Est-il encore possible de créer des lunettes pour homme originales ?

Entretien exclusif avec le créateur de lunettes Lucas de Stael

Le

Avec ces deux collections de lunettes Undostrial et LDS, Lucas de Stael s’est déjà imposé sur le marché de la lunette. La ligne LDS a d’ailleurs reçu le prix de l’innovation lors du dernier Silmo. De quoi faire de Lucas de Stael un créateur à suivre.

Est-il encore possible de créer des lunettes pour homme originales ?
© Lucas de Stael ©

Dans le monde de l’optique, Lucas de Stael bénéficie aujourd’hui d’une jolie réputation. Petit-fils du peintre russe Nicolas de Stael, il a créé une marque à son nom et propose des lunettes au style particulièrement étudié. Des lunettes innovantes aussi. Entretien avec ce créateur plein de talent, dont vous n’avez probablement pas fini d’entendre parler.

Masculin.com : Comment avez-vous commencé votre carrière dans l’optique ? Comment en vient-on à se dire « Tiens, je vais créer des lunettes ? »
Lucas de Stael : Durant mes études aux Ateliers/ENSCI, j'ai eu l'occasion d'être initié à la lunetterie lors d'un stage chez Eye'dc anciennement IDC. Ce fut une merveilleuse école, indisciplinée et sans limite dans les idées.... la meilleure mise en jambe pour un néophyte.
De retour à mes études, j'avais, du fait de cette expérience, sans cesse une question : pourrais-je faire une lunette à partir de tels matériaux ou en utilisant telle technique. J’ai ensuite participé au concours des lunetiers du Jura avec un projet de lunette brevetée « comment créer une paire de lunette à partir d'un tube ».
A la sortie de mes études, j’ai été designer intégré chez Face à Face, puis après une année et demie, j'ai décidé d'être free-lance en lunette. Cela n'a duré que quelques mois, suite à quoi j'avais une idée fixe de projet pouvant sustenter le démarrage d'une entreprise, je suis passé du projet 'objet' au projet 'société' beaucoup plus osé, et plus constructif... Comment créer des lunettes avec les moyens du bord, c'est à dire pas grand choses autre que de l'imagination et beaucoup de persévérance, comme disaient toujours les Tontons du design : un beau projet c'est avant tout 1% de bonne idée et 99% de sueur...

Comment parvenir à faire preuve de créativité sur les lunettes ? On pense d’abord plutôt aux formes, aux matériaux ?
Quand on sort des Ateliers, on est censé innover et inventer sur n'importe quel sujet, ce n'est pas automatique mais nous sommes formés à cela. Il y a des schémas de créativité possible, par exemple commencer par la déconstruction... d'où ma ligne de lunettes Undostrial de l'anglais « undo », on repense sans cesse les codes de références.

Que représente pour vous la récompense de la ligne LDS au Silmo ?
Le Silmo d'or est un véritable tremplin, c'est la ligne Lucas de Staël d'ailleurs qui a remporté le prix innovation dans la catégorie « Monture Optique ».
Niveau reconnaissance c'est fantastique, tant au niveau national qu'international. Nous sommes déjà bien implantés en Chine et aux Etats Unis et j’espère que cette récompense nous permettra de nous développer dans d’autres pays.
Le projet ayant été validé par un jury d’experts, je ne cache pas que les réseaux d’opticien commandent bien plus aisément depuis notre récompense.

Lucas de StaelPouvez-vous justement nous présenter vos deux lignes Undostrial et Lucas de Staël ?
Le concept Undostrial, c'est avant tout la recherche de la simplicité, le minimum de pièces, le minimum d'opération. On commence par enlever des composants comme les charnières par exemple, pour faire naitre une nouvelle ergonomie d'objet à porter et à manipuler.
Lucas de Staël – LDS est un peu l'inverse : nous nous attachons à réaliser coute que coute là ou nos rêves nous amènent, et surtout toujours surprendre le client opticien et le porteur final.  Notre plus grande victoire est de voir dans les yeux de nos clients naitre la question : mais comment vous faites pour que cela soit réalisable !
Quand nos clients ont des frissons à la vue de nos nouveautés (un peu exagéré mais cela nous arrive de temps en temps), cela devient notre meilleure récompense, pour nos deux années de recherche et développement.

Quelles sont les tendances en matière de lunettes pour homme aujourd’hui ?
Je n'en sais rien, et parfois,  il vaut mieux ne pas savoir afin de garder l'esprit libre. La tendance serait d'être toujours innovant et surprenant selon moi, mais ceci fonctionne dans beaucoup de corps de métiers de la création : « Aller où personne ne nous attend ! »

Quels sont vos prochains projets ou vos prochaines envies (sur un plan professionnel, bien sûr !) ?
Ouh la la, ça reste dans les cartons puis un jour on se dit, tiens c'était pas mal finalement cette idée complètement folle, essayons d'en faire quelque chose d'un peu plus réaliste.
Autant dire que les projets à venir, c'est l'adrénaline du designer, être à l'heure au rendez-vous pour les salons et essayer de surprendre comme cette année au Silmo.
Le rush d'un salon, c'est comme le rush d'un diplôme, nous passons alors notre diplôme deux fois par an, et ceci, tant que nous ferons des lunettes !
Mais nous avons également l'envie de nous agrandir et d'avoir l'allure de lunetiers, sans autre prétention que de se faire connaitre au travers de nos idées, avant de se faire copier et de passer pour les copieurs. Aussi, nous essayons de freiner les nouveaux concepts et d'en produire plus de pièces : rien ne sert de faire de beaux projets et de n'en distribuer que 4000 à l'année.

A LIRE AUSSI ...
SELECTION SHOPPING
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS