Alain Daldem
Il y a 3 semaines

[ESSAI AUTO] Peugeot 208 II : les moyens de ses ambitions

Elle était pleine d’ambition, la petite 208, lors de sa sortie en 2012. Pétrie de qualités, elle avait l’appétit du lion et espérait dévorer sa concurrente française : la Renault Clio.

Mais la reine du losange ne s’est pas laissée faire et a affirmé sa domination aussi bien en France qu’en Europe. Qu’à cela ne tienne, la Peugeot 208 revient et change radicalement.

Premier contact avec la nouvelle 208

Griffe distinctive

Car si la Clio, également renouvelée récemment, est restée très sage dans ses évolutions, la nouvelle Peugeot 208 fait savoir au premier coup d’œil qu’elle tient à secouer le milieu des citadines. Ce que l’on remarque avant tout, ce sont les feux en dent de sabre hérités de la grande 508. On aime, on n’aime pas, on ne reste pas indifférent.

A l’intérieur des optiques Full LED de notre finition Allure, le lion affirme sa signature avec 3 traits lumineux que l’on retrouvait uniquement à l’arrière du véhicule jusqu’à présent.

A l’arrière justement, un long bandeau noir relie les feux sur toute la largeur de l’auto, donnant un look très identifiable. Et nous n’avons pas encore parlé du profil qui est… beaucoup plus sage !

On retrouve même les grandes lignes du design de la précédente 208. C’est le tour de force de Peugeot : certaines marques font des designs osés, d’autres consensuels, Peugeot a mixé les deux avec beaucoup de caractère sur l’avant et l’arrière, mais une sagesse préservée lorsque l’auto est prise dans sa globalité. De quoi plaire à tout le monde en ayant du style, bravo !

Désennuyer les lendemains

Dans un slogan malheureusement en anglais, le constructeur veut rendre le futur moins ennuyeux. Avec la 208, il met cela en application à l’intérieur de sa citadine.

Le poste de conduite est étonnant, voire déroutant. Le design est un rien chargé, et met en avant deux écrans : un latéral orienté vers le conducteur de 5, 7 ou 10 pouces selon les versions (compatible Apple CarPlay et Android Auto), et un face au conducteur avec un effet 3D (pouvant rappeler la Nintendo 3DS, en bien mieux cependant).

Pour le reste, Peugeot reprend les codes de ses derniers modèles avec des touches piano pour les principales commandes, et le fameux petit volant.

Que vaut la Peugeot 208 sur la route ?

Un intérieur hors normes

Prenons d’ailleurs directement la route. Car ce petit volant fait souvent couler beaucoup d’encre, mais il s’adapte parfaitement à une petite citadine. Il prend ici tout son sens, et on retrouve une liberté plaisante à se faufiler en ville avec la direction précise à souhait. On fait corps avec l’auto !

Selon la position de conduite, une partie du bloc d’instrumentation appelé i-Cockpit restera caché, grief récurrent des opposants à ce volant. Néanmoins, on ne perd jamais de vue les informations les plus importantes, dont la vitesse.

On s’habitue très vite au système d’affichage 3D original et bien pensé de cette nouvelle 208. Il ne nous déconcentre en rien de la route.

Le poste de conduite est tourné vers le conducteur. On accède ainsi facilement aux diverses fonctions avec un minimum d’habitude. Seule fonction mal orientée, la commande de siège chauffant. Celle du passage est tournée vers le conducteur, et vice-versa.

Pour le reste, l’écran tactile est réactif et permet par exemple de régler la température aussi rapidement qu’avec un bouton physique. L’ergonomie a été sans conteste très bien travaillée.

L’esprit toujours sportif de la Peugeot 208

La nouvelle 208 privilégie la conduite sportive. Les sièges de notre finition Allure sont beaux et bien enveloppants, avec un maintient ferme. Ils sont confortables, mais la fameuse pause toutes les 2h fera tout de même du bien.

Le châssis est aux petits oignons et s’arrange très bien d’une conduite dynamique. De nouveau, les suspensions sont typées « sport » et sont un rien fermes. On le ressent surtout sur les portions de route au bitume dégradé. L’occasion d’ailleurs de se rendre compte que les routes françaises prennent du retard sur leur entretien.

Cependant, cette Peugeot 208 s’avère aussi à l’aise en ville que sur les longs trajets, confirmant son statut de citadine polyvalente.

Notre modèle, équipé du moteur essence Puretech de 100ch, bénéficie de bonnes reprises, même s’il faut pousser un peu sur les premiers rapports.

Une fois lancée, plus de problème et on apprécie l’insonorisation réussie à vitesse élevée. La boite manuelle est douce et agréable à utiliser. Elle se prête bien à la conduite sportive de l’auto, même si le groupe PSA dispose aujourd’hui d’une bonne boite automatique qui ira très bien avec la vocation citadine de l’auto.

Equipée comme une 508

Côté pratique, n’oublions pas de faire un tour du côté des équipements. Comme tout nouveau modèle qui se respecte, la 208 se met à jour et propose un régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop & Go en boite automatique EAT8, l’aide au maintien dans la voie, le park assist, le freinage automatique d’urgence, les feux de croisement/route à changement automatique… des équipements qui étaient uniquement sur des grandes routières comme la 508, il y a encore peu.

Avec un volume de coffre de 265 litres (données constructeur), celui de la nouvelle Peugeot 208 n’est pas le plus grand de la catégorie, mais sera suffisant pour les courses et petit week-end. Il reste cependant en deçà de celui de sa principale concurrente, la Renault Clio V, annonçant un volume de chargement de 391 litres.

Pour les virées à 5 personnes, il faudra bien trier ses bagages. Cependant, les passagers voyageront à l’aise avec un espace aux genoux suffisant.

Conclusion : 208, l’autre sacré numéro

Peugeot revient dans la course avec sa nouvelle 208, et les premiers chiffres de vente prouvent que le public répond présent. Belle, bien pensée, l’auto a tout pour réussir et permettre au constructeur de s’imposer en France sur le secteur des citadines.

On surveillera de près sa cohabitation avec sa cousine Opel Corsa, basée sur la même plateforme nommée CMP, mais au design plus sage. Peugeot tient en tout cas un best seller capable de s’ancrer durablement dans le paysage automobile.

La Peugeot 208 II est disponible à partir de 15 500€ en finition Like, 17 700€ en finition Active, 20 600€ en finition Allure, et 22 70€ en finition GT Line.

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Alain Daldem

Média, automobile, et gastronomie : trois domaines différents mais qui font mon quotidien. Je reste à l'affût des actualités de ces secteurs. Au plaisir de les partager prochainement avec vous sur masculin.com !