Essai Kia Sorento Hybride Rechargeable : big boy !

Avec une part de marché en hausse en 2020 à 2,4% en France et surtout, une gamme de plus en plus large en terme de modèles et de motorisations, Kia va bien et aborde sereinement le virage vers l’électrification en cours. Après avoir essayé le Niro, la Ceed ou encore le Xceed, c’est maintenant le Sorento, le modèle le plus haut de gamme actuellement du constructeur Coréen en France, que nous allons découvrir au travers de cet essai.

Le gigantisme à l’américaine

Le Kia Sorento, c’est un nouveau SUV 7 places qui est arrivé sur le marché français début 2021, uniquement disponible en motorisation hybride rechargeable de 265 ch, contrairement à son cousin technique, le Hyundai Santa Fe, qui est lui disponible en hybride simple mais aussi en Diesel.

Une seule motorisation, 4 finitions (Motion, Active, Design et Premium) et une dizaine de coloris au programme pour ce Sorento nouvelle génération, qui semble tout droit sorti du Grand Ouest American, avec ses dimensions en hausse (+3 cm de long) et surtout, sa ligne de caisse haute et anguleuse, typique des SUV outre atlantique, même si avec ses 4,81, ce n’est pas le plus gros modèle de Kia aux USA.

Mais revenons-en à la France, où les SUV 7 places hybride rechargeable sont pour le moment très rares, puisqu’encore une fois, à part son cousin le Santa Fe, il n’y a tout simplement pas de concurrence sur le marché à l’heure actuelle chez les généralistes, et il faut se tourner vers des modèles nettement plus chers chez Volvo par exemple avec le XC 90.

Un salon roulant pour 7

Grimpons à bord, c’est le cas de le dire tant l’assise est haut perchée, pour découvrir l’intérieur de ce Kia Sorento, en finition haut de gamme Premium, sur laquelle vous n’aurez qu’à choisir la couleur de votre peinture.

Difficile de critiquer l’intétieur du Sorento tant les progrès sont flagrants par rapport aux générations précédentes. C’est un SUV qui en donne pour son argent, et son niveau de finition et d’équipement le mettent au niveau d’un constructeur premium.

La sellerie tout d’abord, en cuir Nappa noir propose des sièges avant électriques à mémoire, chauffants et ventilés ; et la banquette du second rang offre également des sièges chauffants aux extrémités et surtout, beaucoup de place aux jambes (l’assise est coulissante), mais aussi aux coudes. Pas moins de 3 ports USB sont présents sur ce second rang, sur les sièges avant et la console centrale comportant également les buses de climatisation et un allume-cigare.

Les passagers du dernier rang ne sont pas en reste et disposent également de sièges en cuir Nappa matalassés, avec un accès facilité (un « click » sur la banquette suffit à libérer l’espace pour y accéder), leurs propres réglages de climatisation, mais aussi 2 ports USB et une autre prise allume-cigare.

L’espace est suffisant pour des enfants (il y a 2 emplacements ISOFIX, 5 au total donc dans ce Sorento) voire des adultes pas trop grand, sachant que la banquette coulisse pour laisser plus d’espace aux jambes. Avec mes formidables 1m71, aucun problème pour accéder et éventuellement faire quelques dizaines ou centaines de kilomètres à l’arrière.

Revenons à l’avant, avec un volant chauffant multifonction surplombé par l’instrumentation numérique 12,3″ mais aussi l’affichage tête haute. L’infodivertissement est confié à un second écran de 10,25″ compatible Android Auto et Apple CarPlay. Kia a eu le bon goût de laisser des boutons physiques pour les fonctionnalités importantes, comme les réglages de climatisation, les sièges chauffants et ventilés, et plus bas sur la console centrale, le sélection des modes de propulsion (EV, hybride ou Auto) ainsi que la sélection des modes de conduite (Eco, Sport, Smart) et de terrain (Neige, Boue, Sable).

L’équipement est complété par un excellent système de caméra 360° disposant de 4 optiques pour une vue complète, ainsi qu’un chargeur par induction, 3 ports USB ou encore un système audio Bose 12 HP + un Ampli qui offre un excellent rendu.

Les batteries étant situées sous le plancher, elle n’empiètent absolument pas sur l’habitabilité ou le volume du coffre (avec un hayon main libres) et c’est encore suffisamment rare pour mériter d’être signalé. En position 5 places, c’est une soute de 809 litres qui s’offre à vous, réduite à 175l en version 7 places, de quoi embarquer 2 valises cabine.

Doucement mais sûrement, et partout…

Comme la majorité des hybrides, le Kia Sorento démarre en mode tout électrique et s’élance en silence. Il gardera la propulsion électrique tant qu’il restera de la batterie, ou tant que le conducteur n’écrasera pas brutalement l’accélérateur, entrainant le démarrage de son moteur thermique.

En mode Hybride et Auto à contrario, l’électrique servira à évoluer en agglomération et le thermique démarrera plutôt, autour des 70 km/h, pour soulager l’autonomie de la batterie.

Le Sorento dispose de deux moteurs : un moteur thermique 4 cylindres turbo de 1,6l GDi développant 180 ch et un moteur électrique de 91 ch, pour une puissance cumulée de 265 ch et 350 Nm de couple, le tout commandé par une boite automatique à 6 rapports.

Etonnamment agréable à conduire et vif en tout électrique, grâce notamment au couple quasi immédiat de 304 Nm de son petit moteur électrique, il marque parfois le pas en hybride lors de phases de conduite dynamique, la faute surtout à un couple cumulé un peu léger (350 Nm) pour un poids à vide qui dépasse les deux tonnes.

Oubliez d’ailleurs la conduite « sportive », malgré ses 265 chevaux et ses palettes au volant, le Sorento n’aime pas ça et son poids vient rapidement calmer nos ardeurs en courbe. Si sur le papier les performances sont correctes avec 8,7s pour le 0 à 100 km/h, les sensations ne sont pas là, et c’est normal, ce n’est pas du tout sa vocation.

A contrario, une fois calé à 110 sur voie rapide ou 130 sur autoroute, avec sa sellerie et son amortissement type confort et le son Bose dans les oreilles, le Sorento devient une formidable machine à voyager. Le moteur est quasiment inaudible et les nombres d’aides à la conduite, permettant une conduite autonome de niveau 2, vous facilitent la vie tout en douceur.

Mention spéciale aux caméras d’angle mort, qui s’affichent à chaque déclenchement de clignotant, et que nous avions déjà beaucoup apprécié chez son cousin le Santa Fe.

Avec sa garde au sol de 17,4 cm, s’il n’est pas un franchisseur, le Sorento est un vrai 4×4, équipé d’une transmission intégrale (qu’il affiche fièrement sur la carrosserie) et dispose de plusieurs modes terrain (neige, boue, sable) quand les conditions se font plus difficiles, c’est un gage de sécurité et de polyvalence.

…et surtout loin, étonnamment loin

Quand on pèse plus de 2 tonnes, on est très vite classé du côté des très gros gabarits, et la crainte était forte de voir les consommations s’envoler sur le Sorento. Mettons de côté nos à priori, car le SUV familial de Kia nous a très rapidement fait mentir.

Tout d’abord en tout électrique, avec sa batterie de 13,8 kWh (environ 5h de recharge sur prise domestique), le Sorento annonce une autonomie mixte de 57 km en cycle WLTP plutôt impressionnante sur le papier, que nous avons presque réussi à reproduire sur 3 essais, avec au minimum 46 km et un « record » à 53 km en conduisant tout en souplesse en agglomération, avec une température extérieure de 20 °C.

Compte tenu de son poids et de sa batterie « normale », c’est vraiment un bon score qui permet d’envisager sérieusement le Sorento pour des trajets en tout électrique au quotidien.

Une fois la batterie vidée, le Sorento ne devient pas pour autant un glouton, et nous avons mesuré des consommations autour des 6l /100 km en ville et environ 7l /100km en extra-urbain.

Son seul vrai point faible pour la consommation, comme une majorité d’hybrides rechargeables, reste l’autoroute, où il demande 10,5l/100 Km stabilisé à 130 km/h, une valeur certes élevée, mais il y a beaucoup de poids et de surface à déplacer.

Au total, sur nos 700 kilomètres d’essai, dont une moitié sur autoroute, nous avons consommé exactement 7l/100 km en rechargeant tous les jours et en conduisant normalement, ce qui reste un très bon score pour un SUV familial 7 places de 265 ch.

Avec son réservoir de 47l, visez donc autour de 450 km d’autonomie sur un trajet 100% autoroutier, un peu plus avec une batterie pleine.

Notre avis sur le Kia Sorento Hybride Rechargeable

Très bien équipé en finition Premium et doté d’un look vraiment sympa, le Kia Sorento a une belle carte à jouer avec l’avènement des modèles hybrides rechargeables. Résolument tourné vers la famille avec ses 7 places et son habitacle confortable, c’est un SUV familial équilibré qui n’a pas de vrai défaut. Il est certes très grand pour nos routes, avec un style très différent des SUV du marché, mais c’est ce qui fait son charme, et son habitabilité est excellente.

On aurait certes aimé un peu plus de couple, mais sa puissance est suffisante pour être mené en « bon père de famille », et pour ne rien gâcher, son autonomie en tout électrique et son efficience au niveau des consommations en font un excellent élève.

Reste son prix catalogue de 61 640€ dans notre version Premium avec peinture métallisée, pas à la portée de toutes les bourses et ne pouvant bénéficier du bonus à cause de son prix… Mais il n’y a personne en face à part encore une fois le Hyundai Santa Fe, son meilleur ennemi, proposé à 60 400€ dans une finition Executive équivalente, les autres constructeurs sont bien plus chers et ne proposent pas la botte secrète de Kia : 7 ans ou 150 000 kilomètre de garantie.

Rédigé par Vincent

Sur Masculin, je vous parle de rhum, et parfois d'autres spiritueux que l'on déguste ensemble. Je vous parle aussi de voitures avec des essais réguliers !