Renault Dauphine

Une voiture au cœur des années yé-yé

Dans les années 1960, la Dauphine est le fleuron du constructeur Renault. Populaire, glamour ou sportive, cette berline 4 portes devient le symbole de la génération yé-yé.


Au début, le « projet  109 »
Au début des années 1950, c’est la 4 Chevaux, le joyau de Renault après-guerre, qui trône sur l’automobile française. Mais la célèbre « 4 pattes » a besoin d’une alliée pour satisfaire la demande croissante des nouveaux usagers.
Dès 1951, les ingénieurs de la marque au losange planchent sur un nouveau prototype, baptisé « projet 109 ». Avec une idée en tête : construire un modèle abordable, spacieux et économe en carburant.


Un prototype qui sillonne l’Europe
C’est le début d’une impressionnante batterie de tests qui dureront 3 ans : trains arrière, système de refroidissement, suspensions… les « prototypes 109 » sont mis à rude épreuve aux quatre coins de l’Europe. Des sentiers escarpés d’Espagne aux ruelles siciliennes, le prototype de la Renault Dauphine défie les lois de la gravité.
Un florilège technologique
Deux millions de kilomètres plus tard, le modèle prend forme et change de nom : ce sera la Dauphine, allusion à la reine de l’époque, la 4 CV. Elle intègre toutes les technologies modernes : sièges réglables, chauffage, boîte automatique, vaste coffre à bagages.
Renault soigne également l’esthétique en confiant au mythique carrossier italien Ghia le design de l’arrière du véhicule.


« Plus jolie petite 4 places du monde »
La Renault Dauphine est née : une berline 4 portes de forme arrondie, avec moteur arrière, qui concrétise le savoir-faire et l’élégance à la française. Elle est consacrée « plus jolie petite 4 places du monde » par l’hebdomadaire américain The Motor en 1957.
Largement commercialisée dans les années 60, la Dauphine passe le cap des deux millions d’exemplaires vendus en 1967.
Le virage sportif de Dauphine
Le nouveau fleuron de Renault remporte un immense succès populaire. Mais il ne se cantonne pas à cette image standardisée : un modèle sportif, la Dauphine « Gordini », sort d’usine en 1957. Grâce à la participation du célèbre constructeur de voitures de courses André Gordini, la Dauphine prend du galon sur route. Le boîtier de vitesse passe à quatre rapports.
Le modèle 1093 parachève l’image de sportive de la Dauphine, avec des pointes à 140 km/h et des succès en rallye automobile.
Dauphine Floride : la starlette
Deux autres modèles ont marqué l’histoire du modèle : la Dauphine Ondine dans la catégorie haut de gamme. Et surtout la Dauphine Floride, un modèle cabriolet, qui devient le symbole des années yé-yé. Fantaisiste et stylée, la Floride se décline en plusieurs couleurs : rouge, jaune paille ou bleu ciel… Un modèle vantée par Brigitte Bardot elle-même.
Au cœur des années 60, à Saint-Tropez ou sur les routes de campagne, la Dauphine avait bien l’allure d’une reine. 

Partager
Tags: mythe