Porsche Panamera

La sportive qui va changer les berlines… ou l’inverse

La Porsche Panamera, c’est un peu l’Arlésienne version auto. On en parlait beaucoup mais peu de monde avait pu l’apercevoir. Jusqu’au salon de Shanghai (du 20 au 28 avril 2009) où Porsche à enfin dévoilé son nouveau bébé. Un choix stratégique pour Porsche qui espère conquérir le marché asiatique, malgré le marasme actuel, avec cette nouvelle voiture très séduisante.

Premier modèle coupé à 4 portes chez Porsche, la Panamera s’aventure sur un marché – celui des berlines de luxe – duquel Porsche était jusque-là absent. Malgré une concurrence omniprésente (Mercedes S, Audi A8 et BMW série 7), la firme de Stuttgart dispose de sérieux arguments pour imposer son véhicule. Les atouts d’une berline très haut de gamme, alliés à l’esprit sportif de Porsche.

Le constructeur pourrait également griller la politesse à ses rivaux Lamborghini et Aston Martin qui s’apprêtent à lancer leur berlines sportives, respectivement l’Estoque et la Rapide.

Au premier coup d’œil, la Panamera est reconnaissable comme un véhicule de chez Porsche. Son long capot plongeant et sa large calandre témoignent du style de la maison-mère et lui donnent une allure sportive. Mais son gabarit de berline, 4,97 mètres de longueur, confère à la Panamera une impression de luxe et de confort.


Intérieur luxueux
L’impression se confirme grâce à un habitacle spacieux, où les matériaux raffinés succèdent aux équipements technologiques dernier cri. Chaque passager dispose d’un siège individuel et de suffisamment d’espace pour se sentir à l’aise. Le conducteur, lui, avec son poste de conduite bas, bénéficie d’un tableau de bord ergonomique où toutes les principales commandes sont facilement accessibles. Enfin, dernier détail non négligeable, le coffre de la Panamera contient jusqu’à 445 litres.

A sa sortie, la Panamera sera disponible en 3 versions, dont les motorisations font honneur au mythe Porsche. Les versions S et 4S accueillent en effet un moteur V8 de 400 chevaux, la version turbo reçoit également un 8 cylindres, mais de 500 chevaux cette fois… La Panamera S est en outre équipée d’une transmission arrière couplée à une boîte 6 rapports, tandis qu’une transmission intégrale avec boîte à double embrayage PDK à 7 rapports équipe les modèles 4S et turbo.

Aussi rapide qu’une Carrera !
Résultat, les performances annoncées par Porsche rappellent étrangement les chiffres de ses modèles sportifs, notamment la fameuse Carrera. 5,4 secondes pour le sprint de 0 à 100 km/h et 283 km/h de vitesse de pointe pour la version « de base » S. 4,2 secondes et 303 km/h pour la version turbo !
Le plus surprenant concernant cette voiture, ce sont peut-être les chiffres de consommation d’essence et d’émission de CO2 annoncés par Porsche. Les Panamera S et turbo consomment 10,8 l/100 km et 12,2 l/100 km et émettent respectivement 253 et 286 grammes de CO2/km. Des chiffres assez respectables pour une automobile de ce calibre, dont le mérite revient en outre à l’utilisation du système Start & Stop (première mondiale sur un véhicule de ce gabarit). Une technologie permettant de couper le moteur à chaque arrêt et d’économiser ainsi de précieux litres de carburant.

Les premières Porsche Panamera seront livrées en Allemagne à partir du 12 septembre 2009. Il en coutera 96 133 euros pour le modèle « de base » Panamera S, et jusqu’à 136 917 euros pour le fleuron de la gamme, la Panamera turbo.

 

Partager