DeLorean : retour vers le futur

Une trajectoire qui n’a pas entamé sa légende

A 140 km/h, la célèbre DeLorean fait voyager Michaël J. Fox dans le temps dans le film culte « Retour vers le futur », en 1985. Immortel à l'écran, ce modèle mythique figure pourtant parmi les flops les plus retentissants de l'Histoire de l'automobile.


DeLorean DMC-12 : le véhicule durable
En 1976, John DeLorean, ex vice-président de General Motors, projette de lancer un modèle durable, axé sur la sécurité, et qui plus est éco-responsable. A contre-courant de la logique industrielle qui prévaut à l'époque, il baptise le concept DeLorean Safety Vehicle épaulé par William T. Collins, transfuge de Pontiac.

Les premiers éléments du modèle unique de DeLorean sont en place : les portes papillon et la carrosserie en acier inoxydable survivront à toutes les étapes de conception du prototype, et même au-delà. De même que le moteur en position arrière, dont la version finalement retenue est un V6 PRV, fruit d'une alliance entre Peugeot, Renault et Volvo.

La DeLorean DMC-12 réunit plusieurs éléments qui la projettent déjà vers le futur : outre les matériaux durables, cette voiture dispose notamment de pare-chocs à absorption, quatre disques de frein, et une tenue de route impeccable.

Malgré son aspect visionnaire, le coupé sportif subit plusieurs à-coups dans la phase de production, des retards dus à l'assemblage de ses éléments disparates et à l'utilisation de matériaux douteux.

Pour accélérer la mise en production, le modèle est finalement doté d'éléments ayant fait leur preuve à l'échelle industrielle, plus particulièrement chez Lotus, comme le châssis et la suspension.

Débutée en 1981, la production du modèle stable commence dans une usine située à Belfast en Irlande du nord. Sur fond de tension sociale, la DMC-12 est assemblée par des ouvriers insuffisamment formés, et les premiers modèles sortis d'usine sont truffés de défauts.

L'image de fiabilité de la DeLorean est sérieusement écornée, alors que les premiers modèles sont commercialisés aux Etats-Unis. Malgré la résolution des problèmes de qualité en 1982, le constructeur fait faillite la même année. Au total, seulement 9000 modèles ont été conçus, un véritable fiasco.

Le design futuriste de la DeLorean tape dans l'œil du réalisateur Robert Zemeckis au moment où il écrit le film d'une génération, « Retour vers le futur ». Un « casting » que la DMC-12 doit aussi à ses performances routières, avec ses pointes de vitesse à 200 km/h.

Équipe du célèbre « convecteur temporel », elle devient un vaisseau défiant les lois de la gravité et la physique quantique. A l'issue de cette trilogie mythique, un « phénomène nostalgique » s'enclenche autour de la DeLorean. Et celle-ci revit aujourd'hui dans la vraie vie : grâce notamment à la DeLorean Motor Company, une société basée au Texas, qui entretient la légende

Partager
Tags: mythe