Audi A1

La firme aux anneaux se remet à la petite voiture

Après l’échec de l’A2, Audi revient sur le marché de la citadine avec une A1 qui affiche d’ores et déjà de belles promesses. Avec ses lignes agressives et sa qualité « made in Audi », cette citadine affiche des ambitions élevées. La Citroën DS3, la BMW Série 1 ou l’Alfa Roméo MiTo n’ont qu’à bien se tenir.

Audi n’est pas habituée aux échecs. Les responsables de la firme allemande ont donc peu apprécié le relatif flop de l’A2. Pas question de baisser les bras pour autant ! L’Audi A2 est morte, vive l’Audi A1 !
Hormis leur gabarit compact, rien – ou presque – ne rapproche ces deux voitures.


Une concurrence nombreuse
Avec moins de 4 mètres de long, l’Audi A1 joue clairement dans la catégorie des petites citadines. Une catégorie déjà bien fournie, d’autant que les voitures que l’on y retrouve jouissent d’une réputation assez flatteuse : Citroën DS3 , Alfa Romeo MiTo, Mini
Toutes ces voitures ont en commun une esthétique assez particulière, voire originale. Une « gueule » qui a largement contribué à leur succès respectif. De ce point de vue, l’Audi A1 se démarque clairement.


Sobriété ne rime pas avec austérité
La petite Allemande joue la carte de la sobriété. Logique, quand on s’appelle Audi. Pour autant, sobriété ne rime pas ici avec austérité. Comme plusieurs de ses concurrentes, l’A1 ose une peinture bicolore – l’encadrement des portes contrastant avec le reste de la carrosserie – tandis que la face avant se révèle assez agressive, avec des phares très allongés.

A l’intérieur, l’Audi A1 confirme l’impression laissée à l’extérieur. La fantaisie n’est pas forcément de mise, ce qui n’empêche pas la petite citadine de faire preuve d’une certaine convivialité.
Le plastique, c’est fantastique…
Surfant sur la tendance actuelle, Audi propose ainsi de personnaliser différents éléments – couleur des arches de toit, portes… Pour le reste, le plastique confirme qu’il est fantastique, surtout le pastique moussé, qui habille la majorité de la planche de bord. Visuellement, la qualité est donc au rendez-vous, même si on est loin du raffinement de certaines voitures plus luxueuses.


Le high-tech au rendez-vous, comme toujours
Comme à l’habitude, Audi va faire étalage de toute sa classe en proposant un éventail  d’accessoires high-tech : toit coulissant panoramique, éclairage intérieur à diodes, système de navigation avec grand écran et disque dur de 60 Go, clé main libres, système audio d’une puissance totale de 450 watts…
Pour la vie à bord, l’Audi A1 se montre donc généreuse. Le terme n’est pourtant pas forcément approprié, la quasi intégralité de ces équipements étant disponibles en option, moyennant donc un surcoût relativement important.

A bord de la voiture, les passagers ont la vie belle. Mais qu’en est-il du conducteur ? Il n’est pas oublié, bien sûr, Audi évoquant même « un concentré de plaisir de conduire ».
Boîte à double embrayage et 7 rapports S-Tronic, système ESP, assistant de feux de route (qui détecte à l’aide d’une caméra les véhicules et agglomérations et commute automatiquement entre les feux de route et les feux de croisement), capteur de pluie… tout est fait pour aider le conducteur.
Quatre motorisations au choix
L’aider et le laisser s’exprimer. Car, sous le capot, l’Audi A1 a de l’énergie à revendre. La citadine sera disponible avec un choix de quatre motorisations : l’entrée de gamme sera occupée par le nouveau bloc 1.2 TFSI de 86 chevaux. L’autre moteur essence est beaucoup plus sportif, le 1.4 TFSI de 122 chevaux permettant d’atteindre la vitesse maximale de 200 km/h. Du côté du diesel, Audi a opté pour deux blocs TDI de 90 et 105 chevaux.


Un bonus écologique qui ne peut pas faire de mal
Mais pour une voiture avant tout destinée à un usage urbain, la consommation semble plus importante que la performance pure. Audi ne pouvait donc négliger cet aspect. C’est pourquoi les quatre moteurs sont équipés d’un système de récupération d’énergie cinétique au freinage et du désormais « traditionnel » stop & start. Du coup, les chiffres parlent d’eux-mêmes ou presque : la consommation en carburant de la nouvelle Audi A1 varient de 3,8 à 5,4 l/100 km, selon la motorisation choisie. Les émissions en CO2 commencent pour leur part à 99 g/km. De quoi rendre la voiture éligible au bonus écologique . Compte tenu des tarifs relativement élevés de cette A1 – comme toutes les Audi – cela ne peut pas lui faire de mal…

Prix indicatif : à partir de 17 500 euros
L’Audi A1 sera présentée au salon automobile de Genève du 4 au 14 mars 2010
La date de commercialisation en France n’a pas encore été annoncée

Partager
Tags: audi
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !