Lotus Elise

Généralités

La lotus Elise n'est ni discrète ni pratique : une vraie voiture de sport au sens noble du terme !

©Lotus

Voiture essayée
Type Lotus Elise
Motorisation 1,8l 16s 122 ch.
Niveau de finition Sport Tourer
Catégorie Roadster
   
Conditions de l'essai
Essayeur Le Gitan
Origine de la voiture La voiture appartient à l'essayeur
Première mise en circ. 2002
Kilométrage 3.000 km
Conditions de l'essai 1.000 km parcourus, sur tous types de routes.

Habitabilité
L'Elise est tout sauf habitable! Même si la finition Sport Tourer possède des bacs de rangements en plus par rapport à l'origine. Le coffre est tout juste suffisant pour loger la capote et une petite valise avec une brosse à dents et trois caleçons !
Autrement, il y a plein de place pour les jambes et les baquets ne tiennent pas trop mal.

Performances et agrément moteur
Grâce au poids très contenu de l'auto (770 kg), le petit moteur d'origine Rover de 122 ch se montre très pétillant et alerte avec une sonorité très sympa !
Ce qui fait la force de l'Elise, c'est son châssis absolument formidable ; une vrai voiture de piste ultra efficace et très vive.

©Lotus

Par contre, les suspensions sont fermes et la direction non assistée nécessite des bras plutôt musclés pour manœuvrer le tout petit volant.
La direction très directe retransmet tout l'état de la route… On la lit du bout des doigts !!

Consommation
Le réservoir de 32 litres est vraiment petit et la consommation d'environ 10 litres aux 100 donne une autonomie d'à peine 300 kilomètres… Mais on fait avec.

©Lotus

Confort

Pour une auto exclusive très typée course, elle est relativement confortable… sur 200 km au maximum!

– L'équipement pléthorique comprend:
– Un autoradio CD avec 4 HP
– Des baquets en cuir
– Des tapis de sol
– Un petit bac de rangement derrière les baquets…

C'est tout : pas de gadget électronique, pas de climatisation, pas de GPS…

©Lotus

Sécurité

A part la ceinture de sécurité, il n'y a rien pour la sécurité si ce n'est le sérieux et la maturité du conducteur/pilote.

Le châssis est très pointu, donc il ne pardonne pas les erreurs de néophyte… Sans compter que sous la pluie, c'est très sport…

Rester humble, il faut savoir rester humble. Le freinage est sans assistance et sans ABS. Cela veut dire qu'il faut appuyer vraiment très fort sur la pédale pour s'arrêter.

La première fois ça surprend. Puis ensuite on apprend a doser son freinage et on se rend compte que c'est très puissant et hyper résistant.

Normal, avec des gros disques percés aux quatre roues, des étriers AP Racing 2 pistons à l'avant et mono-piston à l'arrière.
Les reprises sont plus que suffisantes, ça arrache !

Conclusion
Une vraie voiture de sport au sens noble du terme ! "Light is right" disait Colin Chapman, le créateur de Lotus.
Ce n'est pas une auto pratique, c'est tout sauf discret, ça prend l'eau quand il pleut, ça fait plein de bruits bizarres… Mais qu'est ce que c'est bon !
Vous montez dedans, vous roulez pendant cinq minutes et vous avez le sourire jusqu'aux oreilles ! Une vraie boîte à bonheur !

©Lotus

Les plus Les moins
Comportement sportif Personnes de grande taille à l'étroit
Ligne d'enfer Finition désastreuse
Légende sur roues Casse-gueule sous la pluie
Article réalisé par notre partenaire PassionAutomobile.info
Vous pouvez réagir à cet essai sur le forum de Passion Automobile
Partager