Les plus gros flops de l’automobile

Quand les constructeurs dérapent

Elles sont entrées dans la légende… à leur façon. Ces voitures ont marqué l'histoire automobile pour de mauvaises raisons. Pas en phase avec leur époque, mal conçus, trop chers : des flops retentissants qui ont terni l'image ou précipité la chute de constructeurs mythiques.



Ford Edsel : « l'expérience » qui tourne court
A la fin des années 1950, Ford se lance dans un pari nommé « E car » (« E » pour expérience) qui deviendra « Ford Edsel ». Design raté, prix inaccessible en période de crise économique : la Ford Edsel est un fiasco complet… Qui coûtera 400 millions d'euros au constructeur américain.

Ce modèle Aston Martin lancé en 1976 revendique 225 km/h sur l'asphalte. Mais la Lagonda consomme beaucoup trop, à l'heure de la flambée des prix du pétrole. 645 modèles construits en 15 ans et un revers sans précédent pour le constructeur britannique.

A 88 miles par heure (140 km/h), la DeLorean DMC-12 est une voiture qui permet (théoriquement) de voyager dans le temps. Demandez à Michael J. Fox, le héros de « Retour vers le futur ». Mais dans la réalité, c'est une autre histoire. 9 000 exemplaires de la DeLorean sont écoulés entre 1981 et 1983 : un flop magistral, et une faillite immédiate pour le constructeur.

Dans la lignée de la DeLorean, la Bricklin SV-1 déploie ses portes papillon pour séduire les amateurs de modèles fantasques… Et sportifs. Cette voiture du futur lancée par Malcolm Bricklin, fondateur de Subaru for America, est un bide. A peine 3 000 exemplaires produits.

Pour renouveler l'Espace, son « blockbuster » familial, Renault lance l'Avantime en 2001. Malgré un design original, ce coupé-space aux grandes surfaces vitrées est un fiasco. Les retards sur la chaîne d'assemblage lui coûtent cher. A peine 8 500 exemplaires vendus.

Qui peut le plus peut le moins… C'est sans doute la maxime qui a guidé le développement de l'Audi A2 commercialisée en l'an 2000. Malgré un moteur bourré d'innovations et un grand confort intérieur, l'Audi A2 fait pâle figure face aux « grandes » de la marque allemande. Sortie de route prématurée en 2005.

Tata invente la voiture low-cost en 2008. Son nom : la Nano. Une voiture en forme de pot de yaourt censée répondre aux besoins de la middle-class indienne. Pas de système de ventilation, pas de direction assistée. Les 1 700 dollars à débourser sont de trop. Les Indiens lui préfèrent la mobylette.

Partager