Voitures chinoises : 5 marques bientôt incontournables sur nos routes ?

Les voitures chinoises arrivent en France

Le secteur de l’automobile connait de gros bouleversements actuellement. Notamment sous le capot, avec une électrification massive visant à remplacer les vieux moteurs thermiques et les énergies fossiles. Alors que nos vieilles auto se muent en bijoux de technologie, de nouveaux constructeurs font régulièrement leur apparition. Ou plutôt de nouvelles « marques », notamment venues d’Asie, à l’instar de ce que l’on a vu sur le marché des smartphones.

Alors, après l’émergence de Huawei, Xiaomi et Realme au rayon high-tech, va-t-on bientôt assister à l’arrivée en masse de voitures chinoises sur nos routes ? Voici en tout cas 5 noms à côté desquels vous ne pourrez peut-être bientôt plus passer lorsque vous voudrez changer de véhicule.

MG, la renaissance à la sauce chinoise

Pour les amoureux d’automobiles, les vrais, les passionnés, MG fait inévitablement penser à d’élégantes voitures « so British« . Mais depuis son rachat par Nanjing Automobile et sa fusion avec SAIC en 2007, MG est une marque 100% chinoise.

Avec son ZS électrique accessible dès 99€ par mois en France, MG mise sur un positionnement tarifaire très agressif (comme souvent avec les marques chinoises) et un réseau de distribution de plus en plus développé. Et ça marche !

Dans les mois à venir, la gamme devrait continuer à s’étoffer. A côté de ce SUV et de son frère hybride EHS, le Marvel R (un SUV premium) et le MG5 (un break familial électrique) sont attendus vers la fin d’année 2021, avec des performances en hausse et des tarifs toujours aussi attractifs. Le constructeur nourrit de grandes ambitions pour le marché européen en général et français en particulier et ses premiers tours de roue dans nos contrées sont prometteurs. Dommage que l’on soit si loin de l’esprit MG des années 1930 !

Voitures chinoises - MG Marvel R

A lire aussi :

Notre essai complet du SUV électrique MG ZS

Aiways, pour l’amour de la route

Cela fait maintenant quelques années que l’on voit ce constructeur présent sur les salons automobiles. Et il suffit de passer quelques heures sur un centre de recharge de véhicules électriques en région parisienne (du côté de La Défense par exemple) pour en voir défiler quelques exemplaires.

Contraction et traduction des mots chinois Ai (« amour » en français) et anglais Ways (« routes »), Aiways vous invite à prendre le volant de son U5, un SUV familial polyvalent et relativement performant (204 chevaux sous le plancher, jusqu’à 410km d’autonomie selon le cycle WLTP, un coffre d’au moins 432l). Surtout Aiways a fait le choix d’une distribution exclusivement en ligne pour vendre ses voitures : une option risquée en termes « d’image » mais qui devait permettre de proposer des prix plus bas que la concurrence.

Comptez ainsi 39 300 à 42 400€ pour devenir le propriétaire d’un U5… dans les mêmes eaux qu’un Volkswagen ID.4.

Voitures chinoises - Aiways U5

Seres, le mastodonte des voitures chinoises

De toutes les marques citées dans cet article, Seres est sans doute la plus ambitieuse. Ou la plus imposante. Voire les deux. Et pour cause : elle appartient au géant Dongfeng (partenaire de Peugeot et 2e constructeur chinois derrière SAIC, le propriétaire de MG si vous avez bien suivi).

Elle a fait son arrivée en France avec le SUV compact Seres 3, un modèle électrique classique très semblable au ZS de MG ! Mais après un long et minutieux développement, c’est avec le Seres 5 que la marque pourrait franchir un cap important fin 2021. Ce nouveau modèle affiche un design plus moderne et promet des performances tout à fait respectables : 500km d’autonomie, une vitesse maximale de 250km/h et un 0-100km/h en 3,5 secondes. Le tout avec une liste d’équipements ultra-complète et un prix estimé autour de 33 000 euros (hors bonus écologique).

Voitures chinoises - Seres 5

WEY, la future référence du SUV premium ?

Fondée en 1976, la marque Great Wall Motors (GWM) fait figure de pionnière. Pour autant, elle n’a jamais réussi à s’implanter en dehors de l’Asie jusqu’à ce jour. D’ailleurs, pour réussir son internationalisation et son implantation en Europe, elle va pouvoir compter sur deux marques propres : ORA et WEY.

Pour commencer à se faire un nom, GWM mise sur le salon automobile de Munich (IAA Cars 2021), le remplaçant du salon de Francfort, qui ouvre ses portes au public le 7 septembre. C’est en Bavière que sera officiellement dévoilé le WEY V71. C’est en Bavière que sera officiellement dévoilé le WEY V71, un SUV hybride « alliant le luxe aux dernières technologies », avec un « système d’inteligence qui combine cockpits intelligents, conduite intelligente et architecture numérique intelligente ». De quoi donner naissance au concept de smartcar dans le même esprit que celui de smartphone ?

Voitures chinoises - WEY Mocca / V71

ORA, la « pure electric brand » qui monte

Comme WEY, ORA appartient au constructeur Great Wall Motors et comme WEY, cette nouvelle marque chinoise sera l’une des curiosités du Salon de Munich 2021. Elle y présentera son ES11, une voiture compacte électrique dont le design rétro-futuriste ne passera pas inaperçu.

Connue sous le nom de Hao Mao en Chine, elle fait clairement penser à une VW Beetle. Pourtant, pas question de la considérer comme un simple clone. Après un premier prototype affichant une puissance d’environ 145 chevaux pour une autonomie de 500 kilomètres, la version présentée à Munich nous permettra d’en savoir un peu plus sur le potentiel d’ORA.

Avec d’autres marques comme Lynk&Co, Byton et Xpeng, les voitures chinoises n’ont sans doute pas fini de faire parler d’elles sur nos routes. Vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenus…

Voitures chinoises - ORA Hao Mao ES11

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !