Essai du VW Taigo 1,5L TSI 150 DSG7 : le compromis sympa

Dévoilé un peu à la surprise générale courant 2021, le Volkswagen Taigo représente la troisième offensive du constructeur allemand sur le marché des Crossover ou SUV urbains. Aux côtés du T-Roc fraichement restylé et du plus petit T-cross, le VW Taigo débarque en Europe en ce mois de janvier 2022 pour asseoir la suprématie de Volkswagen sur ce segment.

C’est sur les routes autour de St-Tropez que nous avons eu l’occasion d’essayer brièvement ce nouveau Taigo, dans sa version haut de gamme TSI 150 en finition R-Line.

VW Taigo

Les lignes originales du VW Taigo

Un cross-over coupé (mais Volkswagen préfère l’appellation de SUV coupé) qui inaugure le genre chez le constructeur et permet à VW d’aller couvrir l’ensemble de l’offre des SUV urbains.

VW Taigo

Initialement, ses formes ont été pensées pour le marché Brésilien, où un certain Nivus, est commercialisé depuis 2020. Et il faut croire que le modèle a fait des émules, puisque VW a décidé de commercialiser en Europe une version un peu plus adaptée pour le vieux continent, et c’est comme ça qu’est né le VW Taigo. Au programme, quelques légères modifications esthétiques, comme la signature lumineuse arrière qui est spécifique au modèle européen, mais aussi certains éléments d’équipement sur lesquels nous reviendrons.

On se retrouve face à un petit SUV coupé difficile à positionner au sein de la gamme ! Basé sur une plateforme de Polo comme le T-cross, il est pourtant 4cm plus long avec ses 4,27m que le « grand frère », le T-Roc, qui lui a hérité de la plateforme de la Golf. Cette particularité s’explique tout simplement par son design de coupé, avec un arrière rabaissé et des lignes tendues, qui lui donnent l’air d’être plus gros qu’il ne l’est réellement. Si d’autres petits SUV ont des formes atypiques comme le Toyota CHR ou encore le Nissan Juke, ce Taigo est plus proche de la berline que ses deux compères, plus haut perchés.

VW Taigo

Même si c’est subjectif, le look est plutôt réussi, et surtout, il s’intègre parfaitement bien à la gamme des SUV Volkswagen, comme s’il avait toujours été présent au catalogue.

Un habitable bien connu chez VW

Il est temps de se glisser dans son habitacle, où les habitués de la marque allemande ne seront pas dépaysés, puisque le Taigo reprend quasi intégralement le tableau de bord et les aménagements de la Polo restylée que nous avions essayé il y a peu.

Notre version d’essai, en finition R-Line constitue le haut de gamme en terme d’équipements et de design, plutôt typée sportive, avec des éléments de carrosserie et une sellerie spécifique.

Le volant de ce Taigo est la synthèse de ce que Volkswagen propose de mieux, avec une prise en main très agréable et le maintien des boutons physiques, permettant plus de précision dans la manipulation des commandes, qu’il s’agisse des aides à la conduite, plutôt sur la gauche, ou de l’infodivertissement, à droite du volant. Les sièges sont en tissu et restent manuels, pas d’électrification même en option.

Le tableau de bord est plutôt épuré et presque tout se passe sur l’écran central de 8,5 pouces, à l’exception notable de la climatisation qui bénéficie d’une zone tactile dédiée sous l’écran. Le système gère maintenant l’App-Connect sans fil, qui propose Apple CarPlay et Android Auto directement en Wifi. L’ensemble est restitué via le kit d’enceintes optionnel Beats Audio avec 6 HP et 300W, qui propose un rendu correct.

Si les finitions sont bonnes, certains matériaux sont un peu « limite » sur une voiture autour de 30 000€, principalement sur les contre-portes et le bas du tableau de bord, avec des pratiques durs.

A l’arrière, l’espace à bord est suffisant pour deux adultes ou deux sièges auto, le troisième passager devra dans tous les cas faire avec un espace limité et un tunnel de transmission central encombrant. Les passagers disposent de deux ports USB-C à l’arrière, en plus des deux ports déjà présents à l’avant, pas de jaloux !

Avec sa poupe de coupé, on aurait pu craindre que la soute arrière souffre, mais le constructeur a intelligemment su profiter de la longueur de son SUV pour offrir une contenance totale de 438L, et un aménagement pratique et exploitable au quotidien. A noter que le hayon est manuel et ne peut pas être électrifié.

De la douceur au programme

Le Taigo est disponible uniquement en version essence, il n’y a aucun diesel au programme, et la plateforme actuelle ne permet pas d’hybridation. Heureusement, avec des moteurs assez peu gourmands, et surtout un poids contenu, les moteurs 3 cylindres 1L TSI 95 ch, 1L TSI 110ch et le 4 cylindre 1,5L 150 ch sont pas ou peu impactés par le malus en 2022.

La majorité des ventes devraient se concentrer sur les versions Style avec le moteur 3 cylindres 1L TSI 110 et la boite double embrayage DSG, affichées à 26 420 € et disposant déjà de l’essentiel en terme de confort et de sécurité.

Pour notre essai en terres Niçoises, c’est le 4 cylindres TSI 150 accoouplé à la boite DSG7 que nous avons mené pendant un peu plus de 24h. Au programme, un peu moins de 300 kilomètres dans toutes les configurations possibles, avec de l’autoroute, des petites départementales de montagne et bien sûr, un passage sur la riviera et au dessus de Monaco.

Son profil de coupé et la position de conduite plutôt basse, on a l’impression de conduire une berline légèrement surélevée; rendant l’expérience très agréable, et ce malgré plusieurs heures de conduite. Notre modèle chaussé en 18 pouces a su rester souple sur les saignées, et le confort a été clairement travaillé, on pourrait presque croire qu’on ne conduit pas une allemande !

C’est aussi la douceur qui prime pour le groupe moteur / boite parfaitement équilibré, jamais la DSG7 n’a généré d’à coups, et le TSI 150, déjà déployé sur presque toute la gamme VW est un moteur bien né. L’ensemble fonctionne harmonieusement et a multiplié les phases de roue libre sur les routes de l’arrière pays niçois, pour préserver la consommation sur laquelle nous allons revenir.

Mais doux ne veut pas dire pataud, et avec 150 ch et 250 Nm de couple pour un poids de seulement 1,3 tonnes, le Taigo a du répondant et devient très plaisant à mener sur ces petites routes de montagne. Si le moteur 110 ch est loin de faire de la figuration, le 150 ch transcende le petit SUV coupé, et sans parler d’une conduite sportive, on peut s’amuser assez facilement à son volant. Le 0 à 100km/h est abattu en 8,3s, un score honorable pour un véhicule à vocation familiale et loisir.

Les aides à la conduite présentes de série dès l’entrée de gamme sont convaincantes, particulièrement sur autoroute où le travel assist prend totalement la voiture en main en gérant la vitesse, les distances de sécurité et le maintien dans la voie. Le volant étant capacitif, il suffit d’y poser la main pour que le système reste actif, contrairement à la génération précédente qui demandait d’effectuer une action sur la direction toutes les 20 à 30 secondes, c’est bien plus agréable et pratique maintenant.

Des consommations maitrisées

Homologué à 138 g de Co2 par kilomètre selon la norme WLTP, notre version 150 ch souffre d’un petit malus de 260€ en 2022, c’est le prix à payer pour bénéficier de la motorisation la plus puissante de la gamme.

Sa consommation mixte officielle de 6,1l /100 km est très réaliste, puisqu’à l’issue de notre essai, nous avons relevé une consommation moyenne de 6,3l/100 km, sur une véhicule qui n’avait même pas 1000 km, et sans forcément faire particulièrement attention. C’est là que la désactivation de la moitié des cylindres, quand la puissance requise est peu importante, prend tout son sens, couplé aux fameuses phases de roue libre, on arrive à des consommations très raisonnables pour un SUV essence de 150 ch.

C’est d’ailleurs ce qui a sans doute guidé VW dans le choix des motorisations, en faisant le parti de supprimer totalement le diesel de ses petits modèles.

Son petit réservoir de 40L lui autorise une autonomie autour des 600 km, bien suffisant pour ce type de véhicule qui connaitra plus souvent les arrêts aux feux rouges que ceux aux aires d’autoroutes.

Notre avis sur la Volkswagen Taigo

Pour une fois chez Volkswagen, le catalogue est plutôt simple avec seulement 3 finitions au programme : Life, Style et R-Line, les deux dernières disposant d’un équipement assez proche et se distinguant surtout par des éléments de design. Il en est de même au chapitre des options, qui tiennent en quelques lignes et sont astucieusement regroupées en pack permettant de faire une économie sur l’ensemble.

Proposée à partir de 23 850 € en finition Life avec le moteur 3 cyl. TSI 95 et la boite manuelle, notre version d’essai, en finition R-Line et équipée du moteur TSI 150 s’échange elle contre 32 100€ et un petit malus de 260€.

Intercalé entre le T-Cross à vocation plus familiale (même s’il est plus petit) et le T-Roc qui constitue le haut de gamme, ce Taigo est la proposition « lifestyle » de Volkswagen, avec une carrosserie SUV coupé inédite, qui permet au constructeur de couvrir l’ensemble du marché des SUV urbains.

Ces quelques heures en compagnie du Volkswagen Taigo ont été plaisantes. C’est un petit SUV agréable à mener et confortable, qui propose une nouvelle expérience sur le marché. Si son look vous tente, il n’a aujourd’hui pas de vraie concurrence sur le marché et donne un coup de frais aux SUV urbains.

A lire aussi :

20 SUV thermiques, hybrides et électriques au banc d’essai

Comment s’y prendre pour dénicher la meilleure assurance auto possible ?

Si vous souhaitez essayer des voitures dans le but de vous faire une idée plus précise avant de vous décider si vous l’achetez ou non, vous avez la possibilité de prendre le volant de certains modèles de véhicules comme nous venons de le voir avec le VW Taigo. Dans l’éventualité où cet essai vous paraît plutôt concluant, et que vous vous laissez convaincre par le fait de l’acquérir, il faudra dans un second temps que vous vous assuriez. Et cette démarche peut très vite s’avérer compliquée si vous ne parvenez pas à trouver l’assureur qui vous correspond. Ainsi, dans l’hypothèse où vous vous trouveriez dans cette situation, vous avez la possibilité de vous rendre sur des plateformes en ligne d’assurance auto afin de vous faire votre propre avis sur la question. Il est à noter que parmi tous les organismes d’assurance présents sur le marché, les services proposés par Allianz sont régulièrement parmi les plus performants.

En effet comme nous venons de vous le dire au sein du paragraphe précédent, passer par des assureurs de renom tels qu’Allianz par exemple va vous donner l’occasion de bénéficier d’offres très compétitives. Mais avant cela, il vous est permis de simuler un devis en renseignant la plateformes au sujet de votre situation personnelle, professionnelle et routière. Ainsi en ayant affiné votre profil, l’organisme d’assurance en question va être en capacité de vous soumettre les offres les plus optimales en fonction des critères qui sont les vôtres. Dans le cas où vos attentes sont satisfaites par une offre, et que les mensualités à payer correspondent au budget que vous aviez fixé, vous avez la possibilité de vous inscrire auprès de la plateforme en ligne en l’espace de quelques minutes.

Rédigé par Vincent

Sur Masculin, je vous parle de rhum, et parfois d'autres spiritueux que l'on déguste ensemble. Je vous parle aussi de voitures avec des essais réguliers !

Réagir à cet article