WR
Il y a 9 ans

Bye bye, Mercury

Le dernier envol d’une marque légendaire

Mercury, la filiale de Ford née à la fin des années 30, va bel et bien disparaître : Ford a annoncé la production des derniers exemplaires au dernier trimestre 2010. En perte de vitesse depuis de nombreuses années, retour sur cette filiale américaine qui a marqué l’histoire de l’automobile.


1939 : la naissance d’une marque haut de gamme
A la fin des années 30, Edsel Ford, le fils du dirigeant de Ford, décide de créer la marque Mercury. Le but de cet homme : proposer des véhicules plus luxueux que Ford, plus accessibles que Lincoln, et augmenter les ventes.

En 1949 sort la Eight 1949. Mais c’est en 1955 que ce modèle est rendu célèbre avec le film « La Fureur de vivre » et un homme, James Dean. Symbole d’une Amérique à la conquête de la liberté, elle devient la chouchou d’une génération, version berline ou coupé, à l’instar des breaks et autres Colony Park fabriqués par la marque.


1967 : la Cougar élue meilleure voiture de l’année
Avec son moteur V8, la Cougar porte bien son nom. Ce petit bolide qui rappelle la Ford Mustang connaît vite un franc succès. Concurrente directe de la Chevrolet Camaro, avec son allure très élancée aux proportions étonnantes (avant très long et arrière plutôt court), elle entre elle aussi dans la légende des belles américaines.

En 1969, la Mercury Cyclone Spoiler II est lancée. Une nouvelle « muscle car » qui remporte du succès auprès des conducteurs à la recherche de vitesse et de luxe.

A compter des années 80, les modèles Mercury entretiennent de plus en plus de ressemblance avec les automobiles Ford. Parmi eux, le Villager, un monospace.

Depuis le début des années 2000, la marque propose seulement 4 voitures à ses clients. Milan, Mariner, Mountaineer et Grand Marquis. Malgré la sortie d’un Moutaineer hybride cette année, Mercury n’a pas réussi à reconquérir son public.


Les raisons du déclin
Tombée en désuétude, la marque Mercury est donc depuis quelques années le pâle reflet de Ford. Modèles peu attractifs, même gamme de véhicules que ceux proposés par Ford, réinterprétation de Ford déjà existantes, cette filiale en perte d’identité n’a plus de raison d’être. Elle représente moins de 1 % de part de marché dans les ventes automobiles américaines. Avec à peine plus de 90 000 véhicules vendus en 2009, on est bien loin des quelques 600 000 unités produites annuellement à la fin des années 70…

Peu de chance a été donnée à Mercury et ce, dès le départ. Ce qui a largement profité à Lincoln, dernière marque de Ford Motor Company et désormais unique fer de lance du géant américain face à la concurrence impitoyable de Lexus et Cadillac.

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error