Essai Toyota Aygo X : la voiture qui ne fait rien comme les autres

A l’heure où les mini-citadines disparaissent des catalogues de nombreux constructeurs et où l’électrification gagne toutes les gammes, Toyota lance la nouvelle Aygo X (prononcez « Aygo Cross »), un crossover urbain de poche animé par une motorisation unique… et 100% thermique.

Alors que vaut cet étonnant mini-SUV ? Premiers éléments de réponse après deux jours d’essai dans les rues de Lyon.

Présentation Toyota Aygo X

L’Aygo fait sa révolution avec un X

En 16 ans de carrière, la Toyota Aygo a su prouver que le segment A pouvait être une aubaine pour un constructeur. Et alors que les Ford Ka+, Opel Karl, Peugeot 108, Citroën C1 ont déjà plus ou moins tiré leur révérence et que la Renault Twingo va aussi s’éclipser, rares sont ceux qui croient encore en ces mini-citadines… encore plus lorsqu’elles sont propulsées par un moteur thermique.

Pendant que la Fiat 500E semble avoir parfaitement franchi le pas de l’électrique, Toyota a décidé de prendre le contre-pied de la courant actuelle en lançant une nouvelle génération de sa petite Aygo essence. Mais plus qu’un simple lifting, le constructeur nippon a choisi de faire grandir sa petite puce… et de faire évoluer son nom. C’est ainsi que l’Aygo « classique » laisse sa place à l’Aygo X à partir du 1er juin 2022 en concessions. Une seule lettre, mais qui change tout !

Essai Toyota Aygo X à Lyon

Grande citadine ou mini-SUV ?

Si cette nouvelle venue est présentée comme une authentique citadine, elle se prend aussi pour un mini-SUV (ou plutôt un crossover urbain) : il en résulte une position surélevée, un look retravaillé façon baroudeur audacieux (on va y revenir) et un gabarit en hausse. Avec ses 3m70 de long, elle offre notamment 24cm de plus que l’Aygo et 63 litres de volume de chargement supplémentaire (avec un coffre affiché à 231l).

Chez Toyota, on aime dire que cette Aygo X reste une vraie mini-citadine, mais avec des prestations dignes du segment supérieur. Une chose est sure, elle affiche un design qui l’aide à ne pas passer inaperçue, largement inspiré par le concept-car Aygo X Prologue dévoilé en 2021 ! Cela se traduit en premier lieu par une carroserie bi-on, avec un toit noir et des couleurs épicées : beige gingembre, vert cardamome, bleu genièvre et rouge piment (celle qui nous aura accompagnés durant cet essai).

Le X qui barrait le visage de l’ancienne Aygo (décidément, cette lettre est omniprésente !) a disparu, la voiture affichant désormais une calandre plus verticale et un capot visuellement aplati. L’Aygo X ne perd pas en dynamisme pour autant, bien aidée par sa poupe élancée et ses jantes de 17 pouces (voire 18 sur la version haut de gamme). Ses passages de roues élargis, surmontés d’imposantes protections en plastique, participent aussi à son look sportif.

Toyota Aygo X 2022
Nouvelle Toyota Aygo X

Un intérieur simpliste… mais en net progrès

A l’intérieur, Toyota a fait de gros efforts, avec une présentation enfin plus flatteuse. Certes, on reste dans une voiture d’entrée de gamme, ce qui se voit à travers les plastiques et tissus utilisés. Mais visuellement, le résultat est plaisant et l’habitacle de l’Aygo X offre une réelle sensation d’espace (à l’avant), avec 45mm de largeur supplémentaire aux épaules pour le conducteur et son passager.

La planche de bord fait la part belle aux rondeurs (jusque dans les aérateurs) et bénéficie d’un charme « à l’ancienne », avec ses nombreux boutons. Mention spéciale au vrai compteur à aiguille derrière le volant, associé à un écran LCD de 4,2 pouces. Cet aspect presque vintage, on le retrouve aussi à l’arrière, avec l’ouverture des vitres façon custodes. En revanche, l’accès à ces places reste compliqué pour les personnes de plus de 1m70…

Que vaut la nouvelle Aygo X sur la route ?

Maintenant que l’on a fait le tour des considérations esthétiques, intéressons-nous de plus près à la partie mécanique et au comportement routier de cette nouvelle Aygo X. Car, là encore, la petite Toyota ne fait rien comme tout le monde.

Une seule offre de motorisation

Ici, pas la moindre dose d’électrification au menu. Ni micro-hybridation, ni batterie électrique, mais un petit moteur 1.0l 3 cylindres (sans turbo) de 72 chevaux, avec un couple de 93 Nm. Un comble pour une marque pionnière en la matière !

Cette motorisation peut être couplée à une boîte manuelle à 5 rapports ou une boîte automatique S-CVT. Et grâce au poids contenu de la voiture (940 kg), l’Aygo X peut revendiquer des consommations de l’ordre de 4,9 l/100 km en cycle WLTP. Un chiffre porté à 6,5l au terme de notre essai majoritairement urbain.

Taillée pour la ville

Puisqu’il s’agit d’une mini-citadine, rien d’étonnant à privilégier un parcours en ville pour découvrir le potentiel de la (petite) bête. Ce qui étonne, malgré tout, c’est l’agilité de la voiture. Avec un rayon de braquage de 4m70 à peine et une précision exemplaire, la Toyota Aygo X n’a pas son pareil pour se faufiler dans la circulation ou les ruelles étroites.

Sur les pentes de la Croix-Rousse ou dans les bouchons de Lyon (pas ceux qui servent de la quenelle et du tablier de sapeur), elle est parfaitement dans son élément. Même le passage récent de la cité des Gaules en « zone 30 » semble avoir été pensé pour elle, car c’est bien à vitesse réduite qu’elle se montre le plus à l’aise.

Lorsque l’on sort de ce cadre urbain, il faut évidemment faire preuve de souplesse sur la pédale de droite pour ne pas faire trop chanter le petit moteur et sa boîte S-CVT. Car avec 72 chevaux, on comprend bien que l’Aygo X n’a pas été conçue pour les spéciales du rallye de Charbonnières ou pour monopoliser la voie de gauche sur le périphérique…

En résumé, notre avis sur la Toyota Aygo X

Conçue sur la même plate-forme TNGA-B que les Yaris et Yaris Cross, cette nouvelle Toyota Aygo X bénéficie d’un comportement routier exemplaire. Principalement en ville, bien sûr, où son agilité fait des merveilles… alors que, malgré toute sa bonne volonté, elle montre vite ses limites sur les autres terrains.

Bien mieux équipée que la précédente génération d’Aygo, elle reçoit de multiples aides à la conduite (système pré-collision avec détection des piétons de nuit, lecture des panneaux, régulateur de vitesse adaptatif, alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la voie) mais aussi la compatibilité Apple CarPlay / Android Auto sans fil, la charge par induction ou encore les sièges chauffants…

A l’heure où les constructeurs ne jurent plus que par l’électrique ou l’hybride, la proposition de Toyota semble répondre à une vraie demande de la part des automobilistes avec un budget en adéquation avec les acheteurs d’une voiture du segment A. Néanmoins, la cure de grosseur de cette Aygo X se traduit aussi par une hausse substantielle de ses tarifs : comptez au moins 1150 euros de plus par rapport à la précédente génération, avec un prix d’appel fixé à 15 990€ (ou 119€/mois) pour la version Active et 20 090€ pour le modèle Collection essayé. C’est plus des concurrentes comme la Hyundai i10 (plus typée citadine que SUV), l’étonnante Suzuki Ignis et plus ou moins dans les mêmes eaux que la nouvelle Dacia Spring… 100% électrique.

Avis Toyota Aygo X

Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.