Essai Kia Niro Hybride rechargeable : elle a tout d’une grande

Hybride, hybride rechargeable ou électrique ? Avec le Niro, apparu en 2016 et restylé il y a bientôt 2 ans, Kia joue la carte du choix et propose 4 motorisations, toutes fonctionnant au moins en partie avec de l’électricité. Nous avons coupé la poire en deux pour essayer pendant une semaine le Kia Niro hybride rechargeable, fort de 141 ch. Confortable et efficient ce Niro ?

Un Crossover plus grand qu’il n’y parait

Avec ses 4,35m de long, le Niro fait figure de géant dans la galaxie des Crossover urbains, quand la majorité de ses concurrents pointe autour des 4,25m; un choix assumé de la part de Kia dans la vaste gamme du constructeur, pour le différencier du petit Kia Stonic et ses 4,14m. Entre Niro, Stonic et Xceed, il y a du monde chez Kia, mais chacun possède son propre design et surtout sa personnalité, et le crédo de notre Niro, c’est la famille.

Kia Niro Hybride rechargeable

Si la face avant est caractéristique de la production Kia de ces dernières années, avec une calandre pincée et ses optiques en amande. L’arrière est quant à lui très différent, tant le Niro semble s’arrêter « net » avec une poupe très plate, privilégiant l’espace à bord au design, même si le résultat est tout à fait honorable de profil.

Un habitacle simple et efficace

A l’intérieur, on retrouve une planche de bord inédite, et Kia n’a pas cédé à la facilité en proposant un intérieur différent de la Ceed que nous avions essayé. La sellerie cuir de notre finition Premium nous accueille confortablement et nous propose des sièges chauffants à l’avant et un réglage électrique pour le conducteur.

Derrière le volant en cuir multifonction, des compteurs entièrement numériques de 7″ prennent place, aux côtés de l’écran central d’infodivertissement de 10,25″. S’il est tactile, il dispose néanmoins de boutons raccourcis physiques sur la console centrale, et la gestion de la climatisation reste elle aussi avec des boutons physiques, plutôt un bon point, surtout sur un véhicule disposant de sièges chauffants.

En descendant sur la console centrale, 2 ports USB et une prise allume cigare surplombent un chargeur de téléphone par induction. La prise USB centrale permet de connecter son téléphone et d’utiliser CarPlay ou encore Android Auto. Enfin, aux côtés du levier de vitesse au design un peu rétro de la boite DCT-7, on trouve les boutons de sélection des modes de conduite (électrique, hybride ou automatique) ainsi que le commutateur de la caméra de recul.

On profite à l’avant et à l’arrière de la sono JBL 8HP en série sur notre finition Premium, qui manque parfois de finesse mais offre un rendu plutôt agréable au final.

Si les matériaux pourraient être de meilleure qualité, et les plastiques un peu moins durs, les assemblages sont précis et c’est l’essentiel. Reste un problème qui nous a parfois gêné pour la conduite : le revêtement face au passager avant est brillant et tout l’environnement se reflète dedans, attirant irrémédiablement l’œil du conducteur. On s’y fait, mais on s’en serait bien passé.

A l’arrière, toujours la même sellerie en cuir, confortable et bien finie. Avec 1m81 de largeur plutôt bien exploitée, il y a de la place pour 2 adultes derrière, peut être 3 sur des trajets qui ne devront pas être trop longs, même si le tunnel de transmission, rabaissé au maximum, permet de ne pas trop souffrir.

Les passagers ont leur propre aérateur, et c’est assez rare pour le souligner, une prise 220V est présente, mais point d’USB à l’horizon.

Pour le coffre, il faut composer avec les batteries qui rognent plus de 100l sur le volume, par rapport à la version hybride simple. Avec seulement 324l disponibles, il faudra faire des choix au moment de partir en vacances, mais aucun problème pour faire rentrer les courses de la semaine.

Très agréable en ville

Disposant de la même motorisation et transmission que la Kia Ceed SW Hybride Rechargeable que nous avions essayé, le Niro tend à avoir un comportement similaire en agglomération.

Au programme, un moteur thermique 1,6l de 105 ch et un bloc électrique de 60 ch, alimenté par une batterie lithium-polymère (LiPo) de 8,9 kWh. Il développe, une puissance combinée de 141 ch pour un couple combiné de 265 Nm, le tout piloté par une boite DCT7 à double embrayage.

Les 60 ch du moteur électrique sont largement suffisant pour évoluer confortablement en ville, et même sur voie rapide (110 km/h) tout se passe bien à vitesse stabilisée, et le moteur thermique reste disponible en un coup de pédale ou une bascule en mode « Sport » sur la boite, pour un dépassement ponctuel.

Ce fameux mode sport permet de modifier la réponse de la boite et et profiter de toute la puissance disponible, et on vous conseille de vous arrêter la, car ce n’est absolument pas la vocation du Niro. Quand on le « maltraite », le moteur atmosphérique donne de la voix et le châssis, typé confort, exprime rapidement son désaccord, sans pour autant rechigner à la tache.

Lors de fortes accélérations, où plus simplement, si vous n’avez plus de batterie, le moteur thermique se met en route et se fait assez sonore quand il est sollicité, mais les transitions brillent par leur souplesse et le confort associé, jamais d’à-coups ou d’hésitation, les deux moteurs semblent ne faire qu’un la majorité du temps.

La pédale de frein, parfois talon d’Achille des hybrides rechargeables, offre une réponse franche et consistante, et c’est en freinant que le conducteur activera automatiquement la régénération de la batterie. A défaut, le Niro évolue en roue libre tant que l’accélérateur est relâché comme sur les autres modèles équipés de la même chaine de traction.

Hors agglomération, des bruits d’air sont assez présents à partir de 110km/h, mais une fois la sono JBL lancée et surtout les nombreuses aides à la conduite, dont le régulateur adaptatif et le maintien actif dans la voie, les kilomètres défilent dans le confort.

Des consommations très mesurées

Avec un poids en ordre de marche de 1,5 tonnes, le Niro est presque léger et ne semble pas souffrir, hormis pour le volume de coffre, de ses 8,9 kWh de batterie. En tout électrique, le Kia Niro Hybride Rechargeable promet une autonomie WLTP de 49 km en cycle mixte et se charge en seulement 4h sur une prise domestique.

Sur notre parcours d’essai mixte en ville et en extra urbain, nous avons atteint une autonomie finale de 50 km en tout électrique avec des températures de 18°, soit un petit peu mieux que l’homologation WLTP. Comptez sur 4-6 km de plus pour un trajet 100% urbain.

Nous avons également eu l’occasion d’effectuer un trajet d’environ 200 km, principalement sur autoroute et batterie déchargée, pour une consommation finale de tout juste 6l/100km.

Au final, sur nos près de 800 km d’essai, dont 600 km d’autoroute et de voie rapide, en rechargeant dès que c’était possible, nous avons consommé 4,9l/100km, soit à peine 0,4l de plus que la Ceed SW PHEV.

Encore une fois, Kia nous impressionne avec des consommations tant électriques que thermiques totalement maitrisées, tout en préservant le confort de fonctionnement avec des transitions fluides.

Avec sa batterie et son réservoir de 45l, nous avons une autonomie de près de 800 km sans recharger ou ravitailler, de quoi largement voir venir !

Notre avis sur le Kia Niro Hybride rechargeable

Le Kia Niro est moins à l’aise sur autoroute que sa cousine Ceed SW, la faute à des bruits d’air plus présents dès 110 km/h et à des consommations un peu supérieures, elle fait par contre merveille en ville et sur les routes nationales avec un excellent confort et un équipement digne du segment supérieur, dans notre modèle d’essai Kia Niro Hybride rechargeable Premium affichée à 42 190€, et pouvant bénéficier d’un bonus de 2000€ pour une commande jusqu’au 30 Juin prochain.

La concurrente principale de notre Niro est le Renault Captur e-Tech qui offre une puissance cumulée de 160 ch et s’affiche à 39 150 € en finition Initiale Paris (à équipement équivalent), disposant d’équipements indisponibles sur notre Niro, mais plus petite et avec un coffre moins habitable.

Kia Niro Hybride rechargeable

Pour une petite famille vertueuse, ce Niro est un bon choix, malgré un prix final en version Premium un peu élevé, surtout face à sa sœur e-Niro 100% électrique. Mais notre crossover se rattrape sur les longs trajets, avec son autonomie cumulée importante et un confort à la hauteur.

Rédigé par Vincent

Sur Masculin, je vous parle de rhum, et parfois d'autres spiritueux que l'on déguste ensemble. Je vous parle aussi de voitures avec des essais réguliers !