Perrine
Il y a 9 mois

Mazda 2 : la compacte 2020 sans compromis

Alors que Mazda s’apprête à fêter ses 100 ans, le constructeur nous donne rendez-vous en Grèce pour découvrir le nouveau visage de sa Mazda 2.

Lancée en 2002, la citadine nipponne de 4ème génération s’offre un léger relooking dans l’ère du temps. Nous nous envolons vers Athènes pour découvrir cette citadine premium.

Une Mazda 2 chic et distinguée

Comme vivante, l’auto se dévoile sous nos yeux par des lignes fluides qui procurent finesse et élégance et qui nous font retrouver l’esprit du design Kodo si cher à la marque.

Sans trop en faire la petite japonaise propose une nouvelle calandre pour un centre de gravité plus bas ainsi que de nouvelles optiques. La face arrière, elle aussi, légèrement retouchée avec, comme à l’avant, un nouveau bouclier dévoile cette fois ci une ligne horizontale plus basse.

Enfin, de nouvelles jantes alu de 15 ou 16 pouces sont également disponibles pour encore plus d’élégance, et cela donnent à notre auto l’impression d’être bien ancrée à la route.

Chez Mazda, le design intérieur reste généralement cohérent avec l’extérieur et notre Mazda 2 n’y échappe pas une fois de plus : c’est donc avec bonheur que l’on retrouve cette même fluidité et pureté des lignes.

Certes sans excentricité, on apprécie la sobriété et raffinement de l’habitacle. Rien est de trop mais tout y est… et au bon endroit.

Un gros compte tour aiguille avec la vitesse en digital pour une lisibilité instantanée, un pommeau de vitesses qui tombe parfaitement bien sous la main, et des matériaux nobles (mélange de cuir et suédine haut de gamme pour les sièges) qui galvanisent cet intérieur fait de jeux de lumières et qui se veut particulièrement confortable.

Toute en souplesse

Après avoir touché les plastiques moussés et apprécié à sa juste valeur l’habitacle, il est temps pour nous de prendre les routes du bord de mer.

Nous partons d’Athènes au volant du 1,5l Skyactiv-G 90ch« Exclusive Édition » en boite mécanique. La micro-hybridation permet de réduire les émissions de CO2 (94g/km) et de conserver une consommation plutôt basse pour notre atmosphérique (4,1l/100km cycle mixte)… qui se conduit haut dans les tours !

Une habitude à prendre mais largement aidée par la boîte mécanique précise, aux rapports certes un peu longs mais qui verrouille très bien.

Nous continuons en direction du cap Sounion après avoir changé notre modèle pour une boîte automatique.

Cette fois ci dépourvue de micro-hybridation nous sélectionnons le mode de conduite le plus sportif (2 proposés). Bon, ne vous attendez pas à transformer votre Mazda 2 en avion de chasse cependant, pour plus de dynamisme la boîte enclenchera toujours un rapport de moins… et c’est agréable d’autant plus que cette dernière s’avère plutôt réactive et les palettes au volant appréciables !

Equipée comme une grande

Et puisqu’on parle de dynamisme, notons que le châssis et la carrosserie ont été optimisé pour de meilleures sensations : un véhicule souple pour un corps stable !

Essentiellement développée autour de l’humain notre compacte se voit donc dotée de nouveaux sièges dit « siège pelvis vertical » particulièrement confortables et à l’excellent maintien.

C’est donc dans un total confort que l’on poursuit notre route et apprécions le travail réalisé sur l’insonorisation : une réduction des bruits de 35% par rapport au modèle précédent (2015).

Richement dotée en équipements notre petite Mazda propose dans sa version haut de gamme la technologie en sécurité active nouvelle génération I-Activsense qui comprend l’aide au freinage en mode urbain (SCBS), le système de surveillance des angles morts (BSM), le système de surveillance du conducteur (DAA), et régulateur adaptatif Mazda (MRCC).

Même si l’on ne pense pas d’entrée de jeu à notre Mazda 2 qui avoisine les 21850 € (23850€ en boîte auto), cette “compacte-premium” sera parfaite pour ceux qui refusent de faire des compromis.

Année importante pour le constructeur japonais qui fête actuellement ses 100 ans, notre modèle devrait atteindre et ravir 34 000 propriétaires en Europe pour cette année.

Et pour l’heure il nous tarde de voir arriver le mois d’octobre où le constructeur marquera son siècle d’existence par l’arrivée de son premier véhicule électrique !

 

 

 

Perrine

Passionnée d'auto, je vous emmène sur des pistes déjantées aux circuits totalement givrés, avec la curiosité des nouveautés ! Intéressé par mes essais ?! Retrouvons-nous sur votre rubrique Auto Masculin.com... et quelques coulisses sur @per.cha