaincre : le cuni / cunni / cunnilingus (appelez-le comme vous voulez) fait peur à de nombreux hommes. Du moins, de nombreuses jeunes femmes s’interrogent sur la raison qui pourrait pousser leur concubin à esquiver cette pratique. Dans le même temps, on peut aussi s’amuser du nombre d’hommes qui clament haut et fort qu’eux adorent voir leur femme s’abandonner sous leur langue experte.

Le stress du débutant ?

Bref, que l’on soit pratiquant ou non, le cunnilingus recèle encore bien des mystères auprès de la gent masculine. Il semblerait que, souvent, le cap de la « première fois » soit difficile à passer. Les hommes n’ont pas peur d’embrasser toutes les parties du corps de leur douce, des lèvres (de la bouche, hein) au cou, en passant par les seins, le ventre voire les orteils. Mais pour ce qui est du clitoris, il y a toujours ce blocage. Alors, l’essayer, c’est l’adopter ?

Là encore, pas pour tout le monde ! Essayer de faire un cuni, c’est bien. Le faire correctement, c’est mieux. Malheureusement, certaines femmes n’hésitent pas à durement rabrouer leur partenaire quand celui-ci s’y prend mal. Pas sûr que ce soit la meilleure solution pour que la pratique ait un goût de reviens-y...


Des questions d’hygiène ?

Le goût, justement, parlons-en. Le cunnilingus, c’est sale ? Et pourquoi donc ? En diriez-vous autant au sujet de la fellation que madame pratique régulièrement ? Alors, oui, à l’inverse du pénis, l’anatomie féminine est faite de telle sorte à ce que vous deviez réellement « mettre la tête dedans » comme le chantait si poétiquement Stomy Bugsy… Cela ne doit pas pour autant vous rebuter… à moins que votre compagne n’ait une hygiène douteuse. Pour ce qui est de la question des poils, il vous suffit là aussi de faire le parallèle avec la situation inverse...

Comme souvent, la communication est indispensable dans le couple. Mais il convient aussi de rappeler qu’il ne faut pas se forcer à faire une chose que l’on n’a pas envie : forcez-vous à faire un cunnilingus... et vous pourrez être sûr (ou presque) qu’il ne procurera pas un plaisir maximal à votre femme.

Le cuni, plaisir partagé ?

En revanche, si vous décidez de sauter le pas, celui-ci peut être un réel moment de plaisir partagé. Quel homme ne rêverait pas de voir sa copine gémir ou se trémousser grâce à quelques caresses buccales expertes ?
Et puis, la pratique du cunnilingus peut très souvent amener à la position 69 du Kama-Sutra. Et là, le plaisir – voire l’orgasme – peut difficilement ne pas être au rendez-vous...

 

Découvrez plus de conseils dans l'ebook
« Comment faire un cuni »
,
le guide ultime du cunnilingus

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS