Essai ID.5 GTX : que vaut le vrai faux SUV sportif de Volkswagen ?

Volkswagen lance son premier SUV coupé entièrement électrique, l’ID.5. Celui-ci se décline en trois versions, Pro, Pro Performance et GTX. C’est ce dernier modèle, plus huppé à défaut d’être beaucoup plus sportif, que nous avons pu essayer sur les routes varoises.

Alors, ce nouveau modèle de la famille ID tient-il toutes ses promesses ? On vous donne nos premières impressions dans cet article.

ID5 GTX Volkswagen

Coupé pas décalé

La famille ID s’agrandit encore chez Volkswagen. Avant que l’ID.Buzz ne vienne entretenir le mythe du Combi électrique, l’ID.5 vient étoffer la gamme de véhicules zéro émission du constructeur allemand.

Logiquement, comme son nom le laisse à penser, ce nouveau venu se place comme le grand frère des ID.3 et ID.4 que nous avons déjà pu essayer sur Masculin.com. Et si ce dernier jouait essentiellement la carte familiale, le nouvel ID.5 veut mettre en avant sa sportivité, avec sa ligne de SUV coupé. Une ligne finalement assez consensuelle, loin du design atypique d’un Kia EV6 par exemple, dans la droite lignée de ses cousins du groupe VW que sont le Skoda Enyaq Coupé ou l’Audi Q4 Sportback e-tron.

A gauche (voiture blanche), une ID.4, à droite, notre ID.5 GTX

Long de 4m60, l’ID.5 ne mesure que 1,5 centimètre de plus que l’ID.4 (tout en étant plus haut de… 0,3 cm). D’ailleurs, un coup d’oeil rapide ne suffit pas toujours à les différencier, comme nous avons pu le constater lors d’une pause recharge sur une borne Ionity. Mais passons. Car si sa face avant ne révolutionne pas le genre, ce nouveau SUV électrique affiche un vrai profil sportif. Encore plus dans sa version GTX. Chaussé de jantes 21 pouces, paré d’une robe rouge avec un toit noir (de série) et d’un spoiler intégré au hayon, cet ID.5 semble taillé pour aller vite et consommer peu.

SUV Volkswagen ID5 GTX

Sportif en apparence, technologique dans les faits

A bord, Volkswagen a misé sur un design moderne et épuré (une copie presque conforme de l’ID.4), mais certains détails sont là pour évoquer son caractère dynamique. C’est notamment le cas des sièges Top Sport avec appuie-tête intégré ou encore des surpiqûres rouges sur la planche de bord. Et bien que l’on constate l’utilisation de matériaux pas franchement nobles, les finitions de cet intérieur nous semblent très soignées.

Sur le plan technologique, l’ID.5 fait de réels progrès. Le conducteur est toujours assisté par un tout petit écran de 5,3 pouces derrière le volant mais celui-ci est désormais associé à un nouvel affichage tête haute à réalité augmentée. Parfaitement lisible (à condition de ne pas avoir de lunettes de soleil avec des verres polarisés), il affiche toutes les infos essentielles… rendant presque le petit écran inutile.

Intérieur ID.5 Volkswagen

Loin d’être un simple gadget, cette technologie omniprésente doit devenir un véritable atout au quotidien dixit Volkswagen. Ainsi, la nouvelle version du logiciel ID 3.0 (et bientôt 3.1) permet de bénéficier du Travel Assist, avec assistance au changement de voie : sur autoroute, il nous a suffi d’enclencher le clignotant pour voir la voiture effectuer son déplacement toute seule. La machine ne remplace toutefois pas complètement l’homme et il a parfois fallu reprendre la main pour doubler (notamment dans certaines zones de travaux).

La fonction Park Assist Plus s’est avérée plus bluffante. On connait déjà les aides au stationnement qui permettent à un véhicule de faire sa manoeuvre tout seul. Mais ici, il est possible de mémoriser les 50 derniers mètres de votre lieu de stationnement habituel (jusqu’à 5 lieux différents) ; à votre arrivée, il vous suffit d’enclencher le système et de lâcher le volant et les pédales pour voir l’ID.5 aller se garer bien gentiment. Si un piéton ou un obstacle surgit, la manoeuvre s’interrompt (brusquement !) mais vous pouvez la reprendre sans problème. Déjà fonctionnelle, cette innovation ouvre la porte à de multiples ajouts dans un futur plus ou moins proche. On peut par exemple imaginer « demander » à la voiture depuis son smartphone de venir nous chercher juste sur le pas de la porte…

A l’inverse, l’écran de 12 pouces pâtit d’une interface parfois confuse, avec de nombreux sous-menus, et le système de commande vocale (« Bonjour ID ») a tendance à se déclencher de façon trop intempestive. Espérons que les prochaines mises à jour logicielles over-the-air permettront d’améliorer l’expérience utilisateur.

L’électrique sans limite ?

Si la numérisation et l’informatique s’invitent à tous les étages, il ne faudrait pas oublier que l’ID.5 est avant tout une voiture (si, si, c’est vrai !).

Pour la faire vivre, Volkswagen l’a dotée d’une batterie unique de 77kWh, mais déclinée en 3 puissances : 174 ch / 128 kW sur la version Pro, 204 ch / 150 kW pour la Pro Performance et 299 ch / 220 kW pour l’ID.5 GTX de notre essai.

Pour ce modèle, l’autonomie annoncée en WLTP est de 489 kilomètres. Après deux jours passés à son volant, notre SUV aura fait preuve d’une « gourmandise maîtrisée » malgré ses 2,2 tonnes sur la balance, avec une consommation comprise entre 17,5 et 18,5 kWh sur les routes sinueuses du Var et entre 20 et 21 kWh sur autoroute à 130 km/h (le tout sous des températures caniculaires et avec la clim’ bien enclenchée !). De quoi approcher les 400 km et ne pas rendre vos longs trajets trop périlleux…

Avis ID.5 GTX

Avec une puissance maximale de charge DC de 150 kW sur l’ID.5 GTX (contre 135 kW pour la version Pro), il faut théoriquement compter une grosse demi-heure de branchement à une borne haute capacité pour passer de 5 à 80% (et 7h30 sur une borne AC 11 kW). Ajoutons que le prochain passage à ID Software 3.1 permettra de lancer le chargement dès le branchement (fonction Plug & Charge), rendant toute carte de paiement inutile. La facturation sera déclenchée automatiquement via un contrat We Charge avec Volkswagen.

Recharge électrique VW ID.5 GTX

En résumé, notre avis sur le Volkswagen ID.5 GTX

Les trois lettre GTX suffiraient presque à faire frémir les amateurs de conduite sportive, qui pourraient voir là le successeur à électrons de la cultissime gamme GTI de VW. Mais même s’il peut compter sur 299 chevaux, ce SUV électrique ne vous collera pas au siège.

Les amateurs de performances chiffrées pourront noter que le 0-100km/h est abattu en quelque 6,3 secondes (contre un peu plus de 10 secondes sur l’ID.5 Pro) et que la vitesse de pointe est limitée à 180km/h. Mais est-ce vraiment là l’important ? Ce qu’il faut plutôt retenir, c’est que le nouveau SUV électrique de Volkswagen peut vraiment être envisagé comme la voiture principale d’un foyer. Parce qu’il est confortable et accueillant à l’intérieur (avec un volume de coffre de 549l, soit 6 de plus que l’ID.4), parce qu’il dispose d’une autonomie suffisante, bref parce qu’il est agréable à vivre au quotidien.

Avec un prix d’appel fixé à 52 550€ pour le modèle Pro et 59 520€ pour le GTX (et plus de 65 000€ pour bénéficier de toutes les options), l’ID.5 coûte 3500€ de plus que l’ID.4 GTX dont les performances sont très similaires. Reste que ses lignes dynamiques de coupé font de ce SUV électrique Volkswagen une alternative supplémentaire séduisante aux cousins Skoda Enyaq Coupé et Audi Q4 Sportback e-tron, mais aussi à des concurrents tels que le Ford Mustang Mach-E ou la Tesla Model Y.

A lire aussi :

Les meilleurs SUV du moment à l’essai sur Masculin.com
Essai Volkswagen ID.5 électrique

Rédigé par Ludovic

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !

Réagir à cet article