Essai Renault Megane E-Tech électrique : un style à part !

Renaulution, un mot sans doute inconnu pour beaucoup mais pourtant, un mot à l’importance capitale pour le futur de Renault. Dernière ce terme obscur se cache le virage stratégique opéré par la firme au losange avec pour ambition : « passer d’une entreprise automobile travaillant avec la technologie à une entreprise technologique travaillant avec des voitures » selon Luca De Meo, le grand patron de Renault Group.

La nouvelle Megane E-Tech 100% électrique incarne donc la première pierre de cette nouvelle ère. Alors, révolution ou simple évolution ?

Evoquée depuis plusieurs années, savamment "teasée" ces derniers mois, l'Alpine A290 vient d'être dévoilée officiellement au Mans, en marge des essais de la célèbre course d'endurance. Tout un symbol...Lire la suite

Un style unique…

Berline surélevée, monospace, SUV compact, au premier coup d’oeil, le style de cette nouvelle Megane électrique intrigue. Preuve en est, la curiosité des passants croisés durant notre essai, certains allant même jusqu’à penser qu’il s’agissait d’un prototype tout droit sorti de l’usine de Flins – toute proche il est vrai. Cette Megane 5e génération est en fait assemblée à Douai et reprend sans grand changements, les lignes du concept car Megane eVision, présenté en 2020.

Garde au sol importante, ceinture de caisse haute, signature lumineuse avec effet 3D à l’arrière, coloris bi-ton rehaussé par une « lame F1 Warm Titanium », poignées de portes rétractables à l’avant et intégrées aux montants arrières, jantes de 20 pouces pour remplir les passages de roues, la Megane impose son style malgré ses lignes toutes en rondeur et sa hauteur contenue (1m50). Un design réussi, avec en prime le sentiment d’avoir une voiture plus imposante qu’elle ne l’est avec ses 4m21… soit moins qu’un Renault Captur et ses 4m22 !

Une taille compacte, idéale pour la ville donc, rendue possible grâce à la nouvelle plateforme CMF-EV, spécialement développée pour les véhicules électriques du groupe Renault-Nissan dont l’une des forces réside dans son plancher plat capable de mieux intégrer les 400 Kg de batteries présentes sur cette Megane. Ces dernières sont par ailleurs parmi les plus fines du marché avec seulement 11 cm d’épaisseur.

… un intérieur fonctionnel…

Si les dimensions de la berline 100% électrique de Renault sont compactes, à l’intérieur, c’est bien le sentiment d’espace qui prévaut. Un tour de force rendu possible grâce à son empatement très important (près de 2m70). Autrement dit, les roues sont repoussées à chaque extrémité du châssis, ce qui permet de maximiser l’habitabilité à l’intérieur. Associé à l’absence de tunnel de transmission et donc un plancher entièrement plat, il devient aisé de s’installer aux places arrière, même pour des adultes.

A l’avant, même sensation, les designers de Renault ayant en prime pris le parti de dessiner une console centrale très aérienne. L’ensemble n’est sans doute pas le plus flatteur du marché avec l’omniprésence de plastique dur mais au quotidien, il laisse une impression positive. Ces derniers auront en prime l’avantage de bien mieux vieillir que le noir brillant très tendance mais dont les micro-rayures viennent ternir l’aspect après seulement quelques mois.

De multiples rangements (dont certains modulables au niveau du plancher) sont présents et tombent sous la main. Mention spéciale pour le chargeur à induction fort bien pensé et positionné. Saluons également le choix de Renault de conserver des boutons physiques pour les principaux réglages de climatisation. Là encore, difficile de faire plus efficace au quotidien.

Bien entendu, il est aussi possible d’ajuster la climatisation depuis l’écran tactile, légèrement incliné vers le conducteur. Le système d’info-divertissement OpenR de Renault basé sur Android Automotive se révèle lui aussi fort bien pensé. Fluide, bien organisé avec en prime des options de personnalisation multiples pour ceux qui le souhaitent (à l’image de la possibilité de choisir le son produit pour avertir les piétons à basse vitesse). Sa taille de 12 pouces associée à une définition généreuse assurent une excellente lisibilité. Une philosophie qui n’est pas sans rappeler celle du MBUX de Mercedes, référence en la matière. Seul regret, quelques « freeze » rencontrés lors de l’utilisation de Car Play en sans-fil. De petits soucis de jeunesse, sans doute corrigés dans une future mise à jour.

Positionné derrière le volant, le sélecteur de vitesse doit se frayer une place avec le commodo des essuie-glace et celui du lecteur multimédia… pas simple et source de confusion !

Un second écran, toujours de 12 pouces (9 pouces sur les finitions d’entrée de gamme), vient se positionner face au conducteur. Là encore, il est possible de le personnaliser en fonction de ses envies (besoins) avec toujours une excellente lisibilité et, en prime, de belles polices. C’est certes un détail mais cela illustre bien le soin apporté par Renault à cette nouvelle Megane.

Dans cette optique, mention spéciale au radar de recul dont le son exploite la spatialisation des haut-parleurs pour situer les obstacles avec en plus un son différent pour la droite et la gauche. Autrement dit, un obstacle situé à l’arrière gauche sortira sur les enceintes arrières gauche. A ce sujet, la possibilité d’affecter la vision 360° (entre autres) à la touche favori présente sur le volant s’avère très pratique au quotidien.

Pour rester sur le sujet du son, les finitions haut de gamme, à l’image de notre Megane E-Tech Techno, profitent d’un système audio des plus convaincants signé Harman-Kardon avec ses neuf haut-parleurs.

Terminons par un mot sur le coffre. Là encore, bonne surprise avec 440l, soit environ 50l de plus que la plupart des ces concurrentes électriques de taille équivalente. Des compartiments de rangements sont par ailleurs présents sous le plancher. Pratique pour y ranger les câbles de recharge au quotidien.

… mais attention à bien choisir la motorisation !

Ce qui nous amène au sujet qui fâche ou du moins celui qui méritera toute votre attention au moment de la commande de votre future Megane E-Tech. Renault a en effet opté pour différents chargeurs intégrés qui vont impacter la capacité de recharge et par ricochet le rayon d’action de cette Megane électrique…

Ainsi, la version « EV40 130 hp standard charge » voit sa puissance limitée à 7 Kw. Autrement dit, même sur une borne publique de 22 Kw, la recharge sera très lente (environ 6h30) et tout bonnement incompatible avec les bornes haute puissance présentes sur les autoroutes. Pour simplifier, cette Megane se recharge donc sur prise secteur (220V) uniquement. Impossible donc d’envisager une escapade à plus de 250 kilomètres sans envisager de passer la nuit sur place. Et encore, car il faut plus de 20h pour retrouver une batterie totalement chargée !

Proposé en option, le rétroviseur peut retransmettre la vision d’une caméra située au niveau du troisième feu stop… déroutant !

Attention également aux version « Super Charge » qui voient elles leur charge limitée à 7,4 Kw sur les bornes 22 Kw. Hors des grands axes, ces dernières sont les plus répandues et permettent en général de recharger une batterie en trois heures. Là, il faudrait près de 9h ! Le salut est donc à chercher du côté des bornes haute puissance mais là encore, tout n’est pas parfait. D’une part car ces bornes sont encore peu présentes en dehors des autoroutes et d’autre part car la Megane électrique ne pourra dépasser les 130 Kw en crête (quelle que soit la version). Prudence donc sur les bornes Ionity (par exemple) qui facturent en plus à la durée d’occupation !

A l’heure où un véhicule électrique est encore perçu comme une contrainte par de nombreux conducteurs, plus de simplicité serait bienvenue. Pour autant, si vous envisagez la Megane en guise de second véhicule, ces considérations seront secondaires. A l’inverse pour une voiture principale, opter pour une Megane Optimum charge semble le plus raisonnable. Renault offre toutefois à ses acheteurs en LOA, la possibilité de profiter 30 jours / an (divisible en trois périodes) d’un véhicule thermique équivalent moyennant un abonnement mensuel de 30€ (Switch car).

Electrique ne rime pas avec flegmatique

Mais revenons à un sujet qui fera l’unanimité, le plaisir de conduite. Car oui, avec les 220 cv de notre modèle d’essai, la Megane E-Tech EV60 Optimum Charge se révèle des plus agréables à conduire. Le volant à double méplat donne le ton avec sa direction très directe. Passé la surprise des premiers kilomètres, la Megane se révèle très agréable avec un faible rayon de braquage fort appréciable en ville et un feeling qui n’est pas sans rappeler celui d’un kart.

Appuyer sur le bouton Multi Sens et activer le mode Sport permet en prime de profiter d’une pédale de droite plus réactive avec des reprises et accélérations plus franches (0 à 100 abattu en 7,4s). De quoi accentuer l’effet de puissance avec les 300 Nm de couple disponible immédiatement.

Le châssis est tout aussi convaincant. Suspensions fermes mais non cassantes malgré les (superbes) jantes de 20 pouces, la Megane profite de son centre de gravité bas pour enchainer les virages sans sourciller. On ne peut alors s’empêcher de rêver d’une Megane E-Tech « RS » flanquée de 50-100 cv supplémentaires dans le futur…

Car oui, une voiture électrique peut être plaisante à conduire même si à l’heure actuelle, l’attention semble davantage se porter sur l’autonomie. Là encore, la Megane s’en sort bien. Sans chercher l’éco-conduite, avec la climatisation active et le mode Sport actif sur plus de 50% des trajets, notre consommation moyenne oscille entre 15 et 17 kWh / 100 km sur des trajets urbains et péri-urbains, soit une autonomie théorique d’environ 400 kms dans ces conditions. Un trajet de 60 km sur l’autoroute aura quant à lui consommé 18% de batterie, soit environ 325 km d’autonomie.

Rappelons toutefois que l’autonomie d’un véhicule électrique varie en fonction de nombreux facteurs, dont la température extérieure. Sur ce point, le mois de mai et sa plage de 10-25°C est proche de l’idéal.

Notre avis sur la Renault Megane E-Tech

Avec sa nouvelle Megane, Renault pose les bases de sa future génération de véhicules 100% électriques attendus ces prochaines années. Une nouvelle ère, incarnée à merveille par cette nouvelle Megane. Ses lignes lui confèrent une personnalité à part dans le paysage automobile tout en étant suffisamment consensuelles pour plaire au plus grand nombre.

Accueillante, bien équipée, du moins à condition d’opter pour la plus haute finition, la nouvelle Megane électrique ne manque pas d’atouts. La conduite en est un également. Seul reproche peut-être, l’absence de mode « one pedal ». Le niveau de freinage régénératif le plus élevé ne freine la voiture que jusqu’à 10 km/h environ, obligeant ensuite à appuyer sur la pédale de gauche pour un arrêt total.

Surpiqûres dorées Warm Titanium, sièges en cuir, pièce de bois décorative Nuo (un nouveau matériau innovant en bois véritable, composé de fines feuilles de tilleul découpées au laser et reliées à un tissu par un adhésif à faible impact environnemental), planche de bord en TEP, la Renault Megane E-Tech soigne ses occupants

Reste la question de l’autonomie qui sera toujours jugée trop limitée pour certains acheteurs potentiels. Pas faux, d’autant que Renault a fait des choix discutables en terme de capacité de recharge comme nous l’avons évoqué.

Quant aux tarifs, d’aucuns le trouveront trop onéreux. Ils se positionnent néanmoins dans la même fourchette que ceux de ses principales concurrentes. Notre modèle d’essai proche du « full option » s’affiche ainsi à près de 47400 euros (dont 300 euros de câble de recharge pour prise domestique !). Pour profiter du bonus de 6000€ (jusqu’au 1er juillet 2022), il faudra donc sacrifier quelques options pour la faire redescendre sous les 45000€.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *