Essai auto : nouvelle Hyundai i30

La Hyundai i30 est-elle trop sage pour être belle ?

--- Le ---

C'est en région parisienne que Masculin.com est parti à la découverte de la troisième génération de Hyundai i30.

Essai auto : nouvelle Hyundai i30
DR ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

C'est en 2007 que Hyundai a lancé la première génération d'i30. Une voiture pas forcément très belle, il faut l'avouer, mais qui pouvait compter sur un prix très attractif (environ 6000 euros de moins que la moyenne du segment).

En 2012, le constructeur coréen dévoilait un deuxième modèle au design beaucoup plus soigné. Plus séduisante, bénéficiant d'un rapport qualité-prix toujours intéressant, la berline compacte Hyundai a rencontré un joli succès.

Les ambitions de Hyundai

Et puisque cinq ans ont été nécessaires entre les deux premières générations d'i30, rien de surprenant à voir débarquer, cinq ans plus tard, la troisième mouture de ce modèle. Un véhicule qui débarque alors que le constructeur connaît une croissance intéressante en France : 28 000 modèles vendus en 2016, dont 46 % pour le seul Tucson (en hausse de 50 % sur un an) et 28 % pour la petite i20 (+14 % sur un an).

Autant dire que Hyundai ne manque pas d'ambition pour son i30. D'autant que les berlines de segment C ont la cote en France. Mais dans le sillage du trio tricolore (Renault Mégane, Peugeot 308 et Citroën C4), la nouvelle Hyundai i30 aura fort à faire… sans parler de la concurrence allemande, avec la Golf en chef de file. Il faudra donc cravacher dur pour permettre à la marque d'atteindre l'objectif des 31 000 véhicules écoulés en 2017.

A quoi ressemble la nouvelle i30 ?

Au niveau du design, la troisième génération d'i30 se la joue aussi classique qu'élégante. Le capot est plus plat, les lignes plus étendues. Cela se voit par les feux arrière très "horizontaux" – comme sur le Tucson – ainsi que sur la jolie arête qui parcourt le flanc de la voiture, du feu avant au feu arrière.

A l'avant, la calandre en cascade annonce le design des futurs modèles Hyundai. Il paraît que sa forme est inspirée par l'écoulement de l'acier en fusion. Tout sauf un hasard quand on sait que le constructeur produit son propre acier...

L'horizontalité évoquée plus haut, on la retrouve aussi à l'intérieur, au niveau de la planche de bord. Seul élément dissonant : le grand écran couleur (de 5 ou 8 pouces selon les versions), qui semble "flotter dans l'air" dixit Hyundai mais qui semble surtout posé là parce qu'il le fallait. Pas forcément très esthétique, mais super pratique à l'utilisation.

Hyundai se la joue premium

A côté de ce joli dessin, un mot revient souvent à la bouche des représentants de la marque : premium. Comme de nombreux constructeurs, Hyundai met les moyens pour monter en gamme.

Cela se ressent au niveau des équipements proposés puisque, même sur l'entrée de gamme de l'i30, on trouve en série une climatisation automatique bi-zone, un allumage automatique des feux avec feux de route intelligents, une caméra de recul, une assistance active au maintien de voie ou encore un système de détection de fatigue du conducteur. Et la liste n'est pas exhaustive.

1.0 T-GDi 120 vs 1.6 CRDi 110

A l'heure d'essayer la petite Coréenne, c'est le petit bloc essence 1.0 T-GDi de 120 chevaux qui s'offre à moi. Dans sa finition la plus prestigieuse – baptisée Creative. La Hyundai i30 se dote alors d'un système de recharge par induction du smartphone, d'un pédalier façon alu et d'un toit ouvrant panoramique qui baigne l'habitacle de lumière. Et comme, en plus, les sièges ont été bien pensés, le confort est au rendez-vous. Seul bémol : un léger manque de rangements.

Sur route, le petit moteur 1.0 ne manque pas de pêche... mais ne fait pas de folie non plus. Gourmand (8l/100km dans notre parcours en région parisienne), il reste agréable, d'autant que la voiture bénéficie aussi (enfin !) de suspensions dignes de ce nom. En résumé, "ça fait le job".

Je me tourne alors vers la version diesel 1.6 CRDi de 110 chevaux. Et surtout sa boîte auto DCT-7. Pas très coupleux, ce bloc est à l'image de son homologue essence : agréable et confortable, mais sage.


Mon avis sur la Hyundai i30 troisième génération

Vous l'aurez compris, la nouvelle Hyundai i30 ne s'adresse donc pas en premier lieu à ceux qui veulent jouer les pilotes du dimanche. En revanche, pour tous ceux qui veulent une voiture compacte polyvalente, connectée, moderne et confortable, il y a largement de quoi trouver son bonheur ici. La petite Hyundai se pose comme une alternative crédible à ses concurrentes françaises et européennes.

Son prix, lui, s'est d'ailleurs "européaniser" également : il faut compter 22 550 euros pour la version 1.0 T-GDi 120 Intuitive. Et jusqu'à un peu plus de 33 000 euros pour la version 1.6 CRDi 136 DCT-7 toute équipée avec toit ouvrant panoramique, peinture métallisée et tutti quanti.

Dernier détail, et non des moindres : cette berline compacte n'est que le premier des quatre modèles qui composeront bientôt la famille i30. La version break SW est attendue au Salon de Genève 2017, quelques mois avant une version sportive i30 N qui s'annonce prometteuse. La famille devrait être au complet en 2018 avec un modèle "Fastback" encore bien mystérieux !

Quant à Hyundai, l'année 2017 sera décidément chargée avec la sortie de la Ioniq en mode hybride rechargeable avant le mois de juin et surtout d'un SUV compact à la fin de l'été.

Découvrez la Galerie Photo

Thèmes connexes : hyundai essai auto-moto
A LIRE AUSSI ...
A VOIR AUSSI EN VIDEO
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS