Renault Wind Gordini

Nouvelle voiture ou simple coup de peinture ?

Après les Twingo, Twingo RS et Clio RS, la griffe Gordini s’enrichit d’un nouveau modèle de chez Renault, le Wind. Mais, la firme au losange s’est contentée de simples améliorations esthétiques pour dynamiser sa voiture…

Fin 2009, Renault faisait remonter quelques souvenirs émus aux amoureux de course automobile, en relançant la griffe Gordini. Dans les années 1970, la R8 Gordini avait effectivement régné en rally et Renault a donc décidé de faire revivre cette légende, en déclinant les Twingo, Twingo RS et Clio RS en version Gordini.


Les mêmes moteurs que le Wind classique
Mais là, tout laisse à penser que le moteur de ce « nouveau » Wind ne rugira pas comme celui de ses grandes sœurs labellisées RS. En effet, autant commencer tout de suite par les aspects négatifs de ce modèle : il n’a de sportif que l’allure – ou presque !
Ainsi, si Renault n’a rien annoncé d’officiel, on devrait donc retrouver sous le capot les blocs 1.2 TCE de 100 chevaux et 1.6 de 133 chevaux, qui équipent le Wind classique… Pour un modèle « sportif », on a vu mieux.
Le Renault Wind Gordini devrait tout de même séduire les amoureux de tuning ou de belle carrosserie. Car esthétiquement, ce roadster « en jette ». Sans surprise, le nouveau joujou de Renault hérite d’une peinture « bleu malte » parcourue des incontournables deux bandes blanches. Les bossages de coffre se parent quant à eux d’une teinte blanc glacier, le toit contrastant fièrement avec son noir brillant. Au milieu des roues de 17 pouces, les jantes aussi ont droit à cette teinte si particulière, qui fait le charme de cette griffe Gordini.


Ambiance sportive à bord
A l’intérieur, ce Renault Wind récupère aussi un habillage spécialement étudié. Les sièges en cuir arborent les couleurs noires et bleues, tout comme le volant, le levier de vitesse ou encore les sangles sur les portières. L’ambiance sportive est donc plus que jamais au rendez-vous, donnant au pilote la sensation d’être au volant d’un véritable bolide de course. Et, au risque de nous répéter, dommage que cela ne se vérifie pas sous le capot de la voiture, même si, avec 133 chevaux, il y a de quoi se procurer certaines sensations…

Partager
Tags: renault
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !