Essai auto : la Fiat 500 à la sauce Abarth

Quand une Fiat se transforme en Abarth, elle prend forcément du muscle ! Nous avons justement pu tester les nouvelles Abarth 595 Competizione et 695 biposto.

Abarth 595 Competizione et 695 Biposto : la bombinette à l’italienne

La Fiat 500, c'est la star des voitures "so cute", féminine jusqu'au bout des roues. Mais lorsque celle-ci fait une cure de bodybuilding en passant par la case Abarth, on se demande si le sorcier peut transformer la charmante demoiselle en un athlète dopé aux hormones, et cela sans y perdre son âme. La belle et la bête en un même corps, est-ce possible ?

1. Abarth 595 Competizione

20 ans d'existence, près de deux millions d'exemplaires vendus, le BMW X3 est un véritable best-seller pour la marque allemande. Pas de droit à l'erreur pour cette quatrième génération du SUV star qu...Lire la suite

Abarth 595 Competizione

2. Abarth 695 Biposto

Abarth 695 Biposto

Abarth 595 Competizione : la touche Abarth

Du haut de ses 1035kg, l'Abarth 595 Competizione dispose d'un cœur de 4 cylindres de 1368cm3, proposant d'une puissance non négligeable de 180 ch à 5500 tr/mn, et d'un couple maximum de 250 Nm à 3000 tr/mn. Une belle cavalerie qui promet quelques instants de bravoure sur routes enlacées et circuits.

Installé dans les sièges baquets Sabelt, on est prêt à faire fonctionner la magie Abarth. Et quand le moteur s'ébroue, on comprend que cette Fiat 500 ne compte pas seulement aller chercher des packs d'eau à l'hypermarché du coin.

Dans l'habitacle, le moteur ronronne. Un petit coup sur la pédale de droite et le bruit se fait plus présent, chatouillant agréablement les oreilles du conducteur, mais sans agresser celles du passager. Car cette Abarth sait rester assez docile pour être utilisable au quotidien. Au premier dos d'âne, on se dit même que les suspensions sont certes plus dures qu'à l'accoutumée, mais que le confort est tout à fait correct pour faire de la route. Même la direction reste souple et autorise la réalisation d'un créneau d'un geste svelte. Et pourtant…

Intérieur de l'Abarth 595 Competizione

Le petit bouton qui change tout

Et pourtant, quand on arrive sur des routes secondaires où l'on peut encore trouver du plaisir à conduire (tout en respectant le code de la route), la pupuce citadine devient bien plus méchante. Elle répond en effet au doigt, à l'oeil, et surtout au pied droit en offrant des accélérations qui donnent le sourire. Ainsi, le 0 à 100 se fait en 6,7s, un chiffre serré comme un bon café italien. Que ce soit avec la boite manuelle ou séquentielle, les rapports s'enchaînent parfaitement. Mais finalement, la direction et les suspensions souples n'altèrent-elles pas le plaisir ?

Non, et cela tout simplement grâce à un petit bouton synonyme de bonheur. Activé, l'Abarth 595 Competizione passe en mode sport, et ce dernier n'est pas là que pour la décoration. L'auto se métamorphose avec une réponse de l'accélérateur plus franche, une direction plus précise, et un bruit qui se fait plus rauque dans l'habitacle. Enfin du pur Abarth ! Avec ses 4 roues bien placées dans chaque coin, son châssis réglé aux petits oignons cipollini, et ses freins Brembo en aluminium à 4 pistons, on aborde les virages avec sérénité. On a rarement eu autant de plaisir dans une petite voiture. Mais c'était sans compter sur la grande soeur nommée Abarth 695 biposto.   

Abarth 695 biposto : sport inside

Biposto car vous pourrez prendre place à deux à l'avant, et basta ! Cette fois, nous ne sommes plus dans un monde d'harmonie où l'auto sait concilier le circuit et les courses du week-end. Ne pensez plus pratique, ne pensez plus vacances, pensez piste ! Ce modèle subit une cure d'amaigrissement drastique : la banquette arrière cède sa place à un arceau de sécurité en titane léger, le tableau de bord est dépouillé, des éléments de confort disparaissent à l'image des vitres électriques remplacées par de simples meurtrières (en option). Le tout permet d'obtenir un poids plume de 997kg. L'auto peut aussi être équipée d'une boite à crabots garantissant des passages de vitesse immédiats et brutaux. Elle demande cependant un vrai temps d'adaptation aux débutants.

Le moteur évolue aussi avec une puissance portée à 190ch à 5500 tr/mn, et un couple maximal de 230 Nm à 2000 tr/mn. La VMax passe à 230km/h, et surtout le 0 à 100 s'effectue en 5,9s. Amortisseurs et système de freinage sont également revus en profondeur pour s'adapter aux nouvelles performances. Fini de jouer, on est prêt pour participer à une spéciale du Rallye de Monte-Carlo.

Cette Abarth est démoniaque, le son provenant de la ligne d'échappement Akrapovic enivre. Elle semble collée à la route et l'on se risque à tenter des trajectoires à la limite du raisonnable. Mais il faut l'avouer, il est très difficile d'en toucher la quintessence. Renaud Poutot, pilote émérite, nous l'a prouvé lors d'un tour sur route fermé. Et ça calme ! On découvre à quel point il est possible d'attaquer, de mordre sur les bords, de prendre les virages serrés… Cette Abarth 695 biposto est un vrai petit kart à peine civilisé.

Fiat 500 Abarth 695 Biposto

Mignonne ? Mais bien sûr !

Maintenant, tout a un prix, et l'Abarth 695 biposto n'a pas celui d'une simple voiture plaisir. C'est une vraie pistarde radicale qui demandera de débourser 40 500 euros hors options. La fameuse boite à crabots augmentera à elle seule la facture de 10 000 euros !

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Heureusement l'Abarth 595 Competizione est là. Moins extrême tout en étant très performante, elle s'affiche à partir de 25 100 euros. Un prix déjà plus raisonnable pour une voiture sachant être polyvalente. Alors, simplement féminine la 500 ? Non, diablesse avant tout !