Julien Kaufmann
Il y a 11 ans

Automobile : l’Asie se rebiffe

La preuve par trois de Kia, Mitsubishi et Toyota

Frappé de plein fouet par la crise, le secteur de l'automobile se trouve face à un défi de taille : évoluer en profondeur, multiplier les initiatives pour séduire une clientèle devenue plus économe, plus exigeante ou plus soucieuse de l'environnement. Avec une industrie traditionnellement innovante, l'Asie pourrait bien tirer son épingle du jeu, grâce à 3 de ses constructeurs : Kia, Mitsubishi et Toyota.



Kia Picanto Série limitée Orangina : pour secouer les citadines
Première marque : Kia. Le constructeur sud-coréen mise sur une association avec la marque de boissons Orangina pour séduire les citadins européens grâce à une série limitée de son petit modèle, la Picanto. Pour cela, Kia mise sur le capital sympathie de la marque Orangina et sur les qualités intrinsèques de sa voiture : économie, respect de l'environnement et équipements en masse.


Une série limitée pétillante
D'Orangina, la Picanto série limitée n'en a – pratiquement – que le nom. Il s'agit essentiellement de détails d'ordre esthétique. Outre deux logos apposés sur la carrosserie, la Picanto reçoit des tapis de sol créés pour l'occasion avec la bouteille pétillante, symbole de la marque de boisson gazeuse, brodée dessus. Kia lui offre par contre une liste d'équipements très complète pour une voiture de ce segment : climatisation manuelle, radars de recul, lève-vitres électriques avant et système audio avec connexions iPod et USB.
Il n'y en aura pas pour tout le monde
Les 300 exemplaires de la Kia Picanto série limitée Orangina reçoivent un moteur essence 1 litre de 62 chevaux. En conséquence, les émissions sont limitées à 117 g/km de CO2, ce qui permet à la citadine de Kia de bénéficier du bonus écologique gouvernemental (700 euros). 

Kia Picanto Série limitée Orangina : 9 990 euros

Le constructeur japonais Mitsubishi fait appel à un argument commercial de poids pour amorcer les ventes de son nouveau pick-up, le L200. Pour tout achat, le constructeur offre en effet… une vache ! Jouant sur l'analogie entre l'animal – une bête de somme, véritable outil de travail dans les campagnes – et son véhicule « à tout faire », Mitsubishi espère ainsi surprendre et convaincre les acheteurs.
Pas de vache, mais une remise
A moins que ceux-ci ne soient déçus en apprenant qu'il ne s'agit pas d'une vache – la loi française interdit l'attribution en lot ou prime d'un animal vivant – mais d'une remise dont le montant équivaut à la valeur d'un bovin. Environ 2 500 euros. La stratégie a de quoi faire sourire !

Une voiture d'un fort beau gabarit

Il n'en faut peut-être pas moins pour attirer les clients vers ce genre de produit dont la côte descend aussi vite qu'augmente celle des véhicules verts. Car le L200 joue dans la catégorie des poids lourds : plus de 5 mètres de long, 1,7 tonne à vide et des émissions de CO2 mesurées à 230 g/km. Le véhicule de Mitsubishi offre cependant un important volume de chargement et les aspects pratiques d'un véhicule utilitaire.

Mitsubishi L200 : 20 930 euros

Toyota, contrairement à ses concurrents, ne s'appuie pas sur une remise ou sur un partenariat. Avec la nouvelle génération de la Prius, la troisième du véhicule hybride, le constructeur joue sur les « vrais » avantages qu'offre la voiture, autant pour le client que pour l'environnement.
3 modes d'utilisation
Le fonctionnement hybride de la Prius a donc été amélioré depuis la dernière production. Grâce aux 3 modes d'utilisation distincts – électrique seul, thermique seul ou une combinaison des deux – cette Toyota atteint des records en termes d'émissions de CO2 : 89 g/km, soit le taux le plus bas du marché français. En cycle mixte, la Prius consomme donc 3,9 l/100 km pour une puissance de 136 chevaux.


Technologies vertes
C'est également l'occasion pour Toyota de mettre en œuvre d'autres technologies « vertes ». Des panneaux solaires, intégrés à l'arrière du toit vitré, fournissent de l'énergie pour alimenter la ventilation de la Prius. Toyota emploie également un éclairage à diodes électroluminescentes (DEL) pour les phares et les pneus sont « à faible résistance au roulement » pour abaisser encore la consommation de 3 %.
Cerise sur le gâteau, la Prius bénéficie de la prime environnementale, soit un bonus de 2 000 euros. 

Toyota Prius 3 : à partir de 25 690 euros

 

Tags: kia