Ford Fiesta : déjà 35 ans !

Une voiture, six générations

Six générations de Fiesta se sont succédé depuis les débuts du modèle emblématique de Ford, en 1976. Conçue initialement pour le marché européen, la citadine du constructeur américain a depuis tracé sa route au-delà du Vieux Continent. Retour sur une success-story, qui s'est écrite en toute discrétion.


A la conquête du marché européen
La première génération de Ford Fiesta voir le jour dans les usines d'assemblage de Cologne et Valence. Elle concrétise les ambitions commerciales de Ford sur le marché européen, au milieu des années 1970. En 1976, le premier modèle – la Fiesta MkI – inaugure la saga de la citadine polyvalente de Ford. Un modèle 3 portes, léger (700 kg), qui tire avantage des technologies aérodynamiques brevetées par Ford pour réduire au minimum la consommation d'essence : 5,6 l/100 km pour la version 1l. Un critère d'achat de plus en plus important après le « choc pétrolier » de 1973.


L'ère du diesel
En 1983, la deuxième génération de Fiesta (MkII) améliore l'aérodynamisme du modèle initial. Capot, prises d'air et optiques changent de look, au bénéfice de l'allure générale de la Fiesta.
Ford ne rate pas le train du diesel au passage, en lançant une Fiesta équipée d'un nouveau moteur diesel 1,6 litre de 54 chevaux. A l'époque, c'est l'un des modèles les plus économiques de sa catégorie, revendiquant 3,8 l/100 km à 90 km/h. Soit légèrement mieux que l'emblématique Peugeot 205 Diesel.

La troisième génération de Ford Fiesta MkIII (1989) assoit la notoriété de la citadine, vantée pour sa fiabilité. Plus élancé, le modèle est décliné en 3 et 5 portes, ses lignes aérodynamiques sont adoucies. Le système de freinage anti-blocage SCS débarque en option. La voiture bénéficie d'autres améliorations pour le confort et la sécurité des passagers : pare-brise chauffant, transmission automatique fluide, points d'ancrage des ceintures de sécurité réglables…
500 000 Ford Fiesta sont écoulées en 1989, année charnière pour le constructeur américain. La MkIV prend la relève en 1995 : La Fiesta bénéficie d'un restylage important, tandis que Ford abandonne les modèles Turbo diesel, apparus en 1992.



Nouveaux horizons
Fort du succès de la Fiesta en Europe, Ford nourrit des ambitions légitimes sur d'autres marchés, comme l'Inde ou le Brésil. Le constructeur « voit plus grand » et décline plusieurs motorisations pour son modèle fétiche. Comme le moteur 1.6 TDCi, qui apparaît en 2005, trois ans après la 5e génération de Fiesta (en trois et cinq portes). Le modèle le plus puissant de la Fiesta jamais créé est lancé la même année avec la Fiesta ST de 150 chevaux.

Début 2008, la sixième génération de Fiesta est présentée au salon de Genève, en pleine vague « développement durable ». Le modèle standard perd 40 kilos par rapport à celui de la génération précédente. Et joue la « carte verte » : Ford lance ainsi sa Fiesta « Econetic », un modèle diesel qui ne rejette que 98 g/km de CO2. De quoi donner de l'air à la Fiesta… Pour les 6 prochaines générations ?

Partager