Christophe Boucher
Il y a 12 ans

Essai Volvo C30

Généralités

La Volvo C30 combine esthétique et tenue de route : de quoi empiéter sur les plates-bandes des allemandes comme la Golf, l'Astra, la Focus et l'A3.

©Volvo

En sortant la C30, Volvo vient se positionner clairement dans le segment très prisé de la Golf, Corolla, Astra et autre A3 (…)
La C30 est visuellement une réussite esthétique avec la ligne générale de la marque bien affichée et une poupe rappelant directement l'ancienne 480 et son coffre en verre.

La clientèle visée par la petite Volvo est clairement jeune et la volonté affichée d'en faire un modèle plus sportif et fun n'est pas du tout dissimulée.

Vue de l'extérieur, la C30 est assez réussie avec un look sport prononcé et une ligne montante d'avant en arrière. Le hayon vitré de petite taille enjolive bien l'arrière assez large (…)

Les feux arrières sont dans la lignée du design actuel, mais ont été élargis sur les ailes pour accentuer avec bonheur le côté sportif du modèle. Les phares sont encadrés de noir, également dans le but d'accentuer le côté jeune et branché.
Dernier point pour l'extérieur : la C30 n'est disponible qu'en version 3 portes.

Voiture essayée
Type Volvo C30
Motorisation2.0D 136 ch.
Conditions de l'essai
EssayeurJean-Fi (internaute)
Origine de la voitureVéhicule d'essai
Première mise en circ.Hiver 2006
Conditions de l'essai60 Km parcourus sur autoroute, dans les campagnes et en ville

Habitabilité
En montant à bord, on entre immédiatement dans l'univers Volvo, les commandes sont classiques et à leur place habituelle. La console centrale héritée de la S40/V50 est reprise également telle quelle, comme dans la nouvelle C70.
C'est visuellement attractif et solide et respire la qualité et l'ergonomie. Un chauffeur Volvo trouve y immédiatement ses marques (…)

Les sièges sont impeccables, comme toujours, mais la place réservée aux jambes est un peu juste à l'avant alors qu'elle est excellente à l'arrière. La grosse innovation qu'apporte ce nouveau modèle est que c'est une stricte 4 places avec 4 sièges individuels.

©Volvo

Les passagers arrières seront aussi bien installés qu'à l'avant avec une bonne place pour les jambes et un accoudoir central pas très large mais assez long. Dommage que cet accoudoir une fois rabaissé laisse un trou vers le coffre (…)

Passons au coffre : grosse déception ; il est ridicule que ce soit par la taille ou la hauteur utile. Il est étroit et fortement découpé. Deux valises de taille moyenne et c'est tout ce que vous pourrez emporter si vous voulez dissimuler le contenu du coffre au regard.

Les deux sièges sont rabattables séparément et permettent l'obtention d'un plancher plat d'1m50 de longueur pour un volume total de 1.010 litres. L'habillage du coffre est coordonné à l'habillage de l'habitacle (…)

Consommation, confort et sécurité >>>

©Volvo

Consommation
Le constructeur annonce 5,7 l/100 de moyenne. J'ai effectué 60 kilomètres avec cette voiture en conduite active, avec à la clé une consommation de 8,2l/100.
Cela me paraît excessif pour le mode de conduite employé.

Le réservoir de 52 litres permettra une autonomie de 900 Kms en théorie, mais je pense qu'il faudra tabler sur une moyenne de 6,5 au minimum avec une autonomie maximum de 800 kilomètres.
C'est en dessous de la moyenne actuelle pour ce segment (…)

©Volvo

Confort et agrément de conduite
Les sièges avant sont très bien dessinés et offrent un excellent soutien lombaire et latéral.
L'assise est un peu plus dure que dans la S40/V50 et favorise les sensations au détriment du confort, les longs trajets devraient se révéler moins reposants.

Les sièges arrière individuels sont à peine différents des avant et offrent un bon confort également.
La place dévolue aux jambes est au-dessus de la moyenne de la catégorie, mais au détriment du compartiment à bagages.

Sur routes lisses, le confort n'est jamais pris en défaut, pas plus que l'insonorisation assez bonne dans cette catégorie. Mais dès que l'on emprunte des routes un peu dégradées, les secousses deviennent importantes, toutes les irrégularités sont ressenties dans le volant et les sièges.

La voiture devient alors fatigante à conduire. Le châssis très stable et précis est vraiment conçu pour une conduite à la limite et dans ce cas, c'est le pied assuré. Le moteur réagit vivement, la tenue de route est fantastique et les virages serrés sont avalés à la corde dans un léger crissement de pneus. 

©Volvo

Sécurité
C'est une Volvo, donc les 6 airbags sont de série, l'ABS et EBD, l'anti-dérapage DSTC, ceintures avec prétensionneurs, capteur d'angle mort, système IDIS de gestion des informations… Tout y est.

La visibilité de trois quart arrière est assez moyenne à cause des larges montants arrière, mais est compensée en partie par la taille des vitres latérales. De même, la visibilité vers l'arrière est très limitée par la petite taille du hayon vitré.
Le radar de parking se révèlera très pratique en permettant l'approche d'un obstacle jusqu'à 25 cm.

La visibilité du chauffeur vers l'arrière gauche est tout simplement nulle : la configuration 3 portes recule le montant B qui est ainsi positionné tip top dans le champ de vision et sa taille masque toute la vue arrière. Il faut se pencher vers la vitre pour voir un minimum.

Performances et agrément moteur
Le moteur turbo diesel 16 soupapes de 1.997 cm³ délivre 136 cv et est hérité du partenariat Ford-PSA. Ce bloc motorise les Ford C-Max et Focus, Peugeot 307, 407, 607 et Volvo S40/V50. Le couple maxi de 320 Nm est atteint à partir de 2.000 tpm.

©Volvo

Le moteur se montre généreux et correctement insonorisé jusqu'à un régime moteur de 3.000 tours, à partir duquel le bruit devient un peu envahissant. Les reprises sont excellentes et hargneuses quand on pousse les rapports plus hauts. Ce bloc conviendra très bien pour une conduite sportive. Son bruit un peu rauque est assez agréable à entendre en mode « rallye ».

Hélas, la boîte 6 vitesses se montre désagréable à manier à cause d'un embrayage trop mou et peu progressif et d'autre part un levier de vitesse très dur à manier. Les passages de vitesses sont difficiles et heurtés, les performances en accélération s'en ressentent fort avec des trous dans les montées en régime.

Le couple est généreux dès les 1.500 tpm et atteint son maximum à 2.000. Au-dessous des 1.200, c'est un peu juste mais assez satisfaisant.

Qualité
La qualité générale de la carrosserie et la finition intérieure est excellente. Tout est très bien ajusté, présente un aspect robuste de bonne facture, les revêtements divers sont solides et bien finis. Tout respire la qualité et la solidité façon suédoise. L'austérité reste encore un point à améliorer un minimum pour vraiment en faire une voiture de jeunes. Un bon point visuel : les teintes disponibles pour les tapis de sol permettent d'harmoniser l'intérieur à la couleur de carrosserie. Idem pour le coffre.

©Volvo

Conclusion
Avec la C30, Volvo veut clairement empiéter sur les plates-bandes des allemandes comme la Golf, l'Astra, la Focus et l'A3.
Elle représente une alternative sérieuse à un prix correct au vu de son équipement de base. Elle se rapproche pas mal de la Focus, mais son prix la réservera à la clientèle habituellement typée Audi/BMW. Plus fun qu'une Corolla en offrant le même sérieux, je pense qu'elle fera rapidement partie du paysage routier de sa catégorie.

Avec 13 couleurs de carrosserie, 4 pour les kits sports, 11 modèles de jantes alu, 15 habillages intérieurs, 4 décorations pour la console, 3 pour le volant et le levier de vitesse et deux pour le pédalier, les combinaisons décoratives possibles sont énormes pour personnaliser la voiture.

Les plusLes moins
Esthétique3 portes uniquement
Places arrièrescoffre risible
Tenue de routesuspensions sèches
Article réalisé par notre partenaire PassionAutomobile.info
Vous pouvez réagir à cet essai sur le forum de Passion Automobile

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error