Ferrari FF : une Ferrari Formidable

Une voiture vraiment… différente

La Ferrari FF, dévoilée au salon de Genève, est la remplaçante de la 612 Scaglietti. Elle n’a surtout rien à voir avec les autres modèles de la marque. Avec ses 4 vraies places et ses allures de break, la FF n’a pas fini de surprendre !

En décembre 2010, Luca di Montezemolo, le patron de Ferrari, avait été clair : « Vous découvrirez au salon de Genève une Ferrari très différente ». Et le résultat a été à la hauteur des attentes, avec cette FF, dont les premières images avaient été dévoilées en janvier dernier. Un rapide coup d’oeil à la nouvelle Ferrari FF suffit à étayer les propos du boss du Cheval cabré.


Si, de face, cette FF fait clairement penser à la 458 Italia, son profil allongé et l’arrière de la voiture détonnent : la Ferrari FF est dotée d’un hayon et ressemble à un break ! Sportif, le break, quand même – on reste chez Ferrari, hein !
Ce hayon permet en outre à cette Ferrari de se distinguer à un autre niveau : le coffre est en effet – et de loin – le plus volumineux de la catégorie avec 450 litres, extensible jusqu’à 800 en rabattant les sièges arrière. Car oui, la FF a des sièges à l’arrière. Normal : FF signifie « Four – Four », soit 4 places et 4 roues motrices – une première pour Ferrari. Et à l’intérieur, l’espace, le confort et le luxe sont omniprésents. Bref, de quoi faire de cette voiture une vraie familiale… enfin presque !

Avec cette FF, Ferrari fait honneur à son logo du cheval cabré. Sous le capot, les 660 chevaux sont carrément au galop pour faire vrombir le moteur V12 – le même que la 612 Scaglietti… en mieux ! Avec un poids « réduit » à 1 790 kilos, ce petit bijou permet d’offrir de sacrées sensations sur la route. Ferrari annonce ainsi une vitesse de pointe de 335 km/h et un passage de 0 à 100 km/h en tout juste 3,7 secondes. Une demi-seconde de mieux que la 612 Scaglietti !

Décoiffante, la Ferrari FF est aussi gourmande, forcément : sa consommation en carburant s’élève à 15,4 l/100 km quand ses émissions en CO2 culminent à 360 g/km. En même temps, ce n’est pas sur ce point que les passionnés du constructeur italien s’arrêteront.
Non, eux s’arrêteront davantage sur la plastique et la mécanique de la belle. Et avec son aspect atypique, on peut dire que la FF est une véritable réussite. Avec Ferrari et Pininfarina, il pourrait difficilement en être autrement, non ?

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !