Céline Tran (ex-Katsuni) : « Actrice X ? J'ai l'impression que c'est le pire métier du monde ! »

De Katsuni à Céline Tran : changer de carrière et se reconvertir, c'est tout un art !

--- Le ---

Céline Tran a fait carrière dans le X sous le pseudo de Katsuni. Désormais auteure et scénariste, elle prouve qu'elle a bien plus d'une corde à son arc.

Céline Tran (ex-Katsuni) : « Actrice X ? J'ai l'impression que c'est le pire métier du monde ! »
© Deborah Anderson ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

Le public l'a longtemps connue sous le nom de Katsuni. Mais aujourd'hui, c'est sous son vrai patronyme, Céline Tran, que la jeune femme fait parler d'elle. Ancienne star du X, Céline a complètement tourné la page. Après la publication de son récit autobiographique, "Ne dis pas que tu aimes ça", elle est l'invitée de marque du salon Japan Touch 2018, à Lyon.

C'est à cette occasion que j'ai pu la rencontrer, pour faire le point sur sa carrière, ses objectifs, ses espoirs. Vous connaissiez Katsuni ? Très bien. Aujourd'hui, faites donc la connaissance de Céline Tran. Attention, vous risquez d'être surpris !

Bonjour Katsuni, enfin Céline. J'avais déjà eu le plaisir de t'interviewer en tant que star du X en 2012. Aujourd'hui, tu portes une casquette bien différente. A défaut d'un résumé complet de ces 6 dernières années, peux-tu nous dire où tu en es professionnellement aujourd'hui ?
Bonjour ! En effet il s'est passé beaucoup de choses depuis. Aujourd'hui, je me présente sous mon vrai nom, Céline Tran, en tant que scénariste en bandes-dessinées (Heartbreaker 1 & 2 chez Ankama), co-directrice de collection chez Glénat, auteure chez Fayard, et comédienne (Le visiteur du Futur, Jailbreak...).

En 2016, tu as créé ton blog maviedeninja.com. Fitness, sexualité, voyage... Etait-ce le moyen de tourner définitivement la page par rapport à ton ancienne carrière et de montrer qui tu étais vraiment ?
C'était avant tout une envie personnelle de partager ce que j'aime, tout en présentant  mes nouvelles activités et échanger avec mes lecteurs (qui me demandent des conseils pour leurs relations de couple ou leurs "problèmes" de sexualité etc.). Cette manière de communiquer contribue bien sûr à montrer mon changement de voie. Le X a été une belle période de ma vie mais elle est révolue.

Tu as écrit un roman et publié une BD. De quel style littéraire te sens-tu le plus proche ?
En terme de genres, je suis très attirée par l'horreur, les thrillers , le fantastique. Pour ce qui est des styles, c'est en fait le cinéma qui me nourrit et me sert de référence pour écrire : établir des tableaux, créer des atmosphères, des points de tensions... raconter une histoire dans l'intention de toucher par le ressenti plus encore que par l'intellect.

Tu es l'invitée de marque de la Japan Touch Haru à Lyon. Quel rapport as-tu avec la culture japonaise ? Quels sont tes mangas favoris ?
J'aimerais tellement pouvoir dire que je connais bien le Japon ! Mais je n'ai pas encore eu le bonheur d'y aller. Etant pratiquante de karaté, je rêve d'aller m'entraîner à Okinawa. Sinon, comme tout enfant de la génération Albator, j'ai grandi avec les animes japonais de Récré A2 et Club Dorothée.
Je ne suis pas une experte, mais je suis curieuse et fascinée par la culture nippone, en particulier par leurs arts, traditions, leur vision de l'érotisme. Je citerais Crying Freeman et Lady Snowblood en mangas favoris.

Plutôt Chevaliers du Zodiaque ou Dragon Ball Z ? Vegeta ou Sangoku ?
Faut-il vraiment choisir ? J'aimais beaucoup le chevalier Shiryu mais personne n'égale Tortue Géniale. De toutes manières, mon préféré reste, de loin, Cobra !

Mais franchement, on n'a rien fait de mieux depuis Olive & Tom, si ?
Tu vas me détester mais je n'aimais pas regarder Olive et Tom, je trouvais ça super ennuyeux ! S'il me faut vraiment regarder du foot, je préfère le film hong-kongais Shaolin Soccer !

Au-delà de l'anime, tu as aussi souvent parlé de ta passion pour le cinéma. Est-ce un milieu qui t'attire toujours ? Et plutôt devant ou derrière la caméra ?
Oui, bien sûr, le cinéma a toujours été une source d'inspiration pour moi, et c'est un bonheur aujourd'hui que de pouvoir y travailler. En tant que comédienne bien sûr, mais aussi en tant que scénariste, puisque je suis actuellement sollicitée pour bosser sur de nouveaux concepts de séries, et prochainement je débute mon rôle de directrice artistique sur des longs-métrages.

J'aime jouer, transmettre, et le rapport à la caméra. Mais j'aime tout autant être derrière, pour contribuer à l'élaboration du projet. C'est un processus créatif passionnant.


Katsuni est morte, vive Céline Tran

Et puisque l'on parle de cinéma, je te propose de boucler la boucle en revenant à l'industrie du X. Quel regard portes-tu dessus aujourd'hui ?
C'est un regard plein de nostalgie car j'en garde un bon souvenir. Après toutes ces années, l'industrie a changé et moi aussi, il était évident que nos chemins se séparent car je ne m'y reconnaissais plus et ne pouvais continuer à m'y épanouir. Si j'ai bien conscience des failles de ce système, je ne tiens pas à le dénigrer. D'autant plus le X américain, où j'ai fait carrière, est un milieu très professionnel et structuré.

Le cas échéant, y a-t-il des choses qui te manquent là-dedans ? Ou d'autres, au contraire, dont tu es ravie de t'être débarrassée ?
Oui, plein de choses. Il y avait une très grande souplesse dans la manière de travailler, je gagnais très bien ma vie et étais payée le jour-même, j'étais bien traitée par les sociétés de production, prenais du plaisir avec mes partenaires et voyageais beaucoup. L'ambiance des clubs de strip-tease américains me manquent aussi. Mais je suis beaucoup plus heureuse aujourd'hui car j'ai un meilleur équilibre, des activités plus diversifiées où je peux m'exprimer davantage, et une sexualité enfin intime ! Je suis donc partie sans regret.

A une époque où la parole des femmes se libère (enfin), as-tu des choses à dire sur la façon dont sont considérées les femmes en général et les actrices X en particulier ?
Non, rien de particulier sinon que je me méfie des généralités, qu'elles viennent des défenseurs des travailleuses du sexe, ou des "attaquants". On tend, dans les deux camps, à bien souvent victimiser les femmes qui exercent ce métier et c'est omettre plein de paramètres. Je trouve ça très positif de dénoncer des déviances et de mettre en garde, mais en écoutant ce qui se dit actuellement sur les actrices X, j'ai l'impression que c'est le pire métier au monde ! Alors qu'on peut y trouver beaucoup de plaisirs, d'avantages, de joies, de reconnaissance.

Une femme qui arrive fissurée psychologiquement dans ce métier a en effet peu de chances de bien le vivre. Ce n'est pas l'activité pornographique le problème, mais ce qu'on en fait.

Sur un plan personnel ou professionnel, si tu pouvais revenir en arrière, que changerais-tu ? (Et surtout, changerais-tu quelque chose ?)
Des erreurs, j'en ai fait mille, mais elles constituent toutes une leçon. Les bonnes comme les mauvaises expériences, les succès et les échecs, tout cela m'a construite. Mais si je revenais en arrière avec tout ce que je sais aujourd'hui, mon chemin serait forcément différent ! Le choix du X est inscrit dans une démarche initiatique. Je l'ai suivi jusqu'à ce que je réalise que je n'avais plus rien à y apprendre.

Vu le fossé qui sépare ces deux interviews, si on se reparle dans 6 ans, tu en seras où ? Comment vois-tu ton avenir (toujours personnellement et professionnellement) ?
J'aimerais beaucoup être maman et vivre dans une belle maison surplombée de montagnes ! Professionnellement, j'ai toujours l'intention de varier les activités dans l'écriture et le cinéma. Je me vois aussi très bien organiser des programmes d'accompagnements qui touchent à l'épanouissement dans le rapport au corps, la confiance en soi et la sexualité. Il s'agit toujours d'apprendre et de transmettre.

Enfin, quelle question aurais-tu aimé que je te pose ou aimerais-tu que l'on te pose plus souvent ?
"Comment va DodO ?"
A vrai dire, on me pose cette question de plus en plus souvent ! Lol Dodo est mon doudou de voyage. Je t'invite à suivre son compte Instagram : @dodosuperstar !

Et pour aller plus loin...

Ne dis pas que tu aimes ça, le roman autobiographique de Céline Tran (ex-Katsuni) Lisez Ne dis pas que tu aimes ça, le récit autobiographique de Céline Tran (ex-Katsuni).
Editions Fayard - 18 euros

"On me demande souvent comment j ai pu faire de tels choix, celui de tomber dans le X et celui d en sortir. On me demande aussi souvent comment j ai pu y prendre du plaisir. Pour la bonne morale, il aurait été plus acceptable de subir. Il est des réponses d'interview qui tiennent en une phrase, et puis il y a la réalité qui en comporte mille."


Voir sur Amazon

Thèmes connexes : carriere livre porno people
A LIRE AUSSI ...
A VOIR AUSSI EN VIDEO
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS